La notion de verger et son hypothétique présence dans la littérature de Qumrân (פרד”ס)

J’ai été content d’apprendre que mon début de théorie sur la littérature de l’allusion à Qumrân a amusé bien du monde, mais j’ai pensé par conséquent utile de préciser mes propos.

“Allusion” pour parler d’une littérature de l’allusion, ce qui revient en hébreu à envisager le mot rémèz רמז et donc une nouvelle notion pour Qumrân que je nommais déjà littérature de l’allusion, donc sifrout harémèz ספרות הרמז.

A partir de là, c’est une notion propre à une partie de la littérature ancienne de langue hébraïque qui se rappelle au lecteur : la notion qui littéralement traduite se dit “verger”, alors qu’en hébreu c’est une abréviation qui se lit Pardès פרד”ס.

Pour mémoire, c’est un système de lecture “à quatre étages” pour dire les choses très simplement : pshat, rémèz, drisha, et sod.

פשט רמז דרישה וסוד

Et ce que je disais, pour la littérature de Qumrân de langue hébraïque, c’est que ma présomption va en faveur d’une littérature de l’allusion, donc une littérature qui se conscrirait dans les deux premiers “étages” du Pardès, à savoir pshat et rémèz.

L’hypothèse est fondée dans mes travaux non encore publiés et ce sont surtout les termes de Mathias Delcor qui posent des fondations en béton armé particulièrement conséquentes en ce sens, ce dont il ne s’est pas rendu compte, parce que la complication avec Josèphe était déjà suffisante pour plusieurs années de dur labeur, mais puisqu’il est question d’un fait littéraire, voire d’un genre littéraire, c’est une hypothèse que je devrai présenter en littérature ancienne, ce que j’espère faire le mois prochain, toujours est-il que si je publie alors j’emphatiserai tout particulièrement sur le mérite des travaux de Mathias Delcor, sans lesquels rien n’aurait été possible.

La documentation complémentaire à ce billet est facilement disponible sur internet, il suffit de chercher l’abréviation en hébreu qui est dans le titre de ce billet pour ce faire.

Pour la suite des travaux, la très grande complication à venir sera la question de la filiation littéraire du corpus hébraïque de Qumrân, j’espère que nous serons plusieurs à travailler dessus.

Des détails typographiques aux détails graphiques : un état des présomptions et des hypothèses pour le canon hébreu et la littérature intertestamentaire en hébreu

C’est un billet voulu comme un interlude à la lumière de mes réflexions qui ont fait suite aux grandes complications d’admission en doctorat à Paris.

En l’espèce, l’hypothèse est que l’ensemble des signes graphiques particuliers consignés dans minhat chay (מנחת שי) relèvent d’une tradition plus ancienne qui relève très probablement de la littérature orale (sifrout shé bé’al-pé) et le moyen de preuve si il existe qualitativement est peut-être insuffisant en termes de récurrence statistique parce que le Corpus dont nous disposons est très faible d’un point de vue quantitatif entre Qumrân et le Codex de Leningrad. Reste que le début de jeu graphique, du moins interprété en première instance comme tel, à Qumrân, dans mes travaux, n’a de prime abord aucune raison de ne pas être envisagé comme un système de signifiés, étude qui sera longue elle aussi à réaliser. La doctrine qumrânienne de par son aspect eschatologique ne va pas à l’opposé de cette hypothèse, il y a donc matière à justifier le bien-fondé de cette dite hypothèse.

La seconde hypothèse en cours va dans le billet suivant que j’écris aussi ce soir, j’ai préféré séparer parce que il est question d’une hypothèse plus amplement relevante de la littérature ancienne de langue hébraïque.