Une citation pertinente sur qumrân : Lettre adressée par le patriarche nestorien Timothée Premier à Sergius métropolite d’elam

Dans les précédents articles je tentais de poser un début de jalons et de délimitations de l’identité par l’ethnonyme et les théonymes afin d’essayer d’y voir plus clair dans mes recherches à venir en plus de celles en cours. J’étais donc plongé dans l’ouvrage de M. Delcor sur 1QpHab, et j’ai été particulièrement bouleversé par la citation partielle de la lettre sus-citée dans le titre de ce post qui a été publiée par O. Braun au siècle dernier. Ce qui est raconté me semble pertinent à réintroduire dans les études contemporaines sur Qumrân, mais c’est bien plus que cela, et je vous laisse lire afin que vous en ayez votre propre opinion.

“Nous avons appris de juifs dignes de créance, qui même ont été instruits comme catéchumènes dans le christianisme que, voici dix ans, des livres ont été trouvés aux environs de Jéricho dans une grotte. On dit donc que le chien d’un Arabe qui était à la chasse entra à la poursuite d’une bête dans un trou et ne revint pas. Son maître entra après lui et trouva une petite maison à l’intérieur du roc et beaucoup de livres dedans. Le chasseur alla à Jérusalem et en informa les Juifs. Ils vinrent donc en nombre et ils trouvèrent les livres de l’Ancien Testament et d’autres livres en écriture hébraïque. Et comme celui qui me parlait était un connaisseur de l’Ecriture et un docte, je l’interrogeai sur plusieurs passages qui, dans le Nouveau Testament, sont donnés comme tirés de l’Ancien, mais qui ne se trouvent nulle part dans l’Ancien, ni chez nous Chrétiens, ni chez les Juifs. Il me dit : “Ils existent et sont dans les livres retrouvés là “.

“Ayant appris cela de ce catéchumène , j’en interrogeai d’autres en dehors de lui et je recueillis la même histoire sans différence ; alors j’écrivis sur cela au noble Gabriel et aussi au Métropolite de Damas afin qu’ils examinent ces livres et voient, si quelque part dans les Prophètes, se trouve ce texte : “il sera appelé Nazaréen…”

“Cet Hébreu m’a dit : “Nous avons trouvé dans ces livres plus de 200 psaumes de David””. J’ai donc écrit à ceux-là à ce propos . Je pense que ces livres ont été déposés soit par le prophète Jérémie, soit par Baruch, soit par quelqu’un d’autre parmi ceux qui entendirent la Parole de Dieu et en furent émus. En effet, comme les Prophètes savaient par révélation divine la conquête, le pillage, l’incendie qui devait s’abattre sur le Peuple à cause de ses péchés, croyant fermement que pas une des Paroles de Dieu ne tombent à terre, ils cachèrent les livres dans des rochers etd es cavernes et les dissimulèrent pour qu’ils ne fussent pas brûlés par le feu ni volés par les pillards. Mais ceux qui les avaient cachés moururent pendant les 70 ans ou plus tôt et, lorsque le Peuple revint de Babylone, il ne restait personne de ceux qui avaient déposé le slivres …etc. ”

in Essai sur le Midrash d’Habacuc , par M. Delcor, Collection Lectio Divina, n° 7, aux Editions du Cerf (1951), pp. 18-19 . La lettre est traduite en français depuis l’édition de O. Braun in Oriens Christianus I, 1901, pp. 301-311 : Ein brief des Katolikos Timotheos .

La suite et fin du très bon chapitre de M. Delcor sera publiée ce weekend, et j’ai pris la liberté de rajouter des majuscules où cela me semblait pertinent en 2020 et j’ai essayé de respecter autant que faire se peut les emplacements des guillemets.



Citer ce billet
Stéphane Berguig (2020, 26 décembre). Une citation pertinente sur qumrân : Lettre adressée par le patriarche nestorien Timothée Premier à Sergius métropolite d’elam. Hebreos. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/phag

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.