Ethnonymes et grandes complications, le cas d’Alexandre Jannée

Mes recherches pour le mémoire avancent à grand pas, il y a fort à parier que la Recherche sur les manuscrits du désert de Judée y verra un tout petit plus clair, non pas grâce à mes travaux mais grâce aux recoupements des travaux qui m’ont pris vraiment beaucoup de temps et de labeur, mais les résultats sont là. En l’espèce j’ai dû revoir les argumentations de Mathias Delcor et de PrAndré Dupont-Sommer au sujet de notre fameux 1QpHab et ces résultats conjugués aux miens seront présentés en juin prochain. La seule chose que je peux vous dire aujourd’hui c’est qu’ils ont chacun raison à moitié et qu’ils se trompent aussi chacun à moitié. C’est le génie de Mathias Delcor qui a débloqué toute la situation, quand il dit dans son livre qui vaut largement le détour, que “le fidèle, c’est Jonathan”, allusion par intertextualité au Jonathan fidèle à David, qui ici nous fait comprendre qu’il est question d’une personne qui se croit fidèle à la divinité de par son comportement, et c’est là que nous comprenons qu’il est question d’un Grand-Prêtre qui s’appelle Jonathan, mais le problème c’est qu’il est bien plus connu sous son prénom grec, Alexandre. Ce problème n’était pas vraiment fondamental dans le sujet du mémoire de master, qui est une analyse de 1QpHab et non pas une étude en ethnonymes, mais il l’est devenu parce que le minimum en analyse littéraire est de définir les intervenants dans le récit. C’est un problème qui se conscrit dans le sujet majeur de ce blog de recherches, à savoir une étude des ethnonymes et des théonymes tout particulièrement en Judée et très précisément à l’époque hellénistique. Ceci dit, c’est là le début d’une complication que je qualifie de majeure, parce que notre cher Jonathan fils de Yohanan (Jean en français) est appelé ainsi par les hébréophones alors que les Séleucides le prénomment Alexandre en grec. De là plusieurs questions et la liste n’est pas exhaustive : quelles conséquences sociétales auprès de la sphère judéenne de Judée ? Quelles conséquences face aux Séleucides ? Questions qui vont d’ailleurs dans les deux directions, et c’est à supposer que le prénom grec pouvait être problématique dès la prise de charge de la souveraineté pontificale vis-à-vis des Judéens, mais aurait-il pu avoir les faveurs des Séleucides sans prénom grec ? Une autre question bien plus complexe à résoudre se pose aussi : Est-ce une nomination initiale le jour de la circoncision ou est-ce un deuxième prénom rajouté par la suite ? Les deux premiers livres des Maccabées montrent des Judéens avec des prénoms grecs qui sont parfaitement intégrés dans la sphère hasmonéenne, alors que la numismatique relative à Alexandre Jannée nous montre l’usage des deux prénoms sur les monnaies, mais séparément, chacun sur l’autre côté de la pièce : pourquoi un tel agencement et quelles présomptions ou conclusions pouvons-nous tirer de cette analyse numismatique. Pour le moment je n’ai pas vraiment tranché sur ces questions parce que je suis beaucoup trop occupé à rédiger ce mémoire que je dois finalement réécrire puisque mes résultats m’ont imposé de changer tout le plan du mémoire, lequel n’a pas comme sujet Alexandre Jannée. Jannée mérite à lui tout seul une thèse ou deux, d’un côté l’histoire et d’un autre côté le fait religieux, j’ai encore et toujours l’impression que les crucifixions de Judéens sous ses ordres par les soldats séleucides ont nécessairement marquées les idées et la pensée du Christianisme naissant, et l’obédience essénienne ne fait que renforcer mes impressions. Ces hypothèses restent à vérifier là où le faisceau de présomption est conséquent.



Citer ce billet
Stéphane Berguig (2021, 9 janvier). Ethnonymes et grandes complications, le cas d’Alexandre Jannée. Hebreos. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pham

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.