Rites de passages et caducités : circoncisions et nominations à l’ouest du Jourdain aux époques hellénistique et romaine

C’est un long titre qui relate une scène suffisante pour en faire une thèse de doctorat voire bien plus. Toujours est-il que si ce blog n’est pas le site de dépôt de la thèse à venir, c’est un aspect de l’antiquité qu’il faut envisager dans les fondations de la problématique doctorale (le pluriel n’aurait pas été de trop), en posant succinctement les premières trames de l’algorithme de la réflexion et de celui de la Recherche, qui devra passer par l’imprévu, ou plutôt l’heureux imprévu.

Les circoncisions sont à l’Antiquité des rites de passages à tous points de vue, indépendamment des chirurgies utilisées. Il y a fort à parier que la liturgie en est très ancienne mais quels moyens de preuve ? Et quelle datation quant au fait religieux pour le siège (ou le fauteuil) du Prophète Elie ? C’est un premier aspect, le second étant l’acte de la circoncision en tant que rite de passage : à l’Antiquité il s’avère que la circoncision marque la judéité dans les termes de Gn. XVII : l’entrée dans l’Alliance en est conséquentielle avec au préalable une filiation patrilinéaire. Ce sont les termes de ce chapitre de la Genèse mais c’est au niveau sociétal un autre aspect presque évident qu’on pourrait presque qualifier de redondant : le circoncis est reconnu par ses pairs comme juif et le contraire aurait pu être presque évident : le décirconcis est considéré par beaucoup à l’époque hellénistique tout du moins ( nous n’avons pas encore survolé l’époque romaine) comme n’étant plus juif, principe qui vaut pour la sphère judéenne antihelléniste. La sphère pro-helléniste semble avoir un regard différent comme nous le disions dans le mémoire de master alors que les mouvements de juifs entre le Royaume de Judée et la Province de Samarie sont peu fréquents semble-t-il mais sujets à des rites que nous qualifierons ici de « complémentaires », il n’a pas été possible de déterminer avec certitude quels sont les rites de passage lors de migrations entre ces deux souverainetés ni la période à laquelle ils ont lieu, tandis qu’il nous semble très probable que la destruction du temple du mont Garizim par Jean Hyrcan marque définitivement la fin des échanges avec la Province de Samarie, il est très difficile d’imaginer des échanges ultérieurs…

Mais, pour en revenir à ces notions de caducités, la documentation ne fournit pas de recueils de lois ni de ses évolutions. Le Pentateuque fait foi, évidemment, mais ne prévoit pas les décirconcisions, le Pentateuque ne prévoit que la non circoncision au huitième jour et par extension les non-circoncisions.

Ceci dit pour les différentes sphères de Judée et de Samarie. Quant aux Grecs, c’est un regard singulier qui est porté sur la circoncision et la judéité : le circoncis est « drôle » de par son aspect visuel au Gymnase, mais il aura beau aller au Gymnase décirconcis entouré de diverses statues, il ne deviendra jamais grec du point de vue du Grec.

Ce qui est aussi valable pour l’incirconcis, il ne deviendra pas grec pour autant. Ce sont les premières approches de synthèse de nos travaux de master, et c’est récemment, évidemment après avoir présenté nos travaux, que la notion et le concept de caducité se sont posés, évidemment au pluriel, qui plus est de cinq points de vue pour le moment. Celui des Lagides, celui des Séleucides, celui des Judéens anti-hellénistes, celui des Judéens pro-hellénistes, et celui des résidents de la province de Samarie. On pourrait être tenté de se limiter à ce regard grec amusé, mais l’épisode d’Antichos IV rend les choses un peu plus compliqués : est-ce que Antiochos IV pensait qu’il était possible de complètement helléniser tout en « déjudaïsant » complètement les Judéens ? Etait-il dans une volonté de culture et de religion communes au royaume séleucide avec le droit à des spécificités locales ? En d’autres termes, et c’est là le début de la Recherche à venir : quelle caducité ? D’où la question : quelle reconnaissance ? Avec une complication très naïve :la circoncision est-elle strictement invisible dans l’espace public judéen, n’est-elle visible que dans l’espace public grec, et est-elle systématiquement connue. Cet agencement de l’espace public, cette spatialité n’est pas, à notre connaissance, très documentée pour le Royaume de Judée, il y a les excellents travaux aux presses universitaires de Rennes qui permettent d’y voir plus clair mais il n’y a pas à ce jour de recherches publiées stricto senso en ce sens. En résumé la temporalité reste à être étudiée, comme nous le disions dans le précédent billet, et dans ce présent billet c’est de la spatialité qu’il est question d’envisager l’étude, afin de pouvoir soulever la question de la caducité par le constat visuel et donc spatial. La réponse très partielle antérieure est que le juif ne sera jamais grec pour le Grec, mais les choses sont très probablement beaucoup plus compliquées : nous doutons avoir consulté toutes les sources et nous supposons une caducité dynamique, à commencer par une caducité fonction de la puissance de la souveraineté hasmonéenne.

Pour ce qui est de l’époque romaine tout reste à faire, vraiment tout, et il n’y a aucune raison d’envisager une quelconque suite logique à la suite de l’époque hellénistique. Par contre il faut supposer sur la base des premières pages du second livre des Maccabées que les communautés d’Egypte ont des variantes rituelles et liturgiques d’ordre local : l’autorité juive religieuse de Jérusalem n’est pas de facto à l’époque hellénistique, et il est possible que cela ait été fonction de la puissance hasmonéenne et de l’autorité séleucide sur le culte dispensé au Temple de Jérusalem.

Pour ce qui est de la nomination de la femme juive il y aura un billet qui y sera exclusivement consacré.

Résumons. Des temporalités, des spatialités, différentes sphères judéennes, une sphère juive samaritaine, deux circoncisions distinctes et des rites « complémentaires » en cas de migration chez le voisin, avec non pas une caducité, mais des caducités, le tout face à une documentation qu’il faudra faire parler, et c’est là toute la gageure à venir : que le doctorat sur l’histoire des idées et des communautés retienne tel ou tel aspect comme principe de recherche, il est désormais considéré nécessaire que ce ne sont pas seulement les sources de langue grecque qui sont à considérer, c’est surtout leur aspect numérique : l’université de Chicago et la Tufts University ont fait beaucoup pour le corpus grec en le diffusant numérisé gratuitement sur internet, il faut absolument que les dernières technologies informatiques y soient appliquées, et il n’est donc pas impossible que les cours de l’école des Chartes soient repris : il faut mettre à jour les corpus numériques édités aux Usa pour mieux les conserver, ce qui est désormais possible.

La temporalité, une première approche novatrice et pertinente

Le principe premier de ce blog de recherches est dirigé vers la définition de soi et de l’autre dans les sphères israélites de l’Antiquité (pour dire les choses vraiment très simplement, alors que les sphères en contact sont naturellement incluses dans ce projet de recherches), et en ce sens je pensais de prime abord que la question se posait uniquement dans le fait de langage oral et écrit, mais en fait non, le sujet est bien plus compliqué que cela. En l’espèce, il n’est pas seulement question d’énonciation dans une langue ou dans une autre ou encore dans plusieurs à la fois. L’identité, et/ou l’appartenance religieuse (je préfère ne rien affirmer avant les recherches) au sein du Royaume de Judée comme dans la Province de Samarie passe nécessairement par une autre temporalité, une autre notion du temps. Ce n’est pas seulement que dimanche est le premier jour de la semaine dans le Royaume de Judée, ce qui est très probablement le cas aussi dans la province de Samarie, c’est surtout que depuis l’instauration du septième jour chômé, ce que je ne peux dater, nous savons que le passage au jour suivant en Judée a lieu la veille au soir : le jour suivant commence au coucher du soleil avant minuit du jour précédent.

Et à ma connaissance à ce jour, cette temporalité ne se retrouve pas dans les autres civilisations, c’est pourquoi je présume fortement que mes travaux à venir sur la nomination de soi et/ou l’appartenance religieuse (devrai-je parler d’appartenance ou d’affiliation, ce qui est aussi une question à résoudre), ne peuvent relever uniquement de l’énonciation, tandis que la corrélation des deux semble être une bonne hypothèse : Le Judéen qui se définit comme tel et qui est défini comme tel par autrui serait très logiquement conscrit dans cette temporalité unique qui viendrait corroborer les énoncés.

Ce qui reste une question à résoudre, tant pour la question en soi que pour sa conscription dans un algorithme de recherches qui cernera promptement la problématique. Mais c’est aussi l’annonce d’une recherche interdisciplinaire qui se profile dans cet article, en substance comme disait Serge Gainsbourg, il est donc aussi question de réflexions à la suite des travaux de Pr Emile Benveniste sur la théorie de l’énonciation qu’il formule brillamment dans les « Problèmes de Linguistique Générale » que je vais donc devoir reprendre en intégralité pour cerner un des aspects linguistiques, tandis que l’autre aspect qui découle de cette enquête en définitions est particulièrement novateur parce que la discipline est assez récente, c’est celui de l’Ethnohistoire.

Cette discipline est à même de pouvoir inscrire mes travaux dans une continuité de la Recherche sur l’identité juive, tout en étant à même de pouvoir éclairer l’Histoire de l’Ouest du Jourdain, en complément des sources disponibles pour ce même côté du fleuve. Mais plus largement il est probable que la définition des différents groupes de population s’en trouve mieux cernée et mieux définie : qui est Grec, qui est pro-helléniste, et qui est dans l’opposition ? Ce ne sont que trois questions parmi beaucoup d’autres à résoudre. En résumé c’est une approche interdisciplinaire qui doit être envisagée dès le début, ce qui me fait penser que la période de recherche et de rédaction sera probablement plus longue que prévue, surtout si l’analyse de la temporalité doit inclure l’hypothèse d’un temps pluriel comme c’est le cas aujourd’hui dans le Judaïsme rabbanite.

Novatrice, oui, à plusieurs motifs, mais rien n’a encore officiellement commencé. Si ces travaux vous intéressent, je peux les conscrire dans un groupe de recherche, et si la synthèse de la recherche en Bibles (pour dire les choses vraiment très simplement) vous paraît importante au point d’y participer, nous pourrons donc être plusieurs à rédiger un wiki toujours à la pointe de la Recherche.

Enfin, pour finir, j’espère que vous allez tous bien après cette épidémie. Au plaisir de vous retrouver à la rentrée.

Au sujet des supports en écritures, l’ apport des sciences du vivant

Cet été aura été très productif en termes de publications à venir ici et sur Academia, mais il y a un article très pertinent pour ce blog et pour bien d’autres qui relate ce que je pense depuis très longtemps, à savoir que les supports de l’écrit contiennent bien de l’adn qui peut nous apprendre bien des choses en complément de ce qui est consigné par écrit. L’article est disponible via le lien ci-dessous:

https://www.newscientist.com/article/2142043-dna-of-long-dead-cows-read-from-pages-of-medieval-books/?fbclid=IwAR0fx5nJf0mA_KtoG0P99ac1dQrCxONFCpe8h-gK7mUuK_zlJf4QFkCYhL4

Bientôt la rentrée et de nouveaux articles, il y a bien des choses à dire et bien des choses qui restent à faire, mais ce qui ressort de ma recherche pour le fond, c’est qu’il est vraiment très pertinent de s’attarder sur les plus petits détails même ceux qui seraient à priori les plus insignifiants, car une fois étudiés dans leur intégralité ou tout du moins autant que faire se peut à l’époque où se déroule cette recherche, c’est souvent ce qui permet de boucler une boucle qui aurait été insolvable sans ce travail de fourmi, c’est ce qui m’est arrivé l’année passée, et je ne peux que vous encourager à être aussi méticuleux que possible tout en étant aussi facile d’accès que faire se peut, les publications sont hélas rarement gratuites et c’est souvent le meilleur moyen de ne pas être informé de tels ou tels travaux. Reste qu’il y a quelques antidotes comme OpenEditions et OpenJournals, avec Encore Duet et Google Books ainsi que Google Scholar, ce qui se complète bien avec Academia, et n’hésitez jamais à publier même sur un sujet microscopique, vous ne savez jamais la valeur que ça peut avoir tôt ou tard.

L’ autre aspect du fond de la Recherche, c’est qu’il faut penser interdisciplinaire, y compris voire surtout en combinant les sciences humaines et les sciences exactes, on a bien commencé avec les humanités numériques, la biologie appliquée à la paléographie semble très prometteuse, et en résumé, chercher c’est aussi continuer à apprendre : je suis partisan de formations en sciences exactes et sciences du vivant adaptées aux besoins des chercheurs en sciences humaines, ce qui inclut nécessairement quelques connaissances en médecine, pour notre plus grand bien.

Le prochain article reprendra un peu plus en détails l’objectif de ce blog et nous verrons comment l’analyse textuelle de textes de l’Antiquité permet de rebondir sur la littérature rabbinique médiévale.

Profitez-bien de ces quelques semaines de vacances qui nous restent, et à bientôt.

Flavius Josèphe, Les antiquités judaïques: un pdf hypertexte grâce à tufts university

https://drive.google.com/file/d/1IQk-oSRcCChj9j1FuiPymR4Pza9ucOru/view?usp=sharing

La Recherche en Histoire ancienne est un peu plus aisée grâce à l’utilisation de l’informatique, ou plutôt sa mise à contribution, ce pour quoi on propose des formation en Humanités numériques, et dans ce contexte, j’ai eu besoin de réaliser un ebook sur les Antiquités Judaïques de Flavius Josèphe, sur la base intégrale de la base de données Perseus de Tufts University, et je me suis fit que ça serait bien utile pour tout le monde, c’est pourquoi vous pouvez le télécharger sur le lien ci-dessus: vous pouvez cliquer sur chaque mot, la rédaction des mémoires et thèses s’en trouve facilitée et accélérée, il faudra juste citer Tufts, Perseus de Tufts et ce blog. J’espère réaliser d’autres documents de ce type libres de droits dans les prochains mois, ce sera fonction de ce qui est disponible dans les ressources numériques universitaires dont j’aurai eu connaissance.

Quant à Tufts University, c’est un travail de titans qui a été réalisé, les bases de données sont disponibles via le lien ci-dessous:

http://www.perseus.tufts.edu/hopper/

Calendriers hébreu grégorien et julien de 203 à 124 av j.-c.

Un des problèmes majeurs en histoire ancienne consiste en le calcul précis des dates sur plusieurs calendriers à la fois. Je n’ai pas réussi à résoudre tout seul le problème des calendriers séleucides mais j’ai par contre découvert que Casio a déployé ses talents au service de l’enseignement sur l’interface keisan qui donne entre autres possibilités les calendriers grégorien hébreu et julien avec une précision inégalée. J’en ai donc fait une synthèse grâce à Adobe DC que je dépose ici au titre des outils en Histoire ancienne, n’hésitez pas à visiter la page de keisan:

https://keisan.casio.com/

Tandis que mon calendrier est disponible depuis mon drive:

https://drive.google.com/file/d/1e06ZIKMCBZAz56GB_xYxxxArpkboCjgF/view?usp=sharing

Le document fait 506 pages mais vous pouvez y faire des recherches avec n’importe quel lecteur de pdf, inutile de l’imprimer.

Par contre, ce qu’il faut savoir, c’est que dans le Judaïsme le décompte des jours commence toujours au coucher du soleil, donc la date en hébreu est bonne pour la journée mais fausse pour la soirée et la nuit, il faut donc toujours considérer la date en hébreu commençant la veille au soir dans les calendriers grégorien et julien.

Le corpus, « Samaritain » dans la bible hébraïque

Je pensais que l’aspect du corpus en hébreu biblique serait bien plus long que cela, mais en fait non, ce n’est qu’une seule et unique occurrence du mot « Samaritain » dans la Bible hébraïque, ce qui me laisse un peu perplexe, bien des hypothèses sont à étudier et leur algorithme n’a rien de simple du tout, ça commence par les substantifs en Rois et Chroniques, pour finir dans les hypothèses rédactionnelles du deuxième siècle avec son contexte historique très particulier. Toujours est-il qu’il n’y a qu’une seule occurrence du mot « Samaritain » dans le canon hébreu, en 2R17,29:

וַיִּהְיוּ עֹשִׂים, גּוֹי גּוֹי אֱלֹהָיו; וַיַּנִּיחוּ בְּבֵית הַבָּמוֹת, אֲשֶׁר עָשׂוּ הַשֹּׁמְרֹנִים, גּוֹי גּוֹי בְּעָרֵיהֶם, אֲשֶׁר הֵם יֹשְׁבִים שָׁם.

Le verset est différent dans la LXX avec les même références, je ne peux donc pas confirmer ou infirmer une attestation de /samaréios/ ou /samaritis/ pour ce passage, reste qu’il serait pertinent de regarder les traductions du mot /Samarie/ dans la LXX pour les versets similaires avec la Bible hébraïque.

Sans transition, j’ai enfin réussi à coller du Texte massorétique sur mon blog, pour ce faire il faut copier-coller depuis le site de l’Institut du Chêne à Jérusalem, le Machon Mamré:

https://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft0.htm

Le feuilleton continue tout l’été et au-delà, je remercie vivement la bulac et encore duet pour le référencement qui fait gagner beaucoup de temps à tous.

Pour le fond, plus je réfléchis, plus je me dis que c’est une question très pertinente qui s’insère dans une réflexion bien plus large sur le fait littéraire et le fait de civilisation, ce qui sera l’objet d’un long article cet automne, surtout après avoir lu bien des choses récemment sur academia.edu : la notion d’un champ de définitions pluridisciplinaire commence à prendre forme.

(N’oubliez pas de boire de l’eau, il fait 38 demain à Paris. )

Au titre des outils de base: genèse chapitre XVII

Il y a vraiment beaucoup de choses à dire sur Gn. 17, mais dans le cadre de ce blog je verse à fins de partage mon analyse littéraire et historique de ce chapitre afin de pouvoir aider un tant soi peu les collègues non-hébraïsants.

Le document étant difficilement déposable tel quel du fait de l’hébreu qui va de droite à gauche, l’analyse est téléchargeable sur le lien suivant.

https://drive.google.com/file/d/1_hFtnI1mnca7NgzVgWu0mIEFXmY-Gojl/view?usp=sharing

L’ analyse commence au bas de la page n° 33

Une limite au corpus et donc à la recherche: l’ absence de sources au troisième siècle. une théorie explicative

Ou du moins le début d’une ébauche.

Encore un extrait de mon mémoire qui me paraît fondamental à partager pour essayer de résoudre le problème d’absence de sources historiques pour la Judée au troisième siècle avant Jésus:

I. Etat des lieux, état des sources à l’époque hellénistique : Le problème des sources au troisième siècle

Il est notoire que nous nʼavons pas de sources pour la Judée au troisième siècle, et nous nʼen avons pas trouvé non plus, tandis que nous avons peut-être un début dʼexplications. En lʼespèce, cʼest dans le premier livre des Maccabées, que nous avons relevé une un verset qui nous semble très pertinent.

Le texte en grec ancien est le suivant : « Ἐν ταῖς ἡμέραις ἐκείναις ἐξῆλθον ἐξ Ισραηλ υἱοὶ παράνομοι καὶ ἀνέπεισαν πολλοὺς λέγοντες Πορευθῶμεν καὶ διαθώμεθα διαθήκην μετὰ τῶν ἐθνῶν τῶν κύκλῳ ἡμῶν, ὅτι ἀφ ἧς ἐχωρίσθημεν ἀπ αὐτῶν, εὗρεν ἡμᾶς κακὰ πολλά. » Μακκαβαιον Α, ια΄

Ce qui donne en français, dans la traduction de magnificat.ca : 1M 1,12. « En ces jours-là il sortit d’Israël des enfants d’iniquité, qui en séduisirent plusieurs, en disant: Allons et faisons alliance avec les nations qui nous environnent; car, depuis que nous nous sommes retirés d’elles, beaucoup de maux nous ont atteints. »

Et dans celle de F.-M. Abel : « En ces jours-là surgit dʼIsraël une génération de prévaricateurs qui séduisirent beaucoup de personnes en disant : « Allons et faisons alliance avec les nations qui sont autour de nous, car depuis que nous nous sommes séparés dʼelles, bien des maux ont fondu sur nous. »

Là où la TOB donne : « En ces jours-là, des vauriens surgirent dʼIsraël, et ils séduisirent beaucoup de gens en disant : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent car, depuis que nous nous sommes séparés dʼelles, bien des maux nous ont atteint. »

Et Pr Uriel Rappaport traduit littéralement depuis lʼhébreu : . ויצאו מישראל כימים ההם בני פריצים ויפתו רבים לאמור : נלך-נא ונכרות ברית עם הגויים אשר סביבנו , כי מאז נבדלנו מהם מצאונו רעות רבות

Et Theotex : En ces jours-là il sortit d’Israël des enfants d’iniquité, qui en séduisirent plusieurs, en disant: Allons et faisons alliance avec les nations qui nous environnent ; car, depuis que nous nous sommes retirés d’elles, beaucoup de maux nous ont atteints. De là se pose un problème quant au signifié de la part de lʼauteur de 1M qui énonce cette phrase à lʼépoque de la rédaction de 1M, sotit à la fin du deuxième siècle CG (Calendrier grégorien).

A supposer que le verset nʼait pas été modifié et que la traduction depuis lʼhébreu soit fidèle, nous comprenons que la Judée et donc les Judéens se sont séparés des nations voisines et que cela a été le début et la base de nombreux problèmes, lesquels ne sont pas relatés dans 1M, si cela avait été le cas cʼeût été une source historique parfaite pour le troisième siècle. Le second problème qui se pose réside en lʼabsence de documentation dans les pays voisins qui pourraient confirmer cette « séparation », laquelle aurait donc eu cours du début du troisième siècle jusquʼen 198 CG au plus tard et en toute logique, et si on corrèle lʼabsence de sources au troisième siècle et ce verset, cette « séparation » aurait subsisté pour une période qui se superpose à celle où nous nʼavons pas de sources, donc tout le troisième siècle, si ce nʼest que nous avons lʼhistoire des conflits au Levant au troisième siècle, dont la longue liste des guerres de Syrie qui vont de 274 CG à 168 CG. En substance, il semble se dessiner un théâtre où Lagides et Séleucides sont en conflit quasi-permanent, là où la Judée se dit selon 1M séparée des Nations de par sa propre décision. Le moyen de corrélation en 1M trouve son attestation dans les travaux de Reinhard Ceulemans quant au mot σκῦλα, lequel est longuement expliqué dans le commentaire qui suit sur 1M, et il résulte que les dépouilles faisaient lʼobjet dʼun traitement post-mortem particulier en ce que tout butin qui était dessus était pris tant par les Judéens que par les autres armées du Levant, mais 1M insiste particulièrement sur la méticulosité des Maccabées face à tout butin qui est métallique et particulièrement les armes. Or, il sʼavère que la seule mine de fer de Judée est à « Machmèsh » et commence à être exploitée au temps du début de la royauté dʼIsraël, avant la séparation en deux royaumes, si bien quʼau troisième siècle CG elle est très probablement désaffectée. Pour ce qui est du traitement méticuleux des armes et du butin, nous tenons à citer en grec toutes les occurrences au titre de lʼargumentation et nous renvoyons à la TOB en première intention pour la version francophone et à Pr Rappaport si besoin était de comparer. Lesquelles sont issues à la fois de 1M et de 2M, et nous verrons ultérieurement plus en détail que lʼusage du mot « dépouille » en français dans 2M nʼest pas tout à fait le même quʼen 1M.

1M1,3 καὶ διῆλθεν ἕως ἄκρων τῆς γῆς καὶ ἔλαβεν σκῦλα πλήθους ἐθνῶν. καὶ ἡσύχασεν ἡ γῆ ἐνώπιον αὐτοῦ, καὶ ὑψώθη, καὶ ἐπήρθη ἡ καρδία αὐτοῦ.

1M1,19 καὶ κατελάβοντο τὰς πόλεις τὰς ὀχυρὰς ἐν γῇ Αἰγύπτῳ, καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα γῆς Αἰγύπτου. 1M1,31 καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα τῆς πόλεως καὶ ἐνέπρησεν αὐτὴν πυρὶ καὶ καθεῖλεν τοὺς οἴκους αὐτῆς καὶ τὰ τείχη κύκλῳ.

1M1,35 καὶ παρέθεντο ὅπλα καὶ τροφὴν καὶ συναγαγόντες τὰ σκῦλα Ιερουσαλημ ἀπέθεντο ἐκεῖ καὶ ἐγένοντο εἰς μεγάλην παγίδα. 1M2,10 ποῖον ἔθνος οὐκ ἐκληρονόμησεν βασίλεια καὶ οὐκ ἐκράτησεν τῶν σκύλων αὐτῆς;

1M3,12 καὶ ἔλαβον τὰ σκῦλα αὐτῶν, καὶ τὴν μάχαιραν Ἀπολλωνίου ἔλαβεν Ιουδας καὶ ἦν πολεμῶν ἐν αὐτῇ πάσας τὰς ἡμέρας.1M3,20 αὐτοὶ ἔρχονται ἐφ ἡμᾶς ἐν πλήθει ὕβρεως καὶ ἀνομίας τοῦ ἐξᾶραι ἡμᾶς καὶ τὰς γυναῖκας ἡμῶν καὶ τὰ τέκνα ἡμῶν τοῦ σκυλεῦσαι ἡμᾶς,

1M4,18 καὶ Γοργίας καὶ ἡ δύναμις ἐν τῷ ὄρει ἐγγὺς ἡμῶν· ἀλλὰ ϛῆτε νῦν ἐναντίον τῶν ἐχθρῶν ἡμῶν καὶ πολεμήσατε αὐτούς, καὶ μετὰ ταῦτα λάβετε τὰ σκῦλα μετὰ παρρησίας.

1M5,13 καὶ πάντες οἱ ἀδελφοὶ ἡμῶν οἱ ὄντες ἐν τοῖς Τουβίου τεθανάτωνται, καὶ ᾐχμαλωτίκασιν τὰς γυναῖκας αὐτῶν καὶ τὰ τέκνα καὶ τὴν ἀποσκευὴν καὶ ἀπώλεσαν ἐκεῖ ὡσεὶ μίαν χιλιαρχίαν ἀνδρῶν.

1M5,22 καὶ ἐδίωξεν αὐτοὺς ἕως τῆς πύλης Πτολεμαίδος. καὶ ἔπεσον ἐκ τῶν ἐθνῶν εἰς τρισχιλίους ἄνδρας, καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῶν.

1M5,35 καὶ ἀπέκλινεν εἰς Αλεμα καὶ ἐπολέμησεν αὐτὴν καὶ κατελάβετο αὐτὴν καὶ ἀπέκτεινεν πᾶν ἀρσενικὸν αὐτῆς καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῆς καὶ ἐνέπρησεν αὐτὴν ἐν πυρί.

1M6,6 καὶ ἐπορεύθη Λυσίας δυνάμει ἰσχυρᾷ ἐν πρώτοις καὶ ἐνετράπη ἀπὸ προσώπου αὐτῶν, καὶ ἐπίσχυσαν ὅπλοις καὶ δυνάμει καὶ σκύλοις πολλοῖς, οἷς ἔλαβον ἀπὸ τῶν παρεμβολῶν, ὧν ἐξέκοψαν,

1M6,12 νῦν δὲ μιμνῄσκομαι τῶν κακῶν, ὧν ἐποίησα ἐν Ιερουσαλημ καὶ ἔλαβον πάντα τὰ σκεύη τὰ ἀργυρᾶ καὶ τὰ χρυσᾶ τὰ ἐν αὐτῇ καὶ ἐξαπέϛειλα ἐξᾶραι τοὺς κατοικοῦντας Ιουδα διὰ κενῆς.

1M7,47 καὶ ἔλαβον τὰ σκῦλα καὶ τὴν προνομήν, καὶ τὴν κεφαλὴν Νικάνορος ἀφεῖλον καὶ τὴν δεξιὰν αὐτοῦ, ἣν ἐξέτεινεν ὑπερηφάνως, καὶ ἤνεγκαν καὶ ἐξέτειναν παρὰ τῇ Ιερουσαλημ.

1M9,40 καὶ ἐξανέϛησαν ἐπ αὐτοὺς ἀπὸ τοῦ ἐνέδρου καὶ ἀπέκτειναν αὐτούς, καὶ ἔπεσον τραυματίαι πολλοί, καὶ οἱ ἐπίλοιποι ἔφυγον εἰς τὸ ὄρος· καὶ ἔλαβον πάντα τὰ σκῦλα αὐτῶν.

1M10,62 καὶ προσέταξεν ὁ βασιλεὺς καὶ ἐξέδυσαν Ιωναθαν τὰ ἱμάτια αὐτοῦ καὶ ἐνέδυσαν αὐτὸν πορφύραν, καὶ ἐποίησαν οὕτως.

1M10,84 καὶ ἐνεπύρισεν Ιωναθαν τὴν Ἄζωτον καὶ τὰς πόλεις τὰς κύκλῳ αὐτῆς καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῶν καὶ τὸ ἱερὸν Δαγων καὶ τοὺς συμφυγόντας εἰς αὐτὸ ἐνεπύρισεν πυρί.

1M10,87 καὶ ἐπέϛρεψεν Ιωναθαν εἰς Ιερουσαλημ σὺν τοῖς παρ αὐτοῦ ἔχοντες σκῦλα πολλά.

1M11,51 καὶ ἔρριψαν τὰ ὅπλα καὶ ἐποίησαν εἰρήνην. καὶ ἐδοξάσθησαν οἱ Ιουδαῖοι ἐναντίον τοῦ βασιλέως καὶ ἐνώπιον πάντων τῶν ἐν τῇ βασιλείᾳ αὐτοῦ καὶ ἐπέϛρεψαν εἰς Ιερουσαλημ ἔχοντες σκῦλα πολλά.

1M12,31 καὶ ἐξέκλινεν Ιωναθαν ἐπὶ τοὺς Ἄραβας τοὺς καλουμένους Ζαβαδαίους καὶ ἐπάταξεν αὐτοὺς καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῶν.

2M4,38 καὶ πυρωθεὶς τοῖς θυμοῖς παραχρῆμα τὴν τοῦ Ἀνδρονίκου πορφύραν περιελόμενος καὶ τοὺς χιτῶνας περιρρήξας περιαγαγὼν καθ ὅλην τὴν πόλιν ἐπ αὐτὸν τὸν τόπον, οὗπερ τὸν Ονιαν ἠσέβησεν, ἐκεῖ τὸν μιαιφόνον ἀπεκόσμησεν τοῦ κυρίου τὴν ἀξίαν αὐτῷ κόλασιν ἀποδόντος.

2M8,27-28 ὁπλολογήσαντες δὲ αὐτοὺς καὶ τὰ σκῦλα ἐκδύσαντες τῶν πολεμίων περὶ τὸ σάββατον ἐγίνοντο περισσῶς εὐλογοῦντες καὶ ἐξομολογούμενοι τῷ κυρίῳ τῷ διασώσαντι εἰς τὴν ἡμέραν ταύτην, ἀρχὴν ἐλέους τάξαντος αὐτοῖς. μετὰ δὲ τὸ σάββατον τοῖς ᾐκισμένοις καὶ ταῖς χήραις καὶ ὀρφανοῖς μερίσαντες ἀπὸ τῶν σκύλων τὰ λοιπὰ αὐτοὶ καὶ τὰ παιδία διεμερίσαντο.

2M8,31 ὁπλολογήσαντες δὲ αὑτοὺς ἐπιμελῶς πάντα συνέθηκαν εἰς τοὺς ἐπικαίρους τόπους, τὰ δὲ λοιπὰ τῶν σκύλων ἤνεγκαν εἰς Ιεροσόλυμα.

2M8,35 ταπεινωθεὶς ὑπὸ τῶν κατ αὐτὸν νομιζομένων ἐλαχίϛων εἶναι τῇ τοῦ κυρίου βοηθείᾳ τὴν δοξικὴν ἀποθέμενος ἐσθῆτα διὰ τῆς μεσογείου δραπέτου τρόπον ἔρημον ἑαυτὸν ποιήσας ἧκεν εἰς Ἀντιόχειαν ὑπὲρ ἅπαν εὐημερηκὼς ἐπὶ τῇ τοῦ ϛρατοῦ διαφθορᾷ.

2M14,7 ὅθεν ἀφελόμενος τὴν προγονικὴν δόξαν [λέγω δὴ τὴν ἀρχιερωσύνην] δεῦρο νῦν ἐλήλυθα

Le mot σκῦλα a enfin pu faire lʼobjet dʼune explication grâce aux travaux de Reinhard Ceulemans, ce qui est expliqué dans le commentaire sur 1M, mais nous le citons quand même ici en amont dudit commentaire afin de ne pas compliquer le raisonnement.

« (…) Which of both variants is to be preferred? It would appear as if σʼ was led by the root שלל ,meaning ‘to plunder, capture, rob (qal) (HALOT s.v.). The verb σκυλεύω (« strip, despoil [ a slain enemy], » LSJ s.v.) seems to be a better translation than σκύλλω, which means ‘to trouble, annoy, maltreat, molestʼ (LSJ s.v.). According to Chantraineʼs dictionary both Greek verbs stem from a different root. In rendering this root elsewhere, σʼ sometimes uses σκυλεύω or the like, but not always. He does not systematically render this root שלל in the same way. Σκύλλω or derivations do not occur in σʼ. In this respect one should bear in mind that all of the Greek minor versions, the translation technique of σʼ is the most difficult to determine. The same can be said of his lexical flexibility, which displays a “lack of predictability.” »

Les racines en hébreu sont notées avec un point entre chaque lettre, il faut donc lire dans cet extrait .ל.ל.ש au lieu de שלל. Ainsi nous avons des corps de morts au combat côté ennemi qui font lʼobjet dʼune inspection minutieuse afin dʼy prendre tous les objets de valeurs, ce qui est compréhensible pour lʼaspect pécuniaire mais pas vraiment pour lʼaspect funéraire, et il est impossible dʼasserter en faveur de la moindre hypothèse sur le service funèbre qui leur était donné. Par contre, pour ce qui est du butin, il y a tout ce qui est précieux mais aussi ce qui est métallique au sens ou cʼest ferreux tout en étant très travaillé, lʼemphase sur une épée prise à lʼennemi post-mortem nʼest pas tant que cela à verser à la notion de butin et dépouille, mais beaucoup plus à notre hypothèse en « repli sur soi » de la Judée décrite en 1M comme dʼune grande méticulosité dans le traitement des objets ferreux récupérés : il semble que ce soit autant le matériau que lʼobjet, ici une épée, qui fassent lʼobjet de toutes les attentions, ce qui ne peut que sʼexpliquer que par une absence de ressources en fer, laquelle se corrèle avec cette volonté de repli sur soi, ce alors quʼil est impossible de dater ce dit début de repli sur soi.

Le verset en question est 1M3,12 que nous citons en grec depuis TX comme suit : « 1M3,12 καὶ ἔλαβον τὰ σκῦλα αὐτῶν, καὶ τὴν μάχαιραν Ἀπολλωνίου ἔλαβεν Ιουδας καὶ ἦν πολεμῶν ἐν αὐτῇ πάσας τὰς ἡμέρας. » Ce qui se corrèle avec 1M4,6 : « καὶ ἅμα ἡμέρᾳ ὤφθη Ιουδας ἐν τῷ πεδίῳ ἐν τρισχιλίοις ἀνδράσιν· πλὴν καλύμματα καὶ μαχαίρας οὐκ εἶχον ὡς ἠβούλοντο ».

Où nous apprenons que les soldats maccabées nʼont ni armes ni boucliers, ce qui est très logiquement du à une insuffisance de ressources en fer de la Judée sous semi-hégémonie séleucide, alors que cela exprime aussi lʼabsence dʼimportation de minerai ferreux vers la Judée, mais nous ne savons pas depuis quand ni pourquoi, tandis que cela se corrèle avec une « volonté de repli sur soi » comme le dit si bien 1M1,11 et nous pouvons supposer que cette non-disponibilité de minerai ferreux soit antérieure à la période séleucide de la Judée alors que pour être plus précis, cette indisponibilité de minerai devrait avoir logiquement commencé avec ce repli sur soi dont parle 1M1,11 et le problème est de savoir quand cela a-t-il commencé, alors que notre présomption est que ce début dʼabsence de minerai ferreux en Judée se corrèle avec lʼabsence de sources au troisième siècle, ce qui vient se corréler avec la documentation fiscale de Zénon de Caunos qui ne cite pas la Judée lagide comme contribuable fiscal notoire, et ce sur plusieurs années. Ceci dit pour lʼaspect local et régional au premier degré, celui des ressources naturelles, du commerce et de la fiscalité. Pour le second degré, celui des relations entre les souverains et les souverainetés, les guerres de Syrie semblent avoir contourné la Judée dans ces mouvements de troupes et ces champs de bataille, ce qui constitue un repli sur soi de facto et de manière passive, alors quʼavec ou sans accès souverain à la mer méditerranée, la Judée devait avoir bien du mal à accéder au port de Joppé dans les périodes de combats de ces guerres qui sʼétendent sur plus dʼun siècle. Tandis que nous ne trouvons pas le moindre document en faveur de sanctions commerciales ou politico-commerciales contre la Judée au troisième siècle alors que pour ce qui est du Levant et du Proche-Orient, hormis la mine de « Machmèsh » complètement exploitée au troisième siècle, nous nʼavons que deux autres mines de fer, lʼune à environ soixante-dix kilomètres au sud-sud-ouest de Kadèsh, dans lʼactuel Liban, et la seconde à environ quatre-vingts kilomètres au sud-est de Togarma dans lʼactuel Turquie alors que nous avons six mines de cuivre dont une à Chypre, mais nous contestons la présence de sel à la mer morte pour la simple raison que le sel de la mer morte nʼest pas comestible de par sa composition bien plus complexe que celle du chlorure de sodium, ce alors que sa consommation, contrairement au sel de mer, nʼest pas seulement incomestible mais aussi particulièrement dangereuse pour lʼhomme, à commencer par des calculs rénaux très prévisibles, et il semble impensable que le sel de la mer morte soit utilisable pour la cachérisation de la viande, parce que cela rendrait tout simplement la viande toxique pour lʼhomme à commencer là-aussi par des calculs rénaux sans parler de la toxicité pour le cœur de par la concentration en potassium, mais il nʼest pas impossible que durant lʼAntiquité les sels de la mer morte aient été vendus en tant que médicament pour voie externe, les thermes et bains étant déjà développés à lʼépoque, et si ils étaient vendus pour lʼalimentation cela ne pouvait que raccourcir lʼespérance de vie, ce qui nʼétait peut-être pas su à lʼépoque. En résumé nous nʼavons que deux mines de fer potentiellement actives au troisième siècle, avec six mines de cuivre probablement aussi en exploitation, dont une juste au sud de la mer morte donc aux frontières de la Judée du troisième siècle, ce qui donne une Judée agricole avec un possible commerce de sel thérapeutique et une possible disponibilité de cuivre avec des ressources en fer au nord de la Judée entre lʼactuel sud-est de la Turquie et lʼactuel Liban.

Aharoni parle dʼimport de fer depuis lʼAsie mineure et les montagnes du Caucase sans préciser jusquʼà quand ce fût le cas. Mais pour en revenir à notre raisonnement, les mines de fer sont au troisième siècle au nord de la Judée, et si celle dans lʼactuelle Turquie est bien sous souveraineté séleucide, nous ne pouvons pas asserter pour celle qui est dans lʼactuel Liban pour ce qui est de la souveraineté , Pr Aharoni ne détaille pas les cultures en fonction de l’altitude, mais nous précisons que la pluie ne va que rarement sur les montagnes de Judée, il faut donc penser à des champs et des arbres en plaine, et des arbres fruitiers en altitude là où le relief impose ses contraintes d’où un faible rendement. territoriale à laquelle elle appartient, notre documentation faisant état dʼune Phénicie séleucide au nord et lagide au sud, ce que nous considérons être une frontière plutôt dynamique au troisième siècle. Le tableau qui résulte est une corrélation entre un repli sur soi de la Judée cité en 1M1,11 avec des soldats sans armes ni boucliers qui se fournissent sur les dépouilles ennemies, un minerai ferreux disponible sur deux sites au nord de la Judée, une fiscalité lagide dont la Judée est absente malgré une économie agricole qui vendait peut-être du sel thérapeutique, et une documentation régionale du troisième siècle dans laquelle la Judée nʼest pas présente, avec une absence de documentation judéenne en interne pour le troisième siècle y compris dans les travaux rédigés après ce troisième siècle. Les faits se corrèlent entre eux et viennent accréditer le récit en filigrane de 1M1,11 mais lʼantithèse consiste en ce que la Judée sous domination perse puis sous-semi hégémonie lagide et séleucide ne pouvait pas échapper à lʼexercice de cette autorité, ne serait-ce que fiscale. Et lʼabsence de documentation fiscale au troisième siècle ne permet pas de statuer sur une fiscalité effective en Judée ni sur une exemption qui aurait été perpétuée, auquel cas nous nʼavons pas trace non plus dʼune exemption dans la documentation du troisième siècle.

Ce sont donc deux thèses, ou plutôt deux théories qui se développent au fil de notre raisonnement, et si les deux sont recevables comme présomptions, nous penchons en faveur de la véracité de 1M1,11 uniquement pour le fond, sur la base des corrélations sus-citées en pensant quʼil faudra encore plusieurs décennies avant quʼune documentation écrite sur le troisième siècle soit trouvée, sachant que toute la Judée et la Samarie ont été fouillées en quête dʼarchives introuvables à ce jour.

Retour d’exil et changement d’identité, une hypothèse sur le retour du premier exil et de ses statistiques

La Recherche a montré l’année dernière, cf. la publication de 2018 de Pr Israel Finkelstein (Hasmonean Realities behind Ezra, Nehemiah, and Chronicles, Society of Biblical Litterature, août 2018), que l’archéologie de Judée ne correspond pas aux statistiques des livres d’Esdras et de Néhémie, et mon hypothèse à ce sujet se conscrit dans une mise en évidence de mouvements « migratoires » de faible ampleur entre la Judée et la Samarie durant l’Antiquité, ce que j’explique en partie dans mon mémoire non encore présenté, tandis que l’aspect qui retient ici mon attention est double, d’une part un début d’explication à la différence entre l’archéologie et le texte biblique, d’autre part la mise en évidence d’un récit qui atteste d’une migration judéenne vers la Samarie et donc d’un changement de nom et d’identité, d’où l’intérêt pour ce blog. En substance, comme disait Gainsbourg, la stratigraphie de Jérusalem n’est pas compatible avec les données démographiques de mouvement de population donnés en Esdras hébraïque et en Néhémie, et mon hypothèse à ce sujet repose uniquement sur les Paralipomènes de Jérémie au chapitre VIII au sein des Ecrits intertestamentaires publiés dans la Pléiade en 1987. En l’espèce, il y est question de Judéens de retour d’exil qui refuse de se séparer de leurs épouses non juives une fois arrivés en Judée, ce qui les motive donc à s’installer ailleurs, ce qui aurait été la raison d’être de la nouvelle ville de Samarie, mais l’archéologie ne donne pas du tout de preuves d’une seconde ville de Samarie, alors que la Recherche a mis en évidence un accroissement de la population de la ville de Samarie à l’époque perse, cf. les travaux de Pr Zertal et Pr Lemaire dans la revue Transeuphratène, volume 3 de 1990. C’est pourquoi je pense qu’il s’agit d’une renaissance de la ville de Samarie de par une expansion démographique d’origine migratoire, ce qui est pour moi au moment où j’écris le premier exemple de Judéens qui renoncent à leur identité judéenne et se retrouvent donc désormais Samaritains, et je cite donc une page qui ne figure pas dans la version définitive de mon mémoire, laquelle cite l’excellente traduction de 1987 comme suit:

Les Paralipomènes de Jérémie, la « nouvelle ville » de Samarie « Le jour arriva où Dieu emporta le peuple de Babylone. Le Seigneur dit alors à Jérémie : « Levez-vous, toi et le peuple et rendez-vous au Jourdain. Tu diras au peuple : « Que celui qui choisit le Seigneur abandonne les œuvres de Babylone. Qu’il en soit ainsi pour les hommes qui ont épousé des femmes de cette ville et pour les femmes qui ont épousé des hommes de cette ville. » Que ceux qui t’écoutent traversent, et prend les à Jérusalem. Mais n’y introduis pas ceux qui ne t’écoutent pas. » Jérémie leur rapporta ces paroles. Et ils se levèrent et vinrent au Jourdain pour le traverser. Quand Jérémie leur dit les paroles que le Seigneur lui avait dites, la moitié de ceux qui avaient épousé des femmes étrangères ne voulut pas écouter Jérémie et lui dit : « Nous ne voulons pas abandonner nos épouses à tout jamais ; nous les prendrons avec nous dans notre ville. » Ils traversèrent donc le Jourdain et arrivèrent à Jérusalem. Alors Jérémie et Baruch et Abimélech s’arrêtèrent et leur dirent : « Aucun homme uni à des Babyloniennes n’entrera dans cette ville. » Ils se dirent les uns aux autres : « Levons-nous et retournons à Babylone, notre place. » Et ils s’en allèrent. Comme ils arrivaient à Babylone, les Babyloniens vinrent à leur rencontre et leur dirent : « Vous n’entrerez pas dans notre ville, parce que vous nous avez haïs, et que vous nous avez quitté furtivement. A cause de cela, vous n’entrerez pas chez nous. Car nous nous sommes mutuellement engagés par un serment prononcé au nom de notre dieu de ne vous recevoir ni vous ni vos enfants, puisque vous nous avez quitté furtivement. » Quand ils entendirent ces paroles, ils s’en retournèrent et ils arrivèrent en un lieu désert, loin de Jérusalem, et ils bâtirent une ville pour eux qu’ils appelèrent du nom de Samarie. Jérémie leur envoya ce message : « Convertissez-vous, car voici que vient l’ange de justice ; il vous conduira à votre lieu élevé. » In Paralipomènes de Jérémie, VIII

A ce jour, de mon point de vue, je n’ai aucune raison de croire que cette théorie ne tient pas, elle me semble expliquer très logiquement la différence entre les résultats de l’archéologie et le récit biblique en hébreu, ce sur la base des publications de Pr Lemaire et Zertal dans Transeuphratène volume n°3 de 1990.

La suite du corpus et de ses complications dans le prochain article, et ci-dessous les cartes des articles de Pr Zertal et Pr Lemaire suivis d’un extrait de leurs excellents articles sans lesquels rien n’aurait été possible.

Professeur André Lemaire :

« L’archéologie éclaire quelque peu le rôle de Samarie en tant que capitale de cette province car ses fortifications de l’époque du Fer semblent y avoir été utilisées jusqu’à la fin de l’époque perse. Le rôle de Samarie, en tant que ville fortifiée, semble confirmé par les indications bibliques suivant laquelle la ville était une qiryah (Esdras 410) et disposait d’une force armée/garnison, ainsi que les papyri du Wadi Dâliyeh, en fait écrits « à Samarie la forteresse/ville forte (byrt’)/cité (qryt’) qui est dans la province de Samarie (bsmryn mdynt’) ». Ces documents samaritains, qui concernent surtout des transferts d’esclaves, de propriétés ou des contrats de mariage, révèlent une population assez mêlée dont l’onomastique yahviste côtoie une onomastique accadienne (d’anciens déportés ?), ainsi que d’autres théophores avec « Qôs » (édomite), « Kemosh » (moabite), « Ba’al » (cananéo-phénicien), « Nabu » (babylonien et « Sahar » (araméen). Cette diversité n’est pas contredite par quelques ostraca de Samarie, et semble confirmée par le nom probablement perse, mtr’, peint sur un vase de Qadum en Samarie. Outre l’onomastique de Samarie connue par les papyri du Wadi Dâliyeh, la présence phénicienne est attestée à Sichem par la tradition littéraire de Flavius Josèphe ainsi que, peut-être, par des vases en bronze trouvés dans une tombe.

               Les monnaies de la grotte du Wadi Dâliyeh, ainsi que celles de Samarie et de Sichem paraissent d’origines diverses : perses, grecques, sidoniennes, tyriennes et philisto-arabes. Cependant l’existence d’un atelier monétaire samaritain, frappant des monnaies divisionnaires, semble maintenant admise après la publication des monnaies de « Jéroboam » et en attendant celle du trésor dit « de Naplouse ». »

Professeur Adam Zertal :

« The Assyrian conquest in 722/1 B.C. seems to have emptied large parts of the country. The 27 290 persons deported from Samaria by Sargon II represented about half the entire estimated 8th century population (nearly 50 000). The main regions which suffered were the eastern valleys, for reasons still unknown. The newcomers, deported from Arabia, the Euphrate’s valley and Elam to Samaria, were settled by the Assyrians in those regions, as shown by the dispersion of the wedge-decorated bowl (Fig. 5).

               The Persian period saw a massive movement toward the mountainous areas, especially around two centre: the Dothan valley and Samaria, the city (Fig. 10). Nearly half of all the sites were concentrated within a 10 km. ring around the capital, a phenomenon showing the traditional importance giver to Samaria by the Persian administration, as well as its predecessors.

               The second concentration of settlements was found around the Dothan valley. Here too, not only were many sites recorded, but nearly 80% of them were newly founded. The best explanation for this is apparently found in the historical narrative of the book of Judith, one of the well-known of the Apocrypha. In this book, somewhat controversial for its date and historicity, a description is given of a Jewish community concentrated around the valley of Dothan, with other communities dispersed in Samaria. Many characteristics in the book point to a background in the Persian period, although the date of editing may have been in the Hellenistic period. The full-scale survey enabled us to understand the geographical background of the book, never before studied in the territory itself. If the evidence in Judith 4.3 is indeed historical, we have here a previously unknown part of the saga of the return from Babylon. Grintz believes that a special community of Israelites settled in Samaria, a section of the newcomers with Ezra and Nehemiah ; this version can now be supported by the archaeological evidence (i.e. the high percentage of site foundations around the Dothan valley). Another explanation may be that the Israelite population had remained in the territory since the fall of Samaria. The Dothan area was heavily settled already in the Iron II period, and no evidence points to massive deportations from there. As for the location of Bethulia and Bethomastim, the two ‘mysterious’ cities of the book (Judith 4,6), the author hopes to clarify their location in a different study.” « 

Un corpus par l’opposition, un corpus en opposition

Finalement j’aurai opté pour quelques jours de délai pour l’article précédent pour ce qui est de l’ajout des versets en hébreu qui peuvent attendre un peu. Entre temps je pose le corpus du texte massorétique qui évoque l’incirconcis, ce qui peut être un attribut constituant de l’identité mais dans ce blog je préfère ne faire aucune assertion dans ce domaine. Ce qui est versé ci-dessous est extrait des premières pages de mon mémoire pas encore soutenu et je ne peux pas remettre les crochets en entier au bon endroit, ce pour quoi je vous prie de bien vouloir m’excuser.

L’ Ancien Testament inclut de par son récit une thématique qui reflète l’importance de la circoncision qui va au-delà de l’ordre divin, c’est aussi un facteur identitaire qui vient définir l’Autre dans le contexte de l’époque biblique. C’est pourquoi j’ai choisi de présenter dans ce sous-chapitre l’ensemble des occurrences où le mot /’arel/ y apparaît, ce afin qu’il constitue un des outils qui permettront de répondre aux problématiques à résoudre dans le cas de ce mémoire, la notion d’identité sera débattue dans les pages sur l’acculturation sur la base des travaux d’Edouard Will dans le chapitre sur l’époque hellénistique.

Ex. 12,48
[מח] וְכִֽי־יָג֨וּר אִתְּךָ֜ גֵּ֗ר וְעָ֣שָׂה פֶסַח֘ לַיהוָה֒ הִמּ֧וֹל ל֣וֹ כָל־זָכָ֗ר וְאָז֙ יִקְרַ֣ב לַעֲשֹׂת֔וֹ וְהָיָ֖ה כְּאֶזְרַ֣ח הָאָ֑רֶץ וְכָל־עָרֵ֖ל לֹא־יֹ֥אכַל בּֽוֹ:
48ἐὰν δέ τις προσέλθῃ πρὸς ὑμᾶς προσήλυτος ποιῆσαι τὸ πασχα κυρίῳ, περιτεμεῖς αὐτοῦ πᾶν ἀρσενικόν, καὶ τότε προσελεύσεται ποιῆσαι αὐτὸ καὶ ἔσται ὥσπερ καὶ ὁ αὐτόχθων τῆς γῆς· πᾶς ἀπερίτμητος οὐκ ἔδεται ἀπ᾽ αὐτοῦ.
48 Si un étranger, habite avec toi et veut célébrer la pâque du Seigneur, que tout mâle qui lui appartient soit circoncis, il sera alors admis à la célébrer et deviendra l’égal de l’indigène; mais nul incirconcis n’en mangera.
12:48 Si un étranger en séjour chez toi veut faire la Pâque de l’Éternel, tout mâle de sa maison devra être circoncis; alors il s’approchera pour la faire, et il sera comme l’indigène; mais aucun incirconcis n’en mangera.


Is. 52,1
[א] עוּרִ֥י עוּרִ֛י לִבְשִׁ֥י עֻזֵּ֖ךְ צִיּ֑וֹן לִבְשִׁ֣י׀ בִּגְדֵ֣י תִפְאַרְתֵּ֗ךְ יְרוּשָׁלִַם֙ עִ֣יר הַקֹּ֔דֶשׁ כִּ֣י לֹ֥א יוֹסִ֛יף יָבֹא־בָ֥ךְ ע֖וֹד עָרֵ֥ל וְטָמֵֽא:
1᾿Εξεγείρου ἐξεγείρου, Σιων, ἔνδυσαι τὴν ἰσχύν σου, Σιων, καὶ ἔνδυσαι τὴν δόξαν σου, Ιερουσαλημ πόλις ἡ ἁγία· οὐκέτι προστεθήσεται διελθεῖν διὰ σοῦ ἀπερίτμητος καὶ ἀκάθαρτος.
1 Réveille-toi, réveille-toi! Pare-toi de ta force, ô Sion! Revêts tes habits de fête, ô Jérusalem, Cité sainte! Car désormais personne d’incirconcis ni d’impur n’entrera plus chez toi.
Réveille-toi! réveille-toi! revêts ta parure, Sion! Revêts tes habits de fête, Jérusalem, ville sainte! Car il n’entrera plus chez toi ni incirconcis ni impur.


Gn. 17,14
[יד] וְעָרֵ֣ל ׀ זָכָ֗ר אֲשֶׁ֤ר לֹֽא־יִמּוֹל֙ אֶת־בְּשַׂ֣ר עָרְלָת֔וֹ וְנִכְרְתָ֛ה הַנֶּ֥פֶשׁ הַהִ֖וא מֵעַמֶּ֑יהָ אֶת־בְּרִיתִ֖י הֵפַֽר: ס
14καὶ ἀπερίτμητος ἄρσην, ὃς οὐ περιτμηθήσεται τὴν σάρκα τῆς ἀκροβυστίας αὐτοῦ τῇ ἡμέρᾳ τῇ ὀγδόῃ, ἐξολεθρευθήσεται ἡ ψυχὴ ἐκείνη ἐκ τοῦ γένους αὐτῆς, ὅτι τὴν διαθήκην μου διεσκέδασεν.
14 Et le mâle incirconcis, qui n’aura pas retranché la chair de son excroissance, sera supprimé lui-même du sein de son peuple pour avoir enfreint mon alliance.
Un mâle incirconcis, qui n’aura pas été circoncis dans sa chair, sera exterminé du milieu de son peuple: il aura violé mon alliance.


Lv. 26,41
[מא] אַף־אֲנִ֗י אֵלֵ֤ךְ עִמָּם֙ בְּקֶ֔רִי וְהֵבֵאתִ֣י אֹתָ֔ם בְּאֶ֖רֶץ אֹיְבֵיהֶ֑ם אוֹ־אָ֣ז יִכָּנַ֗ע לְבָבָם֙ הֶעָרֵ֔ל וְאָ֖ז יִרְצ֥וּ אֶת־עֲוֺנָֽם:
41καὶ ἐγὼ ἐπορεύθην μετ᾽ αὐτῶν ἐν θυμῷ πλαγίῳ καὶ ἀπολῶ αὐτοὺς ἐν τῇ γῇ τῶν ἐχθρῶν αὐτῶν· τότε ἐντραπήσεται ἡ καρδία αὐτῶν ἡ ἀπερίτμητος, καὶ τότε εὐδοκήσουσιν τὰς ἁμαρτίας αὐτῶν.
41 pour laquelle moi aussi je les aurai traités hostilement, en les déportant au pays de leurs ennemis à moins qu’alors leur cœur obtus ne s’humilie, et alors ils expieront leur iniquité.
40 Puis ils confesseront leur iniquité et celle de leurs pères, leur forfaiture envers moi, et aussi leur conduite hostile à mon égard, 41péchés à cause desquels moi aussi je leur résisterai et les mènerai dans le pays de leurs ennemis. Et alors leur cœur incirconcis s’humiliera, et ils paieront la dette de leurs iniquités.


1S 17,26&36
[כו] וַיֹּ֣אמֶר דָּוִ֗ד אֶֽל־הָאֲנָשִׁ֞ים הָעֹמְדִ֣ים עִמּוֹ֘ לֵאמֹר֒ מַה־יֵּעָשֶׂ֗ה לָאִישׁ֙ אֲשֶׁ֤ר יַכֶּה֙ אֶת־הַפְּלִשְׁתִּ֣י הַלָּ֔ז וְהֵסִ֥יר חֶרְפָּ֖ה מֵעַ֣ל יִשְׂרָאֵ֑ל כִּ֣י מִ֗י הַפְּלִשְׁתִּ֤י הֶעָרֵל֙ הַזֶּ֔ה כִּ֣י חֵרֵ֔ף מַעַרְכ֖וֹת אֱלֹהִ֥ים חַיִּֽים:
[לו] גַּ֧ם אֶֽת־הָאֲרִ֛י גַּם־הַדֹּ֖ב הִכָּ֣ה עַבְדֶּ֑ךָ וְֽ֠הָיָה הַפְּלִשְׁתִּ֨י הֶעָרֵ֤ל הַזֶּה֙ כְּאַחַ֣ד מֵהֶ֔ם כִּ֣י חֵרֵ֔ף מַעַרְכֹ֖ת אֱלֹהִ֥ים חַיִּֽים: ס
Le verset 1S 17,26 n’est pas référencé dans la Septante de la société biblique allemande.
26 David, s’adressant à ceux qui étaient près de lui, demanda: « Que fera-t-on à l’homme qui aura vaincu ce Philistin et délivré Israël de l’ignominie? Qu’est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter les légions du Dieu vivant! »
26David dit aux hommes qui se trouvaient près de lui: Que fera-t-on à celui qui tuera ce Philistin, et qui ôtera l’opprobre de dessus Israël? Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu vivant?


36καὶ τὴν ἄρκον ἔτυπτεν ὁ δοῦλός σου καὶ τὸν λέοντα, καὶ ἔσται ὁ ἀλλόφυλος ὁ ἀπερίτμητος ὡς ἓν τούτων· οὐχὶ πορεύσομαι καὶ πατάξω αὐτὸν καὶ ἀφελῶ σήμερον ὄνειδος ἐξ Ισραηλ; διότι τίς ὁ ἀπερίτμητος οὗτος, ὃς ὠνείδισεν παράταξιν θεοῦ ζῶντος;
36 Puisque ton serviteur a eu raison et du lion et de l’ours, cet impur Philistin aura le même sort, lui qui a défié les légions du Dieu vivant. »
36C’est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l’ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l’un d’eux, car il a insulté l’armée du Dieu vivant.


Ex. 6,12
[יב] וַיְדַבֵּ֣ר מֹשֶׁ֔ה לִפְנֵ֥י יְהוָ֖ה לֵאמֹ֑ר הֵ֤ן בְּנֵֽי־יִשְׂרָאֵל֙ לֹא־שָׁמְע֣וּ אֵלַ֔י וְאֵיךְ֙ יִשְׁמָעֵ֣נִי פַרְעֹ֔ה וַאֲנִ֖י עֲרַ֥ל שְׂפָתָֽיִם: פ
12ἐλάλησεν δὲ Μωυσῆς ἔναντι κυρίου λέγων ᾿Ιδοὺ οἱ υἱοὶ Ισραηλ οὐκ εἰσήκουσάν μου, καὶ πῶς εἰσακούσεταί μου Φαραω; ἐγὼ δὲ ἄλογός εἰμι.
12 Mais Moïse s’exprima ainsi devant l’Éternel: « Quoi! les enfants d’Israël ne m’ont pas écouté et Pharaon m’écouterait, moi qui ai la parole embarrassée! »
12Moïse répondit en présence de l’Éternel: Voici, les enfants d’Israël ne m’ont point écouté; comment Pharaon m’écouterait-il, moi qui n’ai pas la parole facile?


Ex. 6,30
[ל] וַיֹּ֥אמֶר מֹשֶׁ֖ה לִפְנֵ֣י יְהוָ֑ה הֵ֤ן אֲנִי֙ עֲרַ֣ל שְׂפָתַ֔יִם וְאֵ֕יךְ יִשְׁמַ֥ע אֵלַ֖י פַּרְעֹֽה: פ
30καὶ εἶπεν Μωυσῆς ἐναντίον κυρίου ᾿Ιδοὺ ἐγὼ ἰσχνόφωνός εἰμι, καὶ πῶς εἰσακούσεταί μου Φαραω;
30 Et Moïse avait dit devant l’Éternel: « Certes, j’ai la parole embarrassée , comment donc Pharaon m’écouterait-il? « 
30Et Moïse répondit en présence de l’Éternel: Voici, je n’ai pas la parole facile; comment Pharaon m’écouterait-il?


Ez. 44,9 (double occurrence dans le même verset)
[ט] כֹּה־אָמַר֘ אֲדנָ֣י יְהֹוִה֒ כָּל־בֶּן־נֵכָ֗ר עֶ֤רֶל לֵב֙ וְעֶ֣רֶל בָּשָׂ֔ר לֹ֥א יָב֖וֹא אֶל־מִקְדָּשִׁ֑י לְכָ֨ל־בֶּן־נֵכָ֔ר אֲשֶׁ֕ר בְּת֖וֹךְ בְּנֵ֥י יִשְׂרָאֵֽל:
9διὰ τοῦτο τάδε λέγει κύριος ὁ θεός Πᾶς υἱὸς ἀλλογενὴς ἀπερίτμητος καρδίᾳ καὶ ἀπερίτμητος σαρκὶ οὐκ εἰσελεύσεται εἰς τὰ ἅγιά μου ἐν πᾶσιν υἱοῖς ἀλλογενῶν τῶν ὄντων ἐν μέσῳ οἴκου Ισραηλ,
9 Ainsi parle le Seigneur Dieu: « Aucun fils d’étranger, incirconcis de coeur et incirconcis de chair, n’entrera dans mon sanctuaire, aucun fils d’étranger se trouvant parmi les enfants d’Israël.
9Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel: Aucun étranger, incirconcis de coeur et incirconcis de chair, n’entrera dans mon sanctuaire, aucun des étrangers qui seront au milieu des enfants d’Israël.


Jr. 6,10
[י] עַל־מִ֨י אֲדַבְּרָ֤ה וְאָעִ֙ידָה֙ וְיִשְׁמָ֔עוּ הִנֵּה֙ עֲרֵלָ֣ה אָזְנָ֔ם וְלֹ֥א יוּכְל֖וּ לְהַקְשִׁ֑יב הִנֵּ֣ה דְבַר־יְהוָ֗ה הָיָ֥ה לָהֶ֛ם לְחֶרְפָּ֖ה לֹ֥א יַחְפְּצוּ־בֽוֹ:
10πρὸς τίνα λαλήσω καὶ διαμαρτύρωμαι, καὶ ἀκούσεται; ἰδοὺ ἀπερίτμητα τὰ ὦτα αὐτῶν, καὶ οὐ δύνανται ἀκούειν· ἰδοὺ τὸ ῥῆμα κυρίου ἐγένετο αὐτοῖς εἰς ὀνειδισμόν, οὐ μὴ βουληθῶσιν αὐτὸ ἀκοῦσαι.
10 A qui parlerai-je? Qui adjurer, pour qu’on écoute? Voici, leur oreille est bouchée comme par une excroissance, ils ne peuvent prêter d’attention; voici, la parole de l’Eternel est devenue pour eux un objet de mépris, ils n’y prennent aucun goût.
10 A qui m’adresser, et qui prendre à témoin pour qu’on écoute? Voici, leur oreille est incirconcise, Et ils sont incapables d’être attentifs; Voici, la parole de l’Éternel est pour eux un opprobre, Ils n’y trouvent aucun plaisir.

Js. 5,7
[ז] וְאֶת־בְּנֵיהֶם֙ הֵקִ֣ים תַּחְתָּ֔ם אֹתָ֖ם מָ֣ל יְהוֹשֻׁ֑עַ כִּֽי־עֲרֵלִ֣ים הָי֔וּ כִּ֛י לֹֽא־מָ֥לוּ אוֹתָ֖ם בַּדָּֽרֶךְ:
7ἀντὶ δὲ τούτων ἀντικατέστησεν τοὺς υἱοὺς αὐτῶν, οὓς ᾿Ιησοῦς περιέτεμεν διὰ τὸ αὐτοὺς γεγενῆσθαι κατὰ τὴν ὁδὸν ἀπεριτμήτους.
7 Mais il adopta leurs fils à leur place, et ce furent ceux-là que circoncit Josué; car ils étaient incirconcis, vu qu’on n’avait pu les circoncire pendant le voyage.
7Ce sont leurs enfants qu’il établit à leur place; et Josué les circoncit, car ils étaient incirconcis, parce qu’on ne les avait point circoncis pendant la route.


Jr. 9,25 (double occurrence)
[כה] עַל־מִצְרַ֣יִם וְעַל־יְהוּדָ֗ה וְעַל־אֱד֞וֹם וְעַל־בְּנֵ֤י עַמּוֹן֙ וְעַל־מוֹאָ֔ב וְעַל֙ כָּל־קְצוּצֵ֣י פֵאָ֔ה הַיֹּשְׁבִ֖ים בַּמִּדְבָּ֑ר כִּ֤י כָל־הַגּוֹיִם֙ עֲרֵלִ֔ים וְכָל־בֵּ֥ית יִשְׂרָאֵ֖ל עַרְלֵי־לֵֽב: פ 18
25ἐπ᾽ Αἴγυπτον καὶ ἐπὶ τὴν Ιουδαίαν καὶ ἐπὶ Εδωμ καὶ ἐπὶ υἱοὺς Αμμων καὶ ἐπὶ υἱοὺς Μωαβ καὶ ἐπὶ πάντα περικειρόμενον τὰ κατὰ πρόσωπον αὐτοῦ τοὺς κατοικοῦντας ἐν τῇ ἐρήμῳ· ὅτι πάντα τὰ ἔθνη ἀπερίτμητα σαρκί, καὶ πᾶς οἶκος Ισραηλ ἀπερίτμητοι καρδίας αὐτῶν.
25 en Égypte et en Judas, en Édom et chez les fils d’Ammon, en Moab et chez les hommes aux tempes rasées qui habitent le désert, car toutes ces nations sont des incirconcis comme toute la maison d’Israël : des incirconcis de cœur
.
25 contre l’Egypte et Judas, contre Edom, contre les fils d’Ammon et Moab, et contre tous les habitants du désert qui se taillent les coins de la barbe; car si tous ces peuples sont incirconcis, toute la maison d’Israël a, elle, le cœur incirconcis

Ez. 28,10
[י] מוֹתֵ֧י עֲרֵלִ֛ים תָּמ֖וּת בְּיַד־זָרִ֑ים כִּ֚י אֲנִ֣י דִבַּ֔רְתִּי נְאֻ֖ם אֲדנָ֥י יְהֹוִֽה: פ
10ἀπεριτμήτων ἀπολῇ ἐν χερσὶν ἀλλοτρίων· ὅτι ἐγὼ ἐλάλησα, λέγει κύριος.
10 Tu mourras de la mort des incirconcis par la main des étrangers, car c’est ‘moi qui parle, dit le Seigneur Dieu.
10 Tu mourras de la mort des incirconcis, Par la main des étrangers. Car moi, j’ai parlé, Dit le Seigneur, l’Éternel.

Ez. 31,18
[יח] אֶל־מִ֨י דָמִ֥יתָ כָּ֛כָה בְּכָב֥וֹד וּבְגֹ֖דֶל בַּעֲצֵי־עֵ֑דֶן וְהוּרַדְתָּ֨ אֶת־עֲצֵי־עֵ֜דֶן אֶל־אֶ֣רֶץ תַּחְתִּ֗ית בְּת֨וֹךְ עֲרֵלִ֤ים תִּשְׁכַּב֙ אֶת־חַלְלֵי־חֶ֔רֶב ה֤וּא פַרְעֹה֙ וְכָל־הֲמוֹנֹ֔ה נְאֻ֖ם אֲדנָ֥י יְהֹוִֽה: פ
18τίνι ὡμοιώθης; κατάβηθι καὶ καταβιβάσθητι μετὰ τῶν ξύλων τῆς τρυφῆς εἰς γῆς βάθος· ἐν μέσῳ ἀπεριτμήτων κοιμηθήσῃ μετὰ τραυματιῶν μαχαίρας. οὕτως Φαραω καὶ τὸ πλῆθος τῆς ἰσχύος αὐτοῦ, λέγει κύριος κύριος.
18 A qui donc pouvais-tu être comparé en gloire et en grandeur parmi les arbres de l’Eden? Et pourtant, tu seras précipité, avec les arbres de l’Eden, dans les régions souterraines, parmi les incirconcis; tu seras couché avec les victimes de l’épée. Voilà ce qu’est Pharaon avec toute sa cohue, dit le Seigneur Dieu.
18 A qui ressembles-tu ainsi en gloire et en grandeur Parmi les arbres d’Éden? Tu seras précipité avec les arbres d’Éden Dans les profondeurs de la terre, Tu seras couché au milieu des incirconcis, Avec ceux qui ont péri par l’épée. Voilà Pharaon et toute sa multitude! Dit le Seigneur, l’Éternel.


Ez. 32,19
[יט] מִמִּ֖י נָעָ֑מְתָּ רְדָ֥ה וְהָשְׁכְּבָ֖ה אֶת־עֲרֵלִֽים:
Ez. 32,19 n’est pas référencé dans la Septante de la société biblique allemande.
Qui dépasses-tu en agrément? Descends! Couche-toi avec des incirconcis !
Qui surpasses-tu en beauté? Descends, et couche-toi avec les incirconcis!

Ez. 32,24
כד] שָׁ֤ם עֵילָם֙ וְכָל־הֲמוֹנָ֔הּ סְבִיב֖וֹת קְבֻרָתָ֑הּ כֻּלָּ֣ם חֲלָלִים֩ הַנֹּפְלִ֨ים בַּחֶ֜רֶב אֲֽשֶׁר־יָרְד֥וּ עֲרֵלִ֣ים׀ אֶל־אֶ֣רֶץ תַּחְתִּיּ֗וֹת אֲשֶׁ֨ר נָתְנ֤וּ חִתִּיתָם֙ בְּאֶ֣רֶץ חַיִּ֔ים וַיִּשְׂא֥וּ כְלִמָּתָ֖ם אֶת־י֥וֹרְדֵי בֽוֹר:
24ἐκεῖ Αιλαμ καὶ πᾶσα ἡ δύναμις αὐτοῦ περικύκλῳ τοῦ μνήματος αὐτοῦ, πάντες οἱ τραυματίαι οἱ πεπτωκότες μαχαίρᾳ καὶ οἱ καταβαίνοντες ἀπερίτμητοι εἰς γῆς βάθος, οἱ δεδωκότες αὐτῶν φόβον ἐπὶ γῆς ζωῆς καὶ ἐλάβοσαν τὴν βάσανον αὐτῶν μετὰ τῶν καταβαινόντων εἰς βόθρον

Là est Elam avec toute sa multitude à l’entour de son sépulcre; ce sont tous des victimes tombées sous le glaive; ils sont descendus incirconcis dans les profondeurs souterraines, eux qui avaient porté la terreur au pays des vivants; ils subissent leur opprobre avec ceux qui sont descendus dans la fosse.

Là est Élam, avec toute sa multitude, Autour est son sépulcre; Tous sont morts, sont tombés par l’épée; Ils sont descendus incirconcis dans les profondeurs de la terre, Eux qui répandaient la terreur dans le pays des vivants, Et ils ont porté leur ignominie vers ceux qui descendent dans la fosse.

Ez. 32,25
[כה] בְּת֣וֹךְ חֲ֠לָלִים נָתְנ֨וּ מִשְׁכָּ֥ב לָהּ֙ בְּכָל־הֲמוֹנָ֔הּ סְבִיבוֹתָ֖יו קִבְרֹתֶ֑הָ כֻּלָּ֣ם עֲרֵלִ֣ים חַלְלֵי־חֶ֡רֶב כִּֽי־נִתַּ֨ן חִתִּיתָ֜ם בְּאֶ֣רֶץ חַיִּ֗ים וַיִּשְׂא֤וּ כְלִמָּתָם֙ אֶת־י֣וֹרְדֵי ב֔וֹר בְּת֥וֹךְ חֲלָלִ֖ים נִתָּֽן:
25ἐν μέσῳ τραυματιῶν.
25 Au milieu des victimes, on a fait reposer Élam, parmi toute la multitude ; autour de lui, ses tombeaux. Tous ces incirconcis ont été victimes de l’épée, car ils répandaient la terreur sur la terre des vivants. Ils portent leur déshonneur avec ceux qui sont descendus à la fosse. Élam est placé au milieu des victimes.

25 Au milieu des cadavres, on lui a donné une couche, avec toute sa multitude dans des tombes tout autour; ce sont tous des incirconcis, victimes du glaive, car leur terreur s’est répandue dans le pays des vivants; ils subissent leur opprobre avec ceux qui sont descendus dans la fosse; au milieu des cadavres, elle a été placée.

Ez. 32,26
[כו] שָׁ֣ם מֶ֤שֶׁךְ תֻּבַל֙ וְכָל־הֲמוֹנָ֔הּ סְבִיבוֹתָ֖יו קִבְרוֹתֶ֑יהָ כֻּלָּ֤ם עֲרֵלִים֙ מְחֻ֣לְלֵי חֶ֔רֶב כִּי־נָתְנ֥וּ חִתִּיתָ֖ם בְּאֶ֥רֶץ חַיִּֽים:
26ἐκεῖ ἐδόθησαν Μοσοχ καὶ Θοβελ καὶ πᾶσα ἡ ἰσχὺς αὐτῶν περικύκλῳ τοῦ μνήματος αὐτοῦ, πάντες τραυματίαι αὐτοῦ, πάντες ἀπερίτμητοι τραυματίαι ἀπὸ μαχαίρας, οἱ δεδωκότες τὸν φόβον αὐτῶν ἐπὶ γῆς ζωῆς·
26 Là est Méchec, là est Toubal et toute sa multitude; autour de lui ses tombeaux. Ce sont tous des incirconcis, victimes du glaive, car ils ont porté leur terreur au pays des vivants.
26 Là sont Méschec, Tubal, et toute leur multitude, Et leurs sépulcres sont autour d’eux; Tous ces incirconcis sont morts par l’épée, Car ils répandaient la terreur dans le pays des vivants.


Ez. 32,28
[כח] וְאַתָּ֗ה בְּת֧וֹךְ עֲרֵלִ֛ים תִּשָּׁבַ֥ר וְתִשְׁכַּ֖ב אֶת־חַלְלֵי־חָֽרֶב:
28καὶ σὺ ἐν μέσῳ ἀπεριτμήτων κοιμηθήσῃ μετὰ τετραυματισμένων μαχαίρᾳ.
28 Et toi, au milieu des incirconcis tu seras brisé, et tu te coucheras avec les victimes du glaive.
28 Toi aussi, tu seras brisé au milieu des incirconcis; Tu seras couché avec ceux qui sont morts par l’épée.


Ez. 32,29
[כט] שָׁ֣מָּה אֱד֗וֹם מְלָכֶ֙יהָ֙ וְכָל־נְשִׂיאֶ֔יהָ אֲשֶׁר־נִתְּנ֥וּ בִגְבוּרָתָ֖ם אֶת־חַלְלֵי־חָ֑רֶב הֵ֛מָּה אֶת־עֲרֵלִ֥ים יִשְׁכָּ֖בוּ וְאֶת־יֹ֥רְדֵי בֽוֹר:
29ἐκεῖ ἐδόθησαν οἱ ἄρχοντες Ασσουρ οἱ δόντες τὴν ἰσχὺν αὐτοῦ εἰς τραῦμα μαχαίρας· οὗτοι μετὰ τραυματιῶν ἐκοιμήθησαν, μετὰ καταβαινόντων εἰς βόθρον.
29 Là est Edom, avec ses rois et tous ses princes qui ont été mis, en dépit de leur force, avec les victimes du glaive; ceux-là reposent avec les incirconcis et ceux qui sont descendus dans la fosse.
29 Là sont Édom, ses rois et tous ses princes, Qui, malgré leur vaillance, ont été placés Avec ceux qui sont morts par l’épée; Ils sont couchés avec les incirconcis, Avec ceux qui descendent dans la fosse.


Ez. 32,30
[ל] שָׁ֣מָּה נְסִיכֵ֥י צָפ֛וֹן כֻּלָּ֖ם וְכָל־צִדֹנִ֑י אֲשֶׁר־יָרְד֣וּ אֶת־חֲלָלִ֗ים בְּחִתִּיתָ֤ם מִגְבֽוּרָתָם֙ בּוֹשִׁ֔ים וַיִּשְׁכְּב֤וּ עֲרֵלִים֙ אֶת־חַלְלֵי־חֶ֔רֶב וַיִּשְׂא֥וּ כְלִמָּתָ֖ם אֶת־י֥וֹרְדֵי בֽוֹר:
30ἐκεῖ οἱ ἄρχοντες τοῦ βορρᾶ πάντες στρατηγοὶ Ασσουρ οἱ καταβαίνοντες τραυματίαι σὺν τῷ φόβῳ αὐτῶν καὶ τῇ ἰσχύι αὐτῶν ἐκοιμήθησαν ἀπερίτμητοι μετὰ τραυματιῶν μαχαίρας καὶ ἀπήνεγκαν τὴν βάσανον αὐτῶν μετὰ τῶν καταβαινόντων εἰς βόθρον.
30 Là sont les princes du Nord au complet et tous les Sidoniens qui sont descendus avec les corps morts, confondus malgré la terreur que leur vigueur inspirait ; ils se sont couchés, incirconcis, avec les victimes du glaive, et ils ont porté leur opprobre avec ceux qui sont descendus dans la fosse.
30 Là sont tous les princes du septentrion, et tous les Sidoniens, Qui sont descendus vers les morts, Confus, malgré la terreur qu’inspirait leur vaillance; Ces incirconcis sont couchés avec ceux qui sont morts par l’épée, Et ils ont porté leur ignominie vers ceux qui descendent dans la fosse.

Ez. 32,27
[כז] וְלֹ֤א יִשְׁכְּבוּ֙ אֶת־גִּבּוֹרִ֔ים נֹפְלִ֖ים מֵעֲרֵלִ֑ים אֲשֶׁ֣ר יָרְדֽוּ־שְׁא֣וֹל בִּכְלֵֽי־מִלְחַמְתָּם֩ וַיִּתְּנ֨וּ אֶת־חַרְבוֹתָ֜ם תַּ֣חַת רָאשֵׁיהֶ֗ם וַתְּהִ֤י עֲוֺֽנֹתָם֙ עַל־עַצְמוֹתָ֔ם כִּֽי־חִתִּ֥ית גִּבּוֹרִ֖ים בְּאֶ֥רֶץ חַיִּֽים:
27καὶ ἐκοιμήθησαν μετὰ τῶν γιγάντων τῶν πεπτωκότων ἀπὸ αἰῶνος, οἳ κατέβησαν εἰς ᾅδου ἐν ὅπλοις πολεμικοῖς καὶ ἔθηκαν τὰς μαχαίρας αὐτῶν ὑπὸ τὰς κεφαλὰς αὐτῶν· καὶ ἐγενήθησαν αἱ ἀνομίαι αὐτῶν ἐπὶ τῶν ὀστῶν αὐτῶν, ὅτι ἐξεφόβησαν γίγαντας ἐν γῇ ζωῆς.
27 Mais ils ne reposent pas avec les héros qui sont tombés parmi les incirconcis, qui sont descendus au tombeau avec leur attirail de guerre, à qui on a mis leurs glaives sous la tête; leurs crimes sont restés sur leurs ossements, car la terreur des héros a été au pays des vivants.
27 Ils ne sont pas couchés avec les héros, Ceux qui sont tombés d’entre les incirconcis; Ils sont descendus au séjour des morts avec leurs armes de guerre, Ils ont mis leurs épées sous leurs têtes, Et leurs iniquités ont été sur leurs ossements; Car ils étaient la terreur des héros dans le pays des vivants.

Ez. 44,7 (double occurrence)
[ז] בַּהֲבִיאֲכֶ֣ם בְּנֵי־נֵכָ֗ר עַרְלֵי־לֵב֙ וְעַרְלֵ֣י בָשָׂ֔ר לִהְי֥וֹת בְּמִקְדָּשִׁ֖י לְחַלְּל֣וֹ אֶת־בֵּיתִ֑י בְּהַקְרִֽיבְכֶ֤ם אֶת־לַחְמִי֙ חֵ֣לֶב וָדָ֔ם וַיָּפֵ֙רוּ֙ אֶת־בְּרִיתִ֔י אֶ֖ל כָּל־תּוֹעֲבוֹתֵיכֶֽם:
7τοῦ εἰσαγαγεῖν ὑμᾶς υἱοὺς ἀλλογενεῖς ἀπεριτμήτους καρδίᾳ καὶ ἀπεριτμήτους σαρκὶ τοῦ γίνεσθαι ἐν τοῖς ἁγίοις μου, καὶ ἐβεβήλουν αὐτὰ ἐν τῷ προσφέρειν ὑμᾶς ἄρτους, στέαρ καὶ αἷμα, καὶ παρεβαίνετε τὴν διαθήκην μου ἐν πάσαις ταῖς ἀνομίαις ὑμῶν.
7 Car vous avez introduit des enfants24F24F16F de l’étranger, incirconcis de cœur et incirconcis de chair, dans mon sanctuaire, pour profaner ma maison, quand vous me présentiez mon pain,graisse et sang et portiez atteinte à mon alliance à côté de toutes vos [autres] turpitudes.
7 Vous avez introduit dans mon sanctuaire des étrangers incirconcis de cœur et incirconcis de chair, pour profaner ma maison; vous avez offert mon pain, la graisse et le sang à toutes vos abominations, vous avez rompu mon alliance.

La suite du corpus: judéen

Après avoir cité les occurrences du corpus du mot « hébreu » il fallait évidemment continuer avec le mot /yéhudi/ en hébreu et ses variantes dans la partie hébraïque de la Bible, les occurrences en araméen faisant l’objet d’un article distinct. Pour l’Ancien Testament la présomption est que le mot signifie uniquement Judéen et pas encore « Juif », les premières occurrences pour « Juif » étant en grec dans les livres des Maccabées. Après, il faudra évidemment regarder les occurrences de Samaritain, de « Ben-Israël » et des noms qui semblent être une identité dans l’opposition, mais ce n’est qu’une hypothèse de travail ( bli’al et ‘arel).

Pour Yéhudi et ses variantes en hébreu nous avons donc la liste suivante, le corpus sera rajouté cette semaine:

  1. Zach. 8,23
  2. Es. 2,5
  3. Es. 3,4
  4. Es. 5,3
  5. Es. 9,31
  6. Es. 10,3
  7. Es. 6,10
  8. Es. 8,7
  9. Es. 9,29
  10. Jr. 44,9
  11. Jr. 33,9
  12. Jr. 52,28
  13. Jr. 52,30
  14. 2R. 25,25
  15. Jr. 32,12
  16. Jr. 38,19
  17. Jr. 40,11
  18. Jr. 40,12
  19. Jr. 41,3
  20. Jr. 44,1
  21. Es. 3,6
  22. Es. 3,10
  23. Es. 9,11
  24. Es. 6,13
  25. Es. 8,1
  26. Es. 8,13
  27. Es. 8,17
  28. Es. 9,1
  29. Es. 9,15
  30. Es. 9,24
  31. Es. 9,24
  32. Néh. 3,33
  33. Néh. 3,34
  34. Es. 3,13
  35. Es. 4,13
  36. Es. 4,16
  37. Es. 8,3
  38. Es. 8,5
  39. Es. 8,8
  40. Es. 8,9
  41. Es.9,1
  42. Es. 9,2
  43. Es. 9,3
  44. Es. 9,5
  45. Es.9,6
  46. Es. 9,12
  47. Es. 9,16
  48. Es. 9,20
  49. Es. 9,22
  50. Es. 9,23
  51. Es. 9,25
  52. Es. 9,27
  53. Es. 9,28
  54.  Es. 9,30
  55. Néh. 1,2
  56. Néh. 4,6
  57. Néh. 13,23
  58. Néh. 5,1
  59. Néh. 5,8
  60. Es. 9,18
  61. Néh. 5,17
  62. Néh. 6,6
  63. Es. 4,7
  64. Es. 8,7
  65. Es. 4,3
  66. Es. 4,14
  67. Es. 8,11
  68. Es. 8,16
  69. Es. 8,17
  70. Es. 9,13
  71. Es. 10,3
  72. Néh. 2,16
  73. 1Chr.4,18
  74. Jr. 36,14
  75. Jr. 36,21
  76. Jr. 36,21
  77. Jr. 36,23

Ce, sur la base d’Even Shoshan, la revérification étant conjointe à l’ajout du corpus au plus tard ce vendredi.

Une première vague d’hypothèses, de Josué à Flavius Josèphe en passant surtout par Reinhard Pummer

Quelques mois se sont écoulés depuis mon dernier article sur hebreos parce qu’il était surtout devenu question d’entreprendre une longue réflexion vu la taille et les ramifications du corpus relatif à l’identité en Terre sainte par la dénomination et dans un second temps la dénominations des divers « expatriés », avec une emphase pour les bords de la mer méditerranée.

            Ainsi, je pensais choisir dans l’immédiat de poser les questions de base de ce travail à partir de la notion d’ »Hébreu » telle qu’elle apparaît dans le livre de Josué, pour l’aborder dans l’ensemble de ses aspects et de ses interactions, à commencer par lister autant que possible les différentes dénominations desdits Hébreux à partir de l’époque attestée (si possible) où les Hébreux se dénomment eux-même « ‘Ivriim » (« Hébreux » en hébreu), mais la réalité du texte est que l’usage de « ‘Ivri » comme identifiant remonte dans le corpus biblique à Ever, petit-fils de Sem, si bien qu’il va falloir commencer par définir le ou les sens de ce nom, avec comme hypothèse de base que le sens change une fois la traversée du Jourdain accomplie telle que racontée dans le livre de Josué, ce qui devra être confronté avec les termes des langues voisines pour désigner lesdits Hébreux.

            La liste des occurrences dans l’Ancien Testament est comme suit :

1. Is. 23,10:

עִבְרִ֥י אַרְצֵ֖ךְ כַּיְאֹ֑ר בַּת־תַּרְשִׁ֕ישׁ אֵ֖ין מֵ֥זַח עֽוֹד:

 2. Is. 47,2:

קְחִ֥י רֵחַ֖יִם וְטַ֣חֲנִי קָ֑מַח גַּלִּ֨י צַמָּתֵ֧ךְ חֶשְׂפִּי־שֹׁ֛בֶל גַּלִּי־שׁ֖וֹק עִבְרִ֥י נְהָרֽוֹת:

 3. Michée 1,11:

עִבְרִ֥י לָכֶ֛ם יוֹשֶׁ֥בֶת שָׁפִ֖יר עֶרְיָה־בֹ֑שֶׁת לֹ֤א יָֽצְאָה֙ יוֹשֶׁ֣בֶת צַאֲנָ֔ן מִסְפַּד֙ בֵּ֣ית הָאֵ֔צֶל יִקַּ֥ח מִכֶּ֖ם עֶמְדָּתֽוֹ:

 4. Gn. 59,14:

וַתִּקְרָ֞א לְאַנְשֵׁ֣י בֵיתָ֗הּ וַתֹּ֤אמֶר לָהֶם֙ לֵאמֹ֔ר רְא֗וּ הֵ֥בִיא לָ֛נוּ אִ֥ישׁ עִבְרִ֖י לְצַ֣חֶק בָּ֑נוּ בָּ֤א אֵלַי֙ לִשְׁכַּ֣ב עִמִּ֔י וָאֶקְרָ֖א בְּק֥וֹל גָּדֽוֹל:

 5. Ex.2,11:

וַיְהִ֣י׀ בַּיָּמִ֣ים הָהֵ֗ם וַיִּגְדַּ֤ל מֹשֶׁה֙ וַיֵּצֵ֣א אֶל־אֶחָ֔יו וַיַּ֖רְא בְּסִבְלֹתָ֑ם וַיַּרְא֙ אִ֣ישׁ מִצְרִ֔י מַכֶּ֥ה אִישׁ־עִבְרִ֖י מֵאֶחָֽיו:

 6. Gn. 41,12:

וְשָׁ֨ם אִתָּ֜נוּ נַ֣עַר עִבְרִ֗י עֶ֚בֶד לְשַׂ֣ר הַטַּבָּחִ֔ים וַ֨נְּסַפֶּר־ל֔וֹ וַיִּפְתָּר־לָ֖נוּ אֶת־חֲלֹמֹתֵ֑ינוּ אִ֥ישׁ כַּחֲלֹמ֖וֹ פָּתָֽר:

 7. Ex. 21,2:

כִּ֤י תִקְנֶה֙ עֶ֣בֶד עִבְרִ֔י שֵׁ֥שׁ שָׁנִ֖ים יַעֲבֹ֑ד וּבַ֨שְּׁבִעִ֔ת יֵצֵ֥א לַחָפְשִׁ֖י חִנָּֽם:

 8. Jn. 1,9:

וַיֹּ֥אמֶר אֲלֵיהֶ֖ם עִבְרִ֣י אָנֹ֑כִי וְאֶת־יְהוָ֞ה אֱלֹהֵ֤י הַשָּׁמַ֙יִם֙ אֲנִ֣י יָרֵ֔א אֲשֶׁר־עָשָׂ֥ה אֶת־הַיָּ֖ם וְאֶת־הַיַּבָּשָֽׁה:

 9. Ex. 2,13:

וַיֵּצֵא֙ בַּיּ֣וֹם הַשֵּׁנִ֔י וְהִנֵּ֛ה שְׁנֵֽי־אֲנָשִׁ֥ים עִבְרִ֖ים נִצִּ֑ים וַיֹּ֙אמֶר֙ לָרָשָׁ֔ע לָ֥מָּה תַכֶּ֖ה רֵעֶֽךָ:

 10. 1S 14,11:

וַיִּגָּל֣וּ שְׁנֵיהֶ֔ם אֶל־מַצַּ֖ב פְּלִשְׁתִּ֑ים וַיֹּאמְר֣וּ פְלִשְׁתִּ֔ים הִנֵּ֤ה עִבְרִים֙ יֹֽצְאִ֔ים מִן־הַחֹרִ֖ים אֲשֶׁ֥ר הִתְחַבְּאוּ־שָֽׁם:

Pour ce qui est des résultats obtenus sur mon logiciel, lesquels sont donnés ci-dessus, je suppose donc que je ne suis pas expert en ordinateurs parce que la concordance d’Even Shoshan propose une liste d’occurrences bien plus longue, un total de trente-quatre entrées, comme suit.

Gn. 39 :14

וַתִּקְרָ֞א לְאַנְשֵׁ֣י בֵיתָ֗הּ וַתֹּ֤אמֶר לָהֶם֙ לֵאמֹ֔ר רְא֗וּ הֵ֥בִיא לָ֛נוּ אִ֥ישׁ עִבְרִ֖י לְצַ֣חֶק בָּ֑נוּ בָּ֤א אֵלַי֙ לִשְׁכַּ֣ב עִמִּ֔י וָאֶקְרָ֖א בְּק֥וֹל גָּדֽוֹל:

Gn. 41 :12

וְשָׁ֨ם אִתָּ֜נוּ נַ֣עַר עִבְרִ֗י עֶ֚בֶד לְשַׂ֣ר הַטַּבָּחִ֔ים וַ֨נְּסַפֶּר־ל֔וֹ וַיִּפְתָּר־לָ֖נוּ אֶת־חֲלֹמֹתֵ֑ינוּ אִ֥ישׁ כַּחֲלֹמ֖וֹ פָּתָֽר:

Ex. 2 :11

וַיְהִ֣י׀ בַּיָּמִ֣ים הָהֵ֗ם וַיִּגְדַּ֤ל מֹשֶׁה֙ וַיֵּצֵ֣א אֶל־אֶחָ֔יו וַיַּ֖רְא בְּסִבְלֹתָ֑ם וַיַּרְא֙ אִ֣ישׁ מִצְרִ֔י מַכֶּ֥ה אִישׁ־עִבְרִ֖י מֵאֶחָֽיו:

Ex. 21 :2

כִּ֤י תִקְנֶה֙ עֶ֣בֶד עִבְרִ֔י שֵׁ֥שׁ שָׁנִ֖ים יַעֲבֹ֑ד וּבַ֨שְּׁבִעִ֔ת יֵצֵ֥א לַחָפְשִׁ֖י חִנָּֽם:

Jn. 1 :9

וַיֹּ֥אמֶר אֲלֵיהֶ֖ם עִבְרִ֣י אָנֹ֑כִי וְאֶת־יְהוָ֞ה אֱלֹהֵ֤י הַשָּׁמַ֙יִם֙ אֲנִ֣י יָרֵ֔א אֲשֶׁר־עָשָׂ֥ה אֶת־הַיָּ֖ם וְאֶת־הַיַּבָּשָֽׁה:

Gn. 14 :13

וַיָּבֹא֙ הַפָּלִ֔יט וַיַּגֵּ֖ד לְאַבְרָ֣ם הָעִבְרִ֑י וְהוּא֩ שֹׁכֵ֨ן בְּאֵֽלֹנֵ֜י מַמְרֵ֣א הָאֱמֹרִ֗י אֲחִ֤י אֶשְׁכֹּל֙ וַאֲחִ֣י עָנֵ֔ר וְהֵ֖ם בַּעֲלֵ֥י בְרִית־אַבְרָֽם:

Gn. 39 :17

וַתְּדַבֵּ֣ר אֵלָ֔יו כַּדְּבָרִ֥ים הָאֵ֖לֶּה לֵאמֹ֑ר בָּֽא־אֵלַ֞י הָעֶ֧בֶד הָעִבְרִ֛י אֲשֶׁר־הֵבֵ֥אתָ לָּ֖נוּ לְצַ֥חֶק בִּֽי:

Nb. 15 :12

כִּֽי־יִמָּכֵ֨ר לְךָ֜ אָחִ֣יךָ הָעִבְרִ֗י א֚וֹ הָעִבְרִיָּ֔ה וַעֲבָֽדְךָ֖ שֵׁ֣שׁ שָׁנִ֑ים וּבַשָּׁנָה֙ הַשְּׁבִיעִ֔ת תְּשַׁלְּחֶ֥נּוּ חָפְשִׁ֖י מֵעִמָּֽךְ:

  • Jr. 44 :9

לְ֠שַׁלַּח אִ֣ישׁ אֶת־עַבְדּ֞וֹ וְאִ֧ישׁ אֶת־שִׁפְחָת֛וֹ הָעִבְרִ֥י וְהָעִבְרִיָּ֖ה חָפְשִׁ֑ים לְבִלְתִּ֧י עֲבָד־בָּ֛ם בִּיהוּדִ֥י אָחִ֖יהוּ אִֽישׁ:

Jr. 44 :14

מִקֵּ֣ץ שֶׁ֣בַע שָׁנִ֡ים תְּֽשַׁלְּח֡וּ אִישׁ֩ אֶת־אָחִ֨יו הָעִבְרִ֜י אֲשֶֽׁר־יִמָּכֵ֣ר לְךָ֗ וַעֲבָֽדְךָ֙ שֵׁ֣שׁ שָׁנִ֔ים וְשִׁלַּחְתּ֥וֹ חָפְשִׁ֖י מֵעִמָּ֑ךְ וְלֹֽא־שָׁמְע֤וּ אֲבֽוֹתֵיכֶם֙ אֵלַ֔י וְלֹ֥א הִטּ֖וּ אֶת־אָזְנָֽם:

Nb. 15 :12

כִּֽי־יִמָּכֵ֨ר לְךָ֜ אָחִ֣יךָ הָעִבְרִ֗י א֚וֹ הָעִבְרִיָּ֔ה וַעֲבָֽדְךָ֖ שֵׁ֣שׁ שָׁנִ֑ים וּבַשָּׁנָה֙ הַשְּׁבִיעִ֔ת תְּשַׁלְּחֶ֥נּוּ חָפְשִׁ֖י מֵעִמָּֽךְ:

Jr. 44 :9

לְ֠שַׁלַּח אִ֣ישׁ אֶת־עַבְדּ֞וֹ וְאִ֧ישׁ אֶת־שִׁפְחָת֛וֹ הָעִבְרִ֥י וְהָעִבְרִיָּ֖ה חָפְשִׁ֑ים לְבִלְתִּ֧י עֲבָד־בָּ֛ם בִּיהוּדִ֥י אָחִ֖יהוּ אִֽישׁ:

Ex. 2 :13

וַיֵּצֵא֙ בַּיּ֣וֹם הַשֵּׁנִ֔י וְהִנֵּ֛ה שְׁנֵֽי־אֲנָשִׁ֥ים עִבְרִ֖ים נִצִּ֑ים וַיֹּ֙אמֶר֙ לָרָשָׁ֔ע לָ֥מָּה תַכֶּ֖ה רֵעֶֽךָ:

1S. 14 :11

וַיִּגָּל֣וּ שְׁנֵיהֶ֔ם אֶל־מַצַּ֖ב פְּלִשְׁתִּ֑ים וַיֹּאמְר֣וּ פְלִשְׁתִּ֔ים הִנֵּ֤ה עִבְרִים֙ יֹֽצְאִ֔ים מִן־הַחֹרִ֖ים אֲשֶׁ֥ר הִתְחַבְּאוּ־שָֽׁם:

1S. 13 :7

וְעִבְרִ֗ים עָֽבְרוּ֙ אֶת־הַיַּרְדֵּ֔ן אֶ֥רֶץ גָּ֖ד וְגִלְעָ֑ד וְשָׁאוּל֙ עוֹדֶ֣נּוּ בַגִּלְגָּ֔ל וְכָל־הָעָ֖ם חָֽרְד֥וּ אַחֲרָֽיו:

Gn. 40 :15

כִּֽי־גֻנֹּ֣ב גֻּנַּ֔בְתִּי מֵאֶ֖רֶץ הָעִבְרִ֑ים וְגַם־פֹּה֙ לֹא־עָשִׂ֣יתִֽי מְא֔וּמָה כִּֽי־שָׂמ֥וּ אֹתִ֖י בַּבּֽוֹר:

Gn. 43 :32

וַיָּשִׂ֥ימוּ ל֛וֹ לְבַדּ֖וֹ וְלָהֶ֣ם לְבַדָּ֑ם וְלַמִּצְרִ֞ים הָאֹכְלִ֤ים אִתּוֹ֙ לְבַדָּ֔ם כִּי֩ לֹ֨א יוּכְל֜וּן הַמִּצְרִ֗ים לֶאֱכֹ֤ל אֶת־הָֽעִבְרִים֙ לֶ֔חֶם כִּי־תוֹעֵבָ֥ה הִ֖וא לְמִצְרָֽיִם:

Ex. 2 :6

 וַתִּפְתַּח֙ וַתִּרְאֵ֣הוּ אֶת־הַיֶּ֔לֶד וְהִנֵּה־נַ֖עַר בֹּכֶ֑ה וַתַּחְמֹ֣ל עָלָ֔יו וַתֹּ֕אמֶר מִיַּלְדֵ֥י הָעִבְרִ֖ים זֶֽה:

  • Ex. 5 :3

וַיֹּ֣אמְר֔וּ אֱלֹהֵ֥י הָעִבְרִ֖ים נִקְרָ֣א עָלֵ֑ינוּ נֵ֣לֲכָה נָּ֡א דֶּרֶךְ֩ שְׁלֹ֨שֶׁת יָמִ֜ים בַּמִּדְבָּ֗ר וְנִזְבְּחָה֙ לַיהוָ֣ה אֱלֹהֵ֔ינוּ פֶּ֨ן־יִפְגָּעֵ֔נוּ בַּדֶּ֖בֶר א֥וֹ בֶחָֽרֶב:

Ex. 7 :16

וְאָמַרְתָּ֣ אֵלָ֗יו יְהוָ֞ה אֱלֹהֵ֤י הָעִבְרִים֙ שְׁלָחַ֤נִי אֵלֶ֙יךָ֙ לֵאמֹ֔ר שַׁלַּח֙ אֶת־עַמִּ֔י וְיַעַבְדֻ֖נִי בַּמִּדְבָּ֑ר וְהִנֵּ֥ה לֹא־שָׁמַ֖עְתָּ עַד־כֹּֽה:

Ex. 9 :1

 וַיֹּ֤אמֶר יְהוָה֙ אֶל־מֹשֶׁ֔ה בֹּ֖א אֶל־פַּרְעֹ֑ה וְדִבַּרְתָּ֣ אֵלָ֗יו כֹּֽה־אָמַ֤ר יְהוָה֙ אֱלֹהֵ֣י הָעִבְרִ֔ים שַׁלַּ֥ח אֶת־עַמִּ֖י וְיַעַבְדֻֽנִי:

Ex. 9 :13

וַיֹּ֤אמֶר יְהוָה֙ אֶל־מֹשֶׁ֔ה הַשְׁכֵּ֣ם בַּבֹּ֔קֶר וְהִתְיַצֵּ֖ב לִפְנֵ֣י פַרְעֹ֑ה וְאָמַרְתָּ֣ אֵלָ֗יו כֹּֽה־אָמַ֤ר יְהוָה֙ אֱלֹהֵ֣י הָעִבְרִ֔ים שַׁלַּ֥ח אֶת־עַמִּ֖י וְיַעַבְדֻֽנִי:

1S. 4 :6

וַיִּשְׁמְע֤וּ פְלִשְׁתִּים֙ אֶת־ק֣וֹל הַתְּרוּעָ֔ה וַיֹּ֣אמְר֔וּ מֶ֠ה ק֣וֹל הַתְּרוּעָ֧ה הַגְּדוֹלָ֛ה הַזֹּ֖את בְּמַחֲנֵ֣ה הָעִבְרִ֑ים וַיֵּ֣דְע֔וּ כִּ֚י אֲר֣וֹן יְהוָ֔ה בָּ֖א אֶל־הַֽמַּחֲנֶֽה:

1S. 13 :3

וַיַּ֣ךְ יוֹנָתָ֗ן אֵ֣ת נְצִ֤יב פְּלִשְׁתִּים֙ אֲשֶׁ֣ר בְּגֶ֔בַע וַֽיִּשְׁמְע֖וּ פְּלִשְׁתִּ֑ים וְשָׁאוּל֩ תָּקַ֨ע בַּשּׁוֹפָ֤ר בְּכָל־הָאָ֙רֶץ֙ לֵאמֹ֔ר יִשְׁמְע֖וּ הָעִבְרִֽים:

1S. 13 :19

 וְחָרָשׁ֙ לֹ֣א יִמָּצֵ֔א בְּכֹ֖ל אֶ֣רֶץ יִשְׂרָאֵ֑ל כִּֽי־אָמְרֻ֣ אָמְר֣וּ פְלִשְׁתִּ֔ים פֶּ֚ן יַעֲשׂ֣וּ הָעִבְרִ֔ים חֶ֖רֶב א֥וֹ חֲנִֽית:

1S. 29 :3

וַיֹּֽאמְרוּ֙ שָׂרֵ֣י פְלִשְׁתִּ֔ים מָ֖ה הָעִבְרִ֣ים הָאֵ֑לֶּה וַיֹּ֨אמֶר אָכִ֜ישׁ אֶל־שָׂרֵ֣י פְלִשְׁתִּ֗ים הֲלוֹא־זֶ֨ה דָוִ֜ד עֶ֣בֶד׀ שָׁא֣וּל מֶלֶךְ־יִשְׂרָאֵ֗ל אֲשֶׁ֨ר הָיָ֤ה אִתִּי֙ זֶ֤ה יָמִים֙ אוֹ־זֶ֣ה שָׁנִ֔ים וְלֹֽא־מָצָ֤אתִי בוֹ֙ מְא֔וּמָה מִיּ֥וֹם נָפְל֖וֹ עַד־הַיּ֥וֹם הַזֶּֽה:  פ

Ex. 3 :18

וְשָׁמְע֖וּ לְקֹלֶ֑ךָ וּבָאתָ֡ אַתָּה֩ וְזִקְנֵ֨י יִשְׂרָאֵ֜ל אֶל־מֶ֣לֶךְ מִצְרַ֗יִם וַאֲמַרְתֶּ֤ם אֵלָיו֙ יְהוָ֞ה אֱלֹהֵ֤י הָֽעִבְרִיִּים֙ נִקְרָ֣ה עָלֵ֔ינוּ וְעַתָּ֗ה נֵֽלֲכָה־נָּ֞א דֶּ֣רֶךְ שְׁלֹ֤שֶׁת יָמִים֙ בַּמִּדְבָּ֔ר וְנִזְבְּחָ֖ה לַיהוָ֥ה אֱלֹהֵֽינוּ:

29.  1S. 14 :21

 וְהָעִבְרִ֗ים הָי֤וּ לַפְּלִשְׁתִּים֙ כְּאֶתְמ֣וֹל שִׁלְשׁ֔וֹם אֲשֶׁ֨ר עָל֥וּ עִמָּ֛ם בַּֽמַּחֲנֶ֖ה סָבִ֑יב וְגַם־הֵ֗מָּה לִֽהְיוֹת֙ עִם־יִשְׂרָאֵ֔ל אֲשֶׁ֥ר עִם־שָׁא֖וּל וְיוֹנָתָֽן:

1S. 4 :9

 הִֽתְחַזְּק֞וּ וִֽהְי֤וּ לַֽאֲנָשִׁים֙ פְּלִשְׁתִּ֔ים פֶּ֚ן תַּעַבְד֣וּ לָֽעִבְרִ֔ים כַּאֲשֶׁ֥ר עָבְד֖וּ לָכֶ֑ם וִהְיִיתֶ֥ם לַאֲנָשִׁ֖ים וְנִלְחַמְתֶּֽם:

Ex. 1 :15

וַיֹּ֙אמֶר֙ מֶ֣לֶךְ מִצְרַ֔יִם לַֽמְיַלְּדֹ֖ת הָעִבְרִיֹּ֑ת אֲשֶׁ֨ר שֵׁ֤ם הָאַחַת֙ שִׁפְרָ֔ה וְשֵׁ֥ם הַשֵּׁנִ֖ית פּוּעָֽה:

Ex. 1 :16

וַיֹּ֗אמֶר בְּיַלֶּדְכֶן֙ אֶת־הָעִבְרִיּ֔וֹת וּרְאִיתֶ֖ן עַל־הָאָבְנָ֑יִם אִם־בֵּ֥ן הוּא֙ וַהֲמִתֶּ֣ן אֹת֔וֹ וְאִם־בַּ֥ת הִ֖וא וָחָֽיָה:

Ex. 1 :19

 וַתֹּאמַ֤רְןָ הַֽמְיַלְּדֹת֙ אֶל־פַּרְעֹ֔ה כִּ֣י לֹ֧א כַנָּשִׁ֛ים הַמִּצְרִיֹּ֖ת הָעִבְרִיֹּ֑ת כִּֽי־חָי֣וֹת הֵ֔נָּה בְּטֶ֨רֶם תָּב֧וֹא אֲלֵהֶ֛ן הַמְיַלֶּ֖דֶת וְיָלָֽדוּ:

Ex. 2 :7

וַתֹּ֣אמֶר אֲחֹתוֹ֘ אֶל־בַּת־פַּרְעֹה֒ הַאֵלֵ֗ךְ וְקָרָ֤אתִי לָךְ֙ אִשָּׁ֣ה מֵינֶ֔קֶת מִ֖ן הָעִבְרִיֹּ֑ת וְתֵינִ֥ק לָ֖ךְ אֶת־הַיָּֽלֶד:

La suite au prochain article dans quelques jours. Bonnes vacances à tous.

Au titre des moyens: les écrits intertestamentaires

Comme je le disais précédemment, il est question dans ce blog de l’identité de soi et des autres en histoire ancienne à l’époque hellénistique dans la sphère judéenne et samaritaine au premier degré et dans la sphère méditéranéenne dans un deuxième temps.

En fait je pensais avoir fait le tour des ressources pour ce qui est des sources historiques qui devaient être la base de mon travail à ce sujet mais en fait non, je suis tombé de haut quand j’ai lu l’introduction aux écrits intertestamentaires publiée dans la Pléïade, jusqu’à ce qu’elle aborde les paralipomènes de Jérémie: le passage en question n’a pas à ce jour d’écho dans le corpus que j’ai lu, si bien que je ne sais pas s’il est recevable, mais toujours est-il qu’il soulève bien des questions à partir du moment où on se dit « et si c’était vrai? ».

il s’agit des Paralipomènes de Jérémie en VIII, 8:

(page CXXXVIII des écrits intertestamentaires)

 

« La lettre apportée par l’aigle est lue par Jérémie au peuple: que les exilés qui ont un conjoint étranger l’abandonnent avant de regagner Jérusalem. Certains refusent et fondent Samarie. »

 

L’algorithme des questions et des hypothèses qui découlent de ce passage est bien compliqué, et il me faudra poser des questions aux pontes du domaine afin de pouvoir asserter de manière argumentée, n’étant pas encore hellénophone. Les réponses en question seront publiées ici dans le courant de la prochaine année universitaire.

Au titre des outils : le ductus

La logique ainsi que l’état des fouilles archéologiques à ce jour et le volume d’objets trouvés ainsi que des textes et autres inscriptions trouvés sur des supports solides ou périssables constituent une source majeure quant à la quête de l’identité d’un groupe, tant par le nom qui les dénomment de la part d’autrui que par le nom qu’ils s’attribuent eux-même.

            Cela étant, les deux types de supports écrits, dans le cas de l’encre, incluent tous les deux une information fondamentale quant à la lecture de l’écrit, laquelle n’est autre que le ductus. En effet, le nombre de traits et leur ordre sont fondamentaux pour perdre toute hésitation dans le déchiffrement, ce alors que ledit ductus n’est à ce jour que trop peu étudié pour ne pas dire pas du tout, du moins dans tout ce que j’ai lu à ce jour.

            De même, pour les inscriptions gravées dans la pierre, il faut émettre l’hypothèse d’un ductus spécifique à chaque graveur, ce qui viendrait de la même façon compléter les informations disponibles au niveau visuel, et le burin laissant des marques en profondeur, on peut envisager d’attribuer plusieurs inscriptions au même graveur, de par la preuve que constitue le ductus, mais cela reste à confirmer.

            En tous cas, il me semble fondamental tant en épigraphie qu’en paléographie, d’envisager le ductus comme outil et comme moyen de preuve.

Stains, le 21.7.18.

Hebreos

The main goal of this blog is to publish faster and better about Ancient History and Judaisms, with an emphasis on the philological approach method in one hand and a trial to get an insider’s understanding of Judaisms by the trial of building ethnographies in diachrony as a main tool to understand the thoughts and representations systems from inside the Judaisms.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search