149-142, la suite : le droit hébreu en tant que moyen de l’ethnohistoire, premier aspect : Pourquoi Khirbet Qumrân, Pourquoi Qumrân et pas ailleurs ?

Cet article pose une forte présomption, bien plus qu’une hypothèse, parce que les faits se corrèlent entre eux bien plus que dans mes hypothèses précédentes.

Le droit hébreu de la Mishnah et des deux Talmuds donnent le droit hébreu tel qu’il est dans ses axes majeurs avant jurisprudence, mais il permet aussi de comprendre l’évolution du droit depuis par exemple le deuxième siècle avant Jésus au sein de ce Royaume de Judée, et entre autres récits, il est question de tribunaux qui se réunissaient aux portes de Jérusalem et si la liste des peines possibles est longue, celles qui nous intéressent sont l’expulsion et l’excommunion.

Nous n’avons pas de rendu de jugement de l’époque, ni en expulsion, ni en excommunion, par contre nous avons dans le Talmud, ceci dit de mémoire le récit d’une expulsion de la ville de Jérusalem en tant que sentence pour moeurs charnelles incompatibles avec le droit hébreu issu du Pentateuque : une expulsion et rien d’autre, mais c’est une expulsion qui est prononcée à l’une des portes de Jérusalem.

Et dans la suite de mon raisonnement, si le Maître de Justice a été Grand-Prêtre à Jérusalem de 149 à 142 et que son nom aurait été par conséquent effacé des registres du Temple, ce en période hasmonéenne, il est probable que cela inclut un jugement qui ordonne l’expulsion immédiate. Mais sous couronne hasmonéenne l’expulsion de Jérusalem vaut nécessairement interdiction de séjour et de résidence dans le territoire dont le Royaume de Judée est souverain en 142.

A l’époque, la domination est séleucide, depuis le nord jusqu’à la frontière avec le royaume lagide, ce dans une logique ou le Royaume de Judée est une semi-hégémonie, et c’est dans le cadre de cette semi-hégémonie qu’il faut comprendre le pouvoir de rendre justice aux portes de Jérusalem.

Aller vers l’ouest c’est aller en Judée dans les plaines, aller au nord c’est remonter vers le pouvoir séleucide qui a tant essayé d’appliquer sa politique du fait religieux, aller vers le sud c’est aller dans le désert vers le territoire lagide. Il reste l’est de la Judée, un désert et des montagnes, mais aussi le Jourdain qui est une source majeure d’eau douce, tandis qu’à l’ouest du Jourdain c’est le territoire nabatéen, dont des épisodes que nous connaissons par les livres des Maccabées pour cette période.

Le désert semble une zone de non-droit et une zone de refuge, les travaux de Jan Dušek traitent entre autres d’un aspect de cette zone de refuge, tandis que les livres des Maccabées racontent de même le refuge que constituent ces montagnes.

Nous aurions donc, et ce n’est qu’une hypothèse, une communauté de foi dissidente par l’exercice du fait religieux qui aurait été jugée à une des portes de Jérusalem en 142 avec l’expulsion comme sentence, d’où le désert de Judée comme seul gîte possible, là où il doit y avoir de l’eau douce : Khirbet Qumrân.

C’est le vide de 149-142 pour ce qui est de la liste des Grand-Prêtres de Jérusalem, et la présence de cette Communauté à Qumrân qui s’imbrique l’un dans l’autre avec le droit hébreu comme première ligature (comme dans les banques de données en informatique), le récit du Pentateuque sur Amalec dont ses conséquences sur la conception des choses dans le Judaïsme ancien en deuxième ligature, la géographie politique en troisième ligature, et l’ensemble des récits et documents qui traitent du désert de Judée comme lieu d’habitation en quatrième ligature.

Je doute qu’un jour on trouve les rendus de jugement de l’époque hasmonéenne, mais c’est grâce à l’ethnohistoire comme moyen que nous arrivons ce jour à ébaucher un début de présomption.

Je ne manquerai pas de déposer le passage sur le rendu de Justice aux portes de Jérusalem dès que je l’aurai retrouvé.

Quant au site de Qumrân comme dépôt des rouleaux de la Communauté de Qumrân, il faudrait savoir si les grottes sont naturelles ou non, mais il est possible qu’elles aient été choisies plus à l’est de Khirbet Qumrân parce que encore plus à l’est de Jérusalem, de sorte qu’une éventuelle réponse hasmonéenne supplémentaire envers la Communauté de Qumrân “chassée du Royaume” aurait pu avoir raison de la Communauté de Qumrân mais non pas de ses idées.

Entre temps bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous.

Stéphane



Citer ce billet
Stéphane Berguig (2020, 23 décembre). 149-142, la suite : le droit hébreu en tant que moyen de l’ethnohistoire, premier aspect : Pourquoi Khirbet Qumrân, Pourquoi Qumrân et pas ailleurs ? Hebreos. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://hebreos.hypotheses.org/111

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.