LETTRE ADRESSÉE PAR LE PATRIARCHE NESTORIEN TIMOTHÉE PREMIER À SERGIUS MÉTROPOLITE D’ELAM (suite et fin du dossier : le point de vue de M. Delcor)

Comme promis voici la suite des termes de M. Delcor qui sont particulièrement croustillants :

” (…) Quels que soient les motifs allégués pour la cachette par l’auteur de la lettre, il reste qu’il y a plusieurs points de ressemblance entre ‘Aïn Feshka et la grotte mentionnée dans le texte syriaque. Sans nous arrêter à l’analogie de la trouvaille, on remarquera que la bibliothèque était composée comme celle dont nous nous occupons, de livres de l’Ancien Testament et d’autres livres en hébreu, que les deux grottes sont situées dans les environs de Jéricho, enfin qu’on pouvait y pénétrer difficilement. Des cachettes de ce genre étant de fait fort rares, il semble bien que nous ayons affaire à une seule et unique grotte. Cette découverte remonte au VIIIème siècle. Kirkisâni, un auteur célèbre de la secte Karaithe du Xème siècle de notre ère, discutant les principales sectes juives, mentionne après les Pharisiens et les Saducéens et avant les Chrétiens, une secte dont le nom est al-Maghâriya, les habitants de la grotte. Il est fort possible qu’il ait en vue celle d’ ‘Aïn Feshka. Selon une hypothèse fort probable le fameux document sadocide trouvé à la fin du XIXème siècle dans la célèbre Genizah du Caire et émanant de la même secte que celle d’ ‘Aïn Feshka à en juger par le contenu, serait une copie du IXème ou du Xème siècle ap. J.-C. d’un des rouleaux provenant de la grotte.

On s’est également demandé si Origène, au IIIème siècle, n’avait pas utilisé des manuscrits provenant de la grotte/ Voici le témoignage d’Eusèbe de Césarée : “Dans les Hexaples des Psaumes, après les quatre éditions bien connues, il (Origène) plaça à côté d’elles, non seulement une cinquième, mais aussi une sixième et septième traductions et, pour l’une d’entre elles il indiqua qu’elle fût trouvée à Jéricho dans une jarre au temps d’Antonin, fils de Sévère “. Origène qui se trouvait en Palestine en 217 dira avec plus de précisions ” que la sixième édition fut trouvée en même temps que d’autres livres hébreux et grecs dans une jarre près de Jéricho au temps du règne d’Antonin fils de Sévère “. C’est Sukenik qui à notre connaissance a signalé le premier ce rapprochement. En fait, il semble difficile d’identifier la découverte du IIIème siècle avec celle d’ ‘Aïn Feshka car, parmi les très nombreux fragments, on n’en a pas retrouvé un seul en grec. “

in Essai sur le Midrash d’Habacuc , par M. Delcor, Collection Lectio Divina, n° 7, aux Editions du Cerf (1951), pp. 19-20 . La lettre est traduite en français depuis l’édition de O. Braun in Oriens Christianus I, 1901, pp. 301-311 : Ein Brief des Katolikos Timotheos .

Les langues de rédaction du Corpus de la Communauté de Qumrân seront l’objet du prochain post.



Citer ce billet
Stéphane Berguig (2020, 26 décembre). LETTRE ADRESSÉE PAR LE PATRIARCHE NESTORIEN TIMOTHÉE PREMIER À SERGIUS MÉTROPOLITE D’ELAM (suite et fin du dossier : le point de vue de M. Delcor). Hebreos. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/phah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.