Rites de passages et caducités : circoncisions et nominations à l’ouest du Jourdain aux époques hellénistique et romaine

C’est un long titre qui relate une scène suffisante pour en faire une thèse de doctorat voire bien plus. Toujours est-il que si ce blog n’est pas le site de dépôt de la thèse à venir, c’est un aspect de l’antiquité qu’il faut envisager dans les fondations de la problématique doctorale (le pluriel n’aurait pas été de trop), en posant succinctement les premières trames de l’algorithme de la réflexion et de celui de la Recherche, qui devra passer par l’imprévu, ou plutôt l’heureux imprévu.

Les circoncisions sont à l’Antiquité des rites de passages à tous points de vue, indépendamment des chirurgies utilisées. Il y a fort à parier que la liturgie en est très ancienne mais quels moyens de preuve ? Et quelle datation quant au fait religieux pour le siège (ou le fauteuil) du Prophète Elie ? C’est un premier aspect, le second étant l’acte de la circoncision en tant que rite de passage : à l’Antiquité il s’avère que la circoncision marque la judéité dans les termes de Gn. XVII : l’entrée dans l’Alliance en est conséquentielle avec au préalable une filiation patrilinéaire. Ce sont les termes de ce chapitre de la Genèse mais c’est au niveau sociétal un autre aspect presque évident qu’on pourrait presque qualifier de redondant : le circoncis est reconnu par ses pairs comme juif et le contraire aurait pu être presque évident : le décirconcis est considéré par beaucoup à l’époque hellénistique tout du moins ( nous n’avons pas encore survolé l’époque romaine) comme n’étant plus juif, principe qui vaut pour la sphère judéenne antihelléniste. La sphère pro-helléniste semble avoir un regard différent comme nous le disions dans le mémoire de master alors que les mouvements de juifs entre le Royaume de Judée et la Province de Samarie sont peu fréquents semble-t-il mais sujets à des rites que nous qualifierons ici de “complémentaires”, il n’a pas été possible de déterminer avec certitude quels sont les rites de passage lors de migrations entre ces deux souverainetés ni la période à laquelle ils ont lieu, tandis qu’il nous semble très probable que la destruction du temple du mont Garizim par Jean Hyrcan marque définitivement la fin des échanges avec la Province de Samarie, il est très difficile d’imaginer des échanges ultérieurs…

Mais, pour en revenir à ces notions de caducités, la documentation ne fournit pas de recueils de lois ni de ses évolutions. Le Pentateuque fait foi, évidemment, mais ne prévoit pas les décirconcisions, le Pentateuque ne prévoit que la non circoncision au huitième jour et par extension les non-circoncisions.

Ceci dit pour les différentes sphères de Judée et de Samarie. Quant aux Grecs, c’est un regard singulier qui est porté sur la circoncision et la judéité : le circoncis est “drôle” de par son aspect visuel au Gymnase, mais il aura beau aller au Gymnase décirconcis entouré de diverses statues, il ne deviendra jamais grec du point de vue du Grec.

Ce qui est aussi valable pour l’incirconcis, il ne deviendra pas grec pour autant. Ce sont les premières approches de synthèse de nos travaux de master, et c’est récemment, évidemment après avoir présenté nos travaux, que la notion et le concept de caducité se sont posés, évidemment au pluriel, qui plus est de cinq points de vue pour le moment. Celui des Lagides, celui des Séleucides, celui des Judéens anti-hellénistes, celui des Judéens pro-hellénistes, et celui des résidents de la province de Samarie. On pourrait être tenté de se limiter à ce regard grec amusé, mais l’épisode d’Antichos IV rend les choses un peu plus compliqués : est-ce que Antiochos IV pensait qu’il était possible de complètement helléniser tout en “déjudaïsant” complètement les Judéens ? Etait-il dans une volonté de culture et de religion communes au royaume séleucide avec le droit à des spécificités locales ? En d’autres termes, et c’est là le début de la Recherche à venir : quelle caducité ? D’où la question : quelle reconnaissance ? Avec une complication très naïve :la circoncision est-elle strictement invisible dans l’espace public judéen, n’est-elle visible que dans l’espace public grec, et est-elle systématiquement connue. Cet agencement de l’espace public, cette spatialité n’est pas, à notre connaissance, très documentée pour le Royaume de Judée, il y a les excellents travaux aux presses universitaires de Rennes qui permettent d’y voir plus clair mais il n’y a pas à ce jour de recherches publiées stricto senso en ce sens. En résumé la temporalité reste à être étudiée, comme nous le disions dans le précédent billet, et dans ce présent billet c’est de la spatialité qu’il est question d’envisager l’étude, afin de pouvoir soulever la question de la caducité par le constat visuel et donc spatial. La réponse très partielle antérieure est que le juif ne sera jamais grec pour le Grec, mais les choses sont très probablement beaucoup plus compliquées : nous doutons avoir consulté toutes les sources et nous supposons une caducité dynamique, à commencer par une caducité fonction de la puissance de la souveraineté hasmonéenne.

Pour ce qui est de l’époque romaine tout reste à faire, vraiment tout, et il n’y a aucune raison d’envisager une quelconque suite logique à la suite de l’époque hellénistique. Par contre il faut supposer sur la base des premières pages du second livre des Maccabées que les communautés d’Egypte ont des variantes rituelles et liturgiques d’ordre local : l’autorité juive religieuse de Jérusalem n’est pas de facto à l’époque hellénistique, et il est possible que cela ait été fonction de la puissance hasmonéenne et de l’autorité séleucide sur le culte dispensé au Temple de Jérusalem.

Pour ce qui est de la nomination de la femme juive il y aura un billet qui y sera exclusivement consacré.

Résumons. Des temporalités, des spatialités, différentes sphères judéennes, une sphère juive samaritaine, deux circoncisions distinctes et des rites “complémentaires” en cas de migration chez le voisin, avec non pas une caducité, mais des caducités, le tout face à une documentation qu’il faudra faire parler, et c’est là toute la gageure à venir : que le doctorat sur l’histoire des idées et des communautés retienne tel ou tel aspect comme principe de recherche, il est désormais considéré nécessaire que ce ne sont pas seulement les sources de langue grecque qui sont à considérer, c’est surtout leur aspect numérique : l’université de Chicago et la Tufts University ont fait beaucoup pour le corpus grec en le diffusant numérisé gratuitement sur internet, il faut absolument que les dernières technologies informatiques y soient appliquées, et il n’est donc pas impossible que les cours de l’école des Chartes soient repris : il faut mettre à jour les corpus numériques édités aux Usa pour mieux les conserver, ce qui est désormais possible.

La temporalité, une première approche novatrice et pertinente

Le principe premier de ce blog de recherches est dirigé vers la définition de soi et de l’autre dans les sphères israélites de l’Antiquité (pour dire les choses vraiment très simplement, alors que les sphères en contact sont naturellement incluses dans ce projet de recherches), et en ce sens je pensais de prime abord que la question se posait uniquement dans le fait de langage oral et écrit, mais en fait non, le sujet est bien plus compliqué que cela. En l’espèce, il n’est pas seulement question d’énonciation dans une langue ou dans une autre ou encore dans plusieurs à la fois. L’identité, et/ou l’appartenance religieuse (je préfère ne rien affirmer avant les recherches) au sein du Royaume de Judée comme dans la Province de Samarie passe nécessairement par une autre temporalité, une autre notion du temps. Ce n’est pas seulement que dimanche est le premier jour de la semaine dans le Royaume de Judée, ce qui est très probablement le cas aussi dans la province de Samarie, c’est surtout que depuis l’instauration du septième jour chômé, ce que je ne peux dater, nous savons que le passage au jour suivant en Judée a lieu la veille au soir : le jour suivant commence au coucher du soleil avant minuit du jour précédent.

Et à ma connaissance à ce jour, cette temporalité ne se retrouve pas dans les autres civilisations, c’est pourquoi je présume fortement que mes travaux à venir sur la nomination de soi et/ou l’appartenance religieuse (devrai-je parler d’appartenance ou d’affiliation, ce qui est aussi une question à résoudre), ne peuvent relever uniquement de l’énonciation, tandis que la corrélation des deux semble être une bonne hypothèse : Le Judéen qui se définit comme tel et qui est défini comme tel par autrui serait très logiquement conscrit dans cette temporalité unique qui viendrait corroborer les énoncés.

Ce qui reste une question à résoudre, tant pour la question en soi que pour sa conscription dans un algorithme de recherches qui cernera promptement la problématique. Mais c’est aussi l’annonce d’une recherche interdisciplinaire qui se profile dans cet article, en substance comme disait Serge Gainsbourg, il est donc aussi question de réflexions à la suite des travaux de Pr Emile Benveniste sur la théorie de l’énonciation qu’il formule brillamment dans les “Problèmes de Linguistique Générale” que je vais donc devoir reprendre en intégralité pour cerner un des aspects linguistiques, tandis que l’autre aspect qui découle de cette enquête en définitions est particulièrement novateur parce que la discipline est assez récente, c’est celui de l’Ethnohistoire.

Cette discipline est à même de pouvoir inscrire mes travaux dans une continuité de la Recherche sur l’identité juive, tout en étant à même de pouvoir éclairer l’Histoire de l’Ouest du Jourdain, en complément des sources disponibles pour ce même côté du fleuve. Mais plus largement il est probable que la définition des différents groupes de population s’en trouve mieux cernée et mieux définie : qui est Grec, qui est pro-helléniste, et qui est dans l’opposition ? Ce ne sont que trois questions parmi beaucoup d’autres à résoudre. En résumé c’est une approche interdisciplinaire qui doit être envisagée dès le début, ce qui me fait penser que la période de recherche et de rédaction sera probablement plus longue que prévue, surtout si l’analyse de la temporalité doit inclure l’hypothèse d’un temps pluriel comme c’est le cas aujourd’hui dans le Judaïsme rabbanite.

Novatrice, oui, à plusieurs motifs, mais rien n’a encore officiellement commencé. Si ces travaux vous intéressent, je peux les conscrire dans un groupe de recherche, et si la synthèse de la recherche en Bibles (pour dire les choses vraiment très simplement) vous paraît importante au point d’y participer, nous pourrons donc être plusieurs à rédiger un wiki toujours à la pointe de la Recherche.

Enfin, pour finir, j’espère que vous allez tous bien après cette épidémie. Au plaisir de vous retrouver à la rentrée.