Au titre des moyens: les écrits intertestamentaires

Comme je le disais précédemment, il est question dans ce blog de l’identité de soi et des autres en histoire ancienne à l’époque hellénistique dans la sphère judéenne et samaritaine au premier degré et dans la sphère méditéranéenne dans un deuxième temps.

En fait je pensais avoir fait le tour des ressources pour ce qui est des sources historiques qui devaient être la base de mon travail à ce sujet mais en fait non, je suis tombé de haut quand j’ai lu l’introduction aux écrits intertestamentaires publiée dans la Pléïade, jusqu’à ce qu’elle aborde les paralipomènes de Jérémie: le passage en question n’a pas à ce jour d’écho dans le corpus que j’ai lu, si bien que je ne sais pas s’il est recevable, mais toujours est-il qu’il soulève bien des questions à partir du moment où on se dit “et si c’était vrai?”.

il s’agit des Paralipomènes de Jérémie en VIII, 8:

(page CXXXVIII des écrits intertestamentaires)

 

“La lettre apportée par l’aigle est lue par Jérémie au peuple: que les exilés qui ont un conjoint étranger l’abandonnent avant de regagner Jérusalem. Certains refusent et fondent Samarie.”

 

L’algorithme des questions et des hypothèses qui découlent de ce passage est bien compliqué, et il me faudra poser des questions aux pontes du domaine afin de pouvoir asserter de manière argumentée, n’étant pas encore hellénophone. Les réponses en question seront publiées ici dans le courant de la prochaine année universitaire.

Au titre des outils : le ductus

La logique ainsi que l’état des fouilles archéologiques à ce jour et le volume d’objets trouvés ainsi que des textes et autres inscriptions trouvés sur des supports solides ou périssables constituent une source majeure quant à la quête de l’identité d’un groupe, tant par le nom qui les dénomment de la part d’autrui que par le nom qu’ils s’attribuent eux-même.

            Cela étant, les deux types de supports écrits, dans le cas de l’encre, incluent tous les deux une information fondamentale quant à la lecture de l’écrit, laquelle n’est autre que le ductus. En effet, le nombre de traits et leur ordre sont fondamentaux pour perdre toute hésitation dans le déchiffrement, ce alors que ledit ductus n’est à ce jour que trop peu étudié pour ne pas dire pas du tout, du moins dans tout ce que j’ai lu à ce jour.

            De même, pour les inscriptions gravées dans la pierre, il faut émettre l’hypothèse d’un ductus spécifique à chaque graveur, ce qui viendrait de la même façon compléter les informations disponibles au niveau visuel, et le burin laissant des marques en profondeur, on peut envisager d’attribuer plusieurs inscriptions au même graveur, de par la preuve que constitue le ductus, mais cela reste à confirmer.

            En tous cas, il me semble fondamental tant en épigraphie qu’en paléographie, d’envisager le ductus comme outil et comme moyen de preuve.

Stains, le 21.7.18.

Hebreos

The main goal of this blog is to publish faster and better about Ancient History and Judaisms, with an emphasis on the philological approach method in one hand and a trial to get an insider’s understanding of Judaisms by the trial of building ethnographies in diachrony as a main tool to understand the thoughts and representations systems from inside the Judaisms.