1QPHAB et Alexandre Jannée : le contexte en tant que suite du récit

Récit qui commence dans le post précédent. En l’espèce, le coronavirus rend un peu difficile les échanges préalables à l’inscription en doctorat et c’est pourquoi je pose le résumé aussi court que possible sur mes travaux de recherche, de crainte de plagiat, c’est un peu comme la crainte d’un vol de brevet industriel, les conséquences me semblent similaires…Alexandre Jannée a ceci de particulier qu’il est très particulier dans la biographie que Josèphe dépeint de manière presque comique, le lancer de citrons est toujours aussi drôle et je persiste à croire qu’en fait de citrons il est question de cédrats, ce qui est bien plus cohérent avec le récit, alors que la différence est faible.

Le problème qui émane de ces résultats, c’est, dit aussi simplement que possible, que du point de vue linguistique, le Contexte et la Pragmatique de 1QpHab sont à l’origine très différents de ce qu’ils sont pour nous depuis 1947. Et c’est cette différence en deux disciplines de la Linguistique qui me fait considérer que la littérature hébraïque ancienne possèderait un courant supplémentaire particulier que je souhaite nommer pour le moment “Littérature de l’allusion”.

C’est une nouvelle branche littéraire dont la découverte commence avec Mathias Delcor en 1951 quand il analyse ce texte avec en vis-à-vis des passages de Josèphe qu’il considère parfaitement parallèles, les citations racontant chacune à leur manière les même épisodes. Hélas Mathias Delcor a changé d’avis en 1952 sous l’influence de ses collègues alors que ce qu’il disait en littérature comparée était parfaitement vrai.

Et c’est ce vis-à-vis qui nous mène à cette constatation linguistique qui de notre point de vue a une conséquence littéraire : le Contexte et la Pragmatique n’étant pas les même pour nous en comparaison de ce qu’elles ont été à Qumrân, nous comprenons ce qui était évident comme une suite d’allusions, dont nous pensons sincèrement avoir résolu l’ensemble des problèmes, et c’est ce différentiel constant entre ces deux corpus qui nous mène à la notion de littérature de l’allusion.

Cela étant, le phénomène est un peu plus vaste : le Siracide est lui aussi écrit de notre point de vue en 2021 comme étant construit sur des allusions tacites, mais ce n’est pas le seul texte que nous versons dans ce début de Corpus primaire. Certains psaumes semblent avoir été rédigés au deuxième siècle avant l’ère chrétienne, et si cela était vrai, nous n’avons pas pour le moment de moyens de preuves dans notre documentation, auquel cas ce serait une troisième partie de ce genre littéraire qui se serait construit de facto et à posteriori.

Un quatrième corpus semble se dessiner dans certains passages des deux premiers livres des Maccabées, ce que je racontais dans mon analyse historique et littéraire dans le mémoire sur la circoncision. Pour mémoire la suie qui est décrite renvoie aux Mézouzoth puis à la lumière du Candélabre de Hanoukah, et bien des passages de ces deux livres ont une allusion sous-jacente, ce qui devrait faire l’objet d’une longue étude. Accessoirement c’est là autant que je sache la première application de l’ethnohistoire au texte du Nouveau Testament.

Le contexte qui nous semble particulièrement argumenté dans nos publications à venir ayant été déposé ci-dessus, la question subsidiaire consiste à se demander si tout était clair dans ces textes pour les contemporains, à moins que ces textes aient été partiellement ou complètement obscurs ? La première impression est que le Siracide devait être difficilement compréhensible pour tous à l’époque, mais cela mérite d’être vérifié dans des travaux sur sa réception à l’époque de sa première diffusion.

Pour en revenir au titre de ce billet de blog, c’est toujours très pratique de ne pas toujours rédiger conformément aux conventions académiques de normes en usage pour les articles des revues scientifiques, ce qui par ailleurs a souvent le mérite de rendre souvent les choses un peu plus claires pour les étudiants tout en leur donnant des idées de sujets de recherches. Nous posons ci-dessous nos résultats historiques quant au Commentaire d’Habacuc de la Communauté de Qumrân :

Pour ce qui est du Grand-Prêtre, ma réponse porte sur celui dont il est question en 1QpHab en des termes peu élogieux, il s’agit de mon point de vue d’Alexandre Jannée, et je le considère comme étant exclusivement contemporain de la rédaction du Pésher. Pour les Kittim, j’ai trouvé dans la littérature scientifique le cas séleucide et le cas romain, et mon argumentation, qui est très simple à tel point que je la trouve trop simple, conclut que les Kittim dans ce texte sont les Romains. Pour ce qui est de la datation que je propose après recherches, la composition est nécessairement de 96 avant J.-C. et pour ce qui est de la datation paléographique nous sommes de mon point de vue entre 96 et 63 avant J.-C..

Nous aurions donc la première datation précise d’un texte (les explications et argumentations seront bien évidemment dans la thèse) et la première datation paléographique certaine, qui de mon point de vue est en béton armé, j’ai beau tourner les choses dans tous les sens possibles, l’argumentation ne vacille aucunement. Ce qui sera très pratique pour une relecture des autres textes non bibliques de Qumrân.

Le prochain article devrait être sur Alexandre Jannée avec comme but de mettre en évidence une biographie très probablement un peu plus complexe, avec des sources que nous espérons nouvelles.

Quant à mes résultats actuels j’y joins mon numéro de chercheur :

Orcid n° 0000-0002-2108-6021



Citer ce billet
Stéphane Berguig (2021, 9 mars). 1QPHAB et Alexandre Jannée : le contexte en tant que suite du récit. Hebreos. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/phap

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.