Au sujet des supports en écritures, l’ apport des sciences du vivant

Cet été aura été très productif en termes de publications à venir ici et sur Academia, mais il y a un article très pertinent pour ce blog et pour bien d’autres qui relate ce que je pense depuis très longtemps, à savoir que les supports de l’écrit contiennent bien de l’adn qui peut nous apprendre bien des choses en complément de ce qui est consigné par écrit. L’article est disponible via le lien ci-dessous:

https://www.newscientist.com/article/2142043-dna-of-long-dead-cows-read-from-pages-of-medieval-books/?fbclid=IwAR0fx5nJf0mA_KtoG0P99ac1dQrCxONFCpe8h-gK7mUuK_zlJf4QFkCYhL4

Bientôt la rentrée et de nouveaux articles, il y a bien des choses à dire et bien des choses qui restent à faire, mais ce qui ressort de ma recherche pour le fond, c’est qu’il est vraiment très pertinent de s’attarder sur les plus petits détails même ceux qui seraient à priori les plus insignifiants, car une fois étudiés dans leur intégralité ou tout du moins autant que faire se peut à l’époque où se déroule cette recherche, c’est souvent ce qui permet de boucler une boucle qui aurait été insolvable sans ce travail de fourmi, c’est ce qui m’est arrivé l’année passée, et je ne peux que vous encourager à être aussi méticuleux que possible tout en étant aussi facile d’accès que faire se peut, les publications sont hélas rarement gratuites et c’est souvent le meilleur moyen de ne pas être informé de tels ou tels travaux. Reste qu’il y a quelques antidotes comme OpenEditions et OpenJournals, avec Encore Duet et Google Books ainsi que Google Scholar, ce qui se complète bien avec Academia, et n’hésitez jamais à publier même sur un sujet microscopique, vous ne savez jamais la valeur que ça peut avoir tôt ou tard.

L’ autre aspect du fond de la Recherche, c’est qu’il faut penser interdisciplinaire, y compris voire surtout en combinant les sciences humaines et les sciences exactes, on a bien commencé avec les humanités numériques, la biologie appliquée à la paléographie semble très prometteuse, et en résumé, chercher c’est aussi continuer à apprendre : je suis partisan de formations en sciences exactes et sciences du vivant adaptées aux besoins des chercheurs en sciences humaines, ce qui inclut nécessairement quelques connaissances en médecine, pour notre plus grand bien.

Le prochain article reprendra un peu plus en détails l’objectif de ce blog et nous verrons comment l’analyse textuelle de textes de l’Antiquité permet de rebondir sur la littérature rabbinique médiévale.

Profitez-bien de ces quelques semaines de vacances qui nous restent, et à bientôt.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.