Des détails typographiques aux détails graphiques : un état des présomptions et des hypothèses pour le canon hébreu et la littérature intertestamentaire en hébreu

C’est un billet voulu comme un interlude à la lumière de mes réflexions qui ont fait suite aux grandes complications d’admission en doctorat à Paris.

En l’espèce, l’hypothèse est que l’ensemble des signes graphiques particuliers consignés dans minhat chay (מנחת שי) relèvent d’une tradition plus ancienne qui relève très probablement de la littérature orale (sifrout shé bé’al-pé) et le moyen de preuve si il existe qualitativement est peut-être insuffisant en termes de récurrence statistique parce que le Corpus dont nous disposons est très faible d’un point de vue quantitatif entre Qumrân et le Codex de Leningrad. Reste que le début de jeu graphique, du moins interprété en première instance comme tel, à Qumrân, dans mes travaux, n’a de prime abord aucune raison de ne pas être envisagé comme un système de signifiés, étude qui sera longue elle aussi à réaliser. La doctrine qumrânienne de par son aspect eschatologique ne va pas à l’opposé de cette hypothèse, il y a donc matière à justifier le bien-fondé de cette dite hypothèse.

La seconde hypothèse en cours va dans le billet suivant que j’écris aussi ce soir, j’ai préféré séparer parce que il est question d’une hypothèse plus amplement relevante de la littérature ancienne de langue hébraïque.



Citer ce billet
Stéphane Berguig (2021, 20 juillet). Des détails typographiques aux détails graphiques : un état des présomptions et des hypothèses pour le canon hébreu et la littérature intertestamentaire en hébreu. Hebreos. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/phaq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.