Une limite au corpus et donc à la recherche: l’ absence de sources au troisième siècle. une théorie explicative

Ou du moins le début d’une ébauche.

Encore un extrait de mon mémoire qui me paraît fondamental à partager pour essayer de résoudre le problème d’absence de sources historiques pour la Judée au troisième siècle avant Jésus:

I. Etat des lieux, état des sources à l’époque hellénistique : Le problème des sources au troisième siècle

Il est notoire que nous nʼavons pas de sources pour la Judée au troisième siècle, et nous nʼen avons pas trouvé non plus, tandis que nous avons peut-être un début dʼexplications. En lʼespèce, cʼest dans le premier livre des Maccabées, que nous avons relevé une un verset qui nous semble très pertinent.

Le texte en grec ancien est le suivant : « Ἐν ταῖς ἡμέραις ἐκείναις ἐξῆλθον ἐξ Ισραηλ υἱοὶ παράνομοι καὶ ἀνέπεισαν πολλοὺς λέγοντες Πορευθῶμεν καὶ διαθώμεθα διαθήκην μετὰ τῶν ἐθνῶν τῶν κύκλῳ ἡμῶν, ὅτι ἀφ ἧς ἐχωρίσθημεν ἀπ αὐτῶν, εὗρεν ἡμᾶς κακὰ πολλά. » Μακκαβαιον Α, ια΄

Ce qui donne en français, dans la traduction de magnificat.ca : 1M 1,12. « En ces jours-là il sortit d’Israël des enfants d’iniquité, qui en séduisirent plusieurs, en disant: Allons et faisons alliance avec les nations qui nous environnent; car, depuis que nous nous sommes retirés d’elles, beaucoup de maux nous ont atteints. »

Et dans celle de F.-M. Abel : « En ces jours-là surgit dʼIsraël une génération de prévaricateurs qui séduisirent beaucoup de personnes en disant : « Allons et faisons alliance avec les nations qui sont autour de nous, car depuis que nous nous sommes séparés dʼelles, bien des maux ont fondu sur nous. »

Là où la TOB donne : « En ces jours-là, des vauriens surgirent dʼIsraël, et ils séduisirent beaucoup de gens en disant : « Allons, faisons alliance avec les nations qui nous entourent car, depuis que nous nous sommes séparés dʼelles, bien des maux nous ont atteint. »

Et Pr Uriel Rappaport traduit littéralement depuis lʼhébreu : . ויצאו מישראל כימים ההם בני פריצים ויפתו רבים לאמור : נלך-נא ונכרות ברית עם הגויים אשר סביבנו , כי מאז נבדלנו מהם מצאונו רעות רבות

Et Theotex : En ces jours-là il sortit d’Israël des enfants d’iniquité, qui en séduisirent plusieurs, en disant: Allons et faisons alliance avec les nations qui nous environnent ; car, depuis que nous nous sommes retirés d’elles, beaucoup de maux nous ont atteints. De là se pose un problème quant au signifié de la part de lʼauteur de 1M qui énonce cette phrase à lʼépoque de la rédaction de 1M, sotit à la fin du deuxième siècle CG (Calendrier grégorien).

A supposer que le verset nʼait pas été modifié et que la traduction depuis lʼhébreu soit fidèle, nous comprenons que la Judée et donc les Judéens se sont séparés des nations voisines et que cela a été le début et la base de nombreux problèmes, lesquels ne sont pas relatés dans 1M, si cela avait été le cas cʼeût été une source historique parfaite pour le troisième siècle. Le second problème qui se pose réside en lʼabsence de documentation dans les pays voisins qui pourraient confirmer cette « séparation », laquelle aurait donc eu cours du début du troisième siècle jusquʼen 198 CG au plus tard et en toute logique, et si on corrèle lʼabsence de sources au troisième siècle et ce verset, cette « séparation » aurait subsisté pour une période qui se superpose à celle où nous nʼavons pas de sources, donc tout le troisième siècle, si ce nʼest que nous avons lʼhistoire des conflits au Levant au troisième siècle, dont la longue liste des guerres de Syrie qui vont de 274 CG à 168 CG. En substance, il semble se dessiner un théâtre où Lagides et Séleucides sont en conflit quasi-permanent, là où la Judée se dit selon 1M séparée des Nations de par sa propre décision. Le moyen de corrélation en 1M trouve son attestation dans les travaux de Reinhard Ceulemans quant au mot σκῦλα, lequel est longuement expliqué dans le commentaire qui suit sur 1M, et il résulte que les dépouilles faisaient lʼobjet dʼun traitement post-mortem particulier en ce que tout butin qui était dessus était pris tant par les Judéens que par les autres armées du Levant, mais 1M insiste particulièrement sur la méticulosité des Maccabées face à tout butin qui est métallique et particulièrement les armes. Or, il sʼavère que la seule mine de fer de Judée est à « Machmèsh » et commence à être exploitée au temps du début de la royauté dʼIsraël, avant la séparation en deux royaumes, si bien quʼau troisième siècle CG elle est très probablement désaffectée. Pour ce qui est du traitement méticuleux des armes et du butin, nous tenons à citer en grec toutes les occurrences au titre de lʼargumentation et nous renvoyons à la TOB en première intention pour la version francophone et à Pr Rappaport si besoin était de comparer. Lesquelles sont issues à la fois de 1M et de 2M, et nous verrons ultérieurement plus en détail que lʼusage du mot « dépouille » en français dans 2M nʼest pas tout à fait le même quʼen 1M.

1M1,3 καὶ διῆλθεν ἕως ἄκρων τῆς γῆς καὶ ἔλαβεν σκῦλα πλήθους ἐθνῶν. καὶ ἡσύχασεν ἡ γῆ ἐνώπιον αὐτοῦ, καὶ ὑψώθη, καὶ ἐπήρθη ἡ καρδία αὐτοῦ.

1M1,19 καὶ κατελάβοντο τὰς πόλεις τὰς ὀχυρὰς ἐν γῇ Αἰγύπτῳ, καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα γῆς Αἰγύπτου. 1M1,31 καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα τῆς πόλεως καὶ ἐνέπρησεν αὐτὴν πυρὶ καὶ καθεῖλεν τοὺς οἴκους αὐτῆς καὶ τὰ τείχη κύκλῳ.

1M1,35 καὶ παρέθεντο ὅπλα καὶ τροφὴν καὶ συναγαγόντες τὰ σκῦλα Ιερουσαλημ ἀπέθεντο ἐκεῖ καὶ ἐγένοντο εἰς μεγάλην παγίδα. 1M2,10 ποῖον ἔθνος οὐκ ἐκληρονόμησεν βασίλεια καὶ οὐκ ἐκράτησεν τῶν σκύλων αὐτῆς;

1M3,12 καὶ ἔλαβον τὰ σκῦλα αὐτῶν, καὶ τὴν μάχαιραν Ἀπολλωνίου ἔλαβεν Ιουδας καὶ ἦν πολεμῶν ἐν αὐτῇ πάσας τὰς ἡμέρας.1M3,20 αὐτοὶ ἔρχονται ἐφ ἡμᾶς ἐν πλήθει ὕβρεως καὶ ἀνομίας τοῦ ἐξᾶραι ἡμᾶς καὶ τὰς γυναῖκας ἡμῶν καὶ τὰ τέκνα ἡμῶν τοῦ σκυλεῦσαι ἡμᾶς,

1M4,18 καὶ Γοργίας καὶ ἡ δύναμις ἐν τῷ ὄρει ἐγγὺς ἡμῶν· ἀλλὰ ϛῆτε νῦν ἐναντίον τῶν ἐχθρῶν ἡμῶν καὶ πολεμήσατε αὐτούς, καὶ μετὰ ταῦτα λάβετε τὰ σκῦλα μετὰ παρρησίας.

1M5,13 καὶ πάντες οἱ ἀδελφοὶ ἡμῶν οἱ ὄντες ἐν τοῖς Τουβίου τεθανάτωνται, καὶ ᾐχμαλωτίκασιν τὰς γυναῖκας αὐτῶν καὶ τὰ τέκνα καὶ τὴν ἀποσκευὴν καὶ ἀπώλεσαν ἐκεῖ ὡσεὶ μίαν χιλιαρχίαν ἀνδρῶν.

1M5,22 καὶ ἐδίωξεν αὐτοὺς ἕως τῆς πύλης Πτολεμαίδος. καὶ ἔπεσον ἐκ τῶν ἐθνῶν εἰς τρισχιλίους ἄνδρας, καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῶν.

1M5,35 καὶ ἀπέκλινεν εἰς Αλεμα καὶ ἐπολέμησεν αὐτὴν καὶ κατελάβετο αὐτὴν καὶ ἀπέκτεινεν πᾶν ἀρσενικὸν αὐτῆς καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῆς καὶ ἐνέπρησεν αὐτὴν ἐν πυρί.

1M6,6 καὶ ἐπορεύθη Λυσίας δυνάμει ἰσχυρᾷ ἐν πρώτοις καὶ ἐνετράπη ἀπὸ προσώπου αὐτῶν, καὶ ἐπίσχυσαν ὅπλοις καὶ δυνάμει καὶ σκύλοις πολλοῖς, οἷς ἔλαβον ἀπὸ τῶν παρεμβολῶν, ὧν ἐξέκοψαν,

1M6,12 νῦν δὲ μιμνῄσκομαι τῶν κακῶν, ὧν ἐποίησα ἐν Ιερουσαλημ καὶ ἔλαβον πάντα τὰ σκεύη τὰ ἀργυρᾶ καὶ τὰ χρυσᾶ τὰ ἐν αὐτῇ καὶ ἐξαπέϛειλα ἐξᾶραι τοὺς κατοικοῦντας Ιουδα διὰ κενῆς.

1M7,47 καὶ ἔλαβον τὰ σκῦλα καὶ τὴν προνομήν, καὶ τὴν κεφαλὴν Νικάνορος ἀφεῖλον καὶ τὴν δεξιὰν αὐτοῦ, ἣν ἐξέτεινεν ὑπερηφάνως, καὶ ἤνεγκαν καὶ ἐξέτειναν παρὰ τῇ Ιερουσαλημ.

1M9,40 καὶ ἐξανέϛησαν ἐπ αὐτοὺς ἀπὸ τοῦ ἐνέδρου καὶ ἀπέκτειναν αὐτούς, καὶ ἔπεσον τραυματίαι πολλοί, καὶ οἱ ἐπίλοιποι ἔφυγον εἰς τὸ ὄρος· καὶ ἔλαβον πάντα τὰ σκῦλα αὐτῶν.

1M10,62 καὶ προσέταξεν ὁ βασιλεὺς καὶ ἐξέδυσαν Ιωναθαν τὰ ἱμάτια αὐτοῦ καὶ ἐνέδυσαν αὐτὸν πορφύραν, καὶ ἐποίησαν οὕτως.

1M10,84 καὶ ἐνεπύρισεν Ιωναθαν τὴν Ἄζωτον καὶ τὰς πόλεις τὰς κύκλῳ αὐτῆς καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῶν καὶ τὸ ἱερὸν Δαγων καὶ τοὺς συμφυγόντας εἰς αὐτὸ ἐνεπύρισεν πυρί.

1M10,87 καὶ ἐπέϛρεψεν Ιωναθαν εἰς Ιερουσαλημ σὺν τοῖς παρ αὐτοῦ ἔχοντες σκῦλα πολλά.

1M11,51 καὶ ἔρριψαν τὰ ὅπλα καὶ ἐποίησαν εἰρήνην. καὶ ἐδοξάσθησαν οἱ Ιουδαῖοι ἐναντίον τοῦ βασιλέως καὶ ἐνώπιον πάντων τῶν ἐν τῇ βασιλείᾳ αὐτοῦ καὶ ἐπέϛρεψαν εἰς Ιερουσαλημ ἔχοντες σκῦλα πολλά.

1M12,31 καὶ ἐξέκλινεν Ιωναθαν ἐπὶ τοὺς Ἄραβας τοὺς καλουμένους Ζαβαδαίους καὶ ἐπάταξεν αὐτοὺς καὶ ἔλαβεν τὰ σκῦλα αὐτῶν.

2M4,38 καὶ πυρωθεὶς τοῖς θυμοῖς παραχρῆμα τὴν τοῦ Ἀνδρονίκου πορφύραν περιελόμενος καὶ τοὺς χιτῶνας περιρρήξας περιαγαγὼν καθ ὅλην τὴν πόλιν ἐπ αὐτὸν τὸν τόπον, οὗπερ τὸν Ονιαν ἠσέβησεν, ἐκεῖ τὸν μιαιφόνον ἀπεκόσμησεν τοῦ κυρίου τὴν ἀξίαν αὐτῷ κόλασιν ἀποδόντος.

2M8,27-28 ὁπλολογήσαντες δὲ αὐτοὺς καὶ τὰ σκῦλα ἐκδύσαντες τῶν πολεμίων περὶ τὸ σάββατον ἐγίνοντο περισσῶς εὐλογοῦντες καὶ ἐξομολογούμενοι τῷ κυρίῳ τῷ διασώσαντι εἰς τὴν ἡμέραν ταύτην, ἀρχὴν ἐλέους τάξαντος αὐτοῖς. μετὰ δὲ τὸ σάββατον τοῖς ᾐκισμένοις καὶ ταῖς χήραις καὶ ὀρφανοῖς μερίσαντες ἀπὸ τῶν σκύλων τὰ λοιπὰ αὐτοὶ καὶ τὰ παιδία διεμερίσαντο.

2M8,31 ὁπλολογήσαντες δὲ αὑτοὺς ἐπιμελῶς πάντα συνέθηκαν εἰς τοὺς ἐπικαίρους τόπους, τὰ δὲ λοιπὰ τῶν σκύλων ἤνεγκαν εἰς Ιεροσόλυμα.

2M8,35 ταπεινωθεὶς ὑπὸ τῶν κατ αὐτὸν νομιζομένων ἐλαχίϛων εἶναι τῇ τοῦ κυρίου βοηθείᾳ τὴν δοξικὴν ἀποθέμενος ἐσθῆτα διὰ τῆς μεσογείου δραπέτου τρόπον ἔρημον ἑαυτὸν ποιήσας ἧκεν εἰς Ἀντιόχειαν ὑπὲρ ἅπαν εὐημερηκὼς ἐπὶ τῇ τοῦ ϛρατοῦ διαφθορᾷ.

2M14,7 ὅθεν ἀφελόμενος τὴν προγονικὴν δόξαν [λέγω δὴ τὴν ἀρχιερωσύνην] δεῦρο νῦν ἐλήλυθα

Le mot σκῦλα a enfin pu faire lʼobjet dʼune explication grâce aux travaux de Reinhard Ceulemans, ce qui est expliqué dans le commentaire sur 1M, mais nous le citons quand même ici en amont dudit commentaire afin de ne pas compliquer le raisonnement.

« (…) Which of both variants is to be preferred? It would appear as if σʼ was led by the root שלל ,meaning ‘to plunder, capture, rob (qal) (HALOT s.v.). The verb σκυλεύω (« strip, despoil [ a slain enemy], » LSJ s.v.) seems to be a better translation than σκύλλω, which means ‘to trouble, annoy, maltreat, molestʼ (LSJ s.v.). According to Chantraineʼs dictionary both Greek verbs stem from a different root. In rendering this root elsewhere, σʼ sometimes uses σκυλεύω or the like, but not always. He does not systematically render this root שלל in the same way. Σκύλλω or derivations do not occur in σʼ. In this respect one should bear in mind that all of the Greek minor versions, the translation technique of σʼ is the most difficult to determine. The same can be said of his lexical flexibility, which displays a “lack of predictability.” »

Les racines en hébreu sont notées avec un point entre chaque lettre, il faut donc lire dans cet extrait .ל.ל.ש au lieu de שלל. Ainsi nous avons des corps de morts au combat côté ennemi qui font lʼobjet dʼune inspection minutieuse afin dʼy prendre tous les objets de valeurs, ce qui est compréhensible pour lʼaspect pécuniaire mais pas vraiment pour lʼaspect funéraire, et il est impossible dʼasserter en faveur de la moindre hypothèse sur le service funèbre qui leur était donné. Par contre, pour ce qui est du butin, il y a tout ce qui est précieux mais aussi ce qui est métallique au sens ou cʼest ferreux tout en étant très travaillé, lʼemphase sur une épée prise à lʼennemi post-mortem nʼest pas tant que cela à verser à la notion de butin et dépouille, mais beaucoup plus à notre hypothèse en « repli sur soi » de la Judée décrite en 1M comme dʼune grande méticulosité dans le traitement des objets ferreux récupérés : il semble que ce soit autant le matériau que lʼobjet, ici une épée, qui fassent lʼobjet de toutes les attentions, ce qui ne peut que sʼexpliquer que par une absence de ressources en fer, laquelle se corrèle avec cette volonté de repli sur soi, ce alors quʼil est impossible de dater ce dit début de repli sur soi.

Le verset en question est 1M3,12 que nous citons en grec depuis TX comme suit : « 1M3,12 καὶ ἔλαβον τὰ σκῦλα αὐτῶν, καὶ τὴν μάχαιραν Ἀπολλωνίου ἔλαβεν Ιουδας καὶ ἦν πολεμῶν ἐν αὐτῇ πάσας τὰς ἡμέρας. » Ce qui se corrèle avec 1M4,6 : « καὶ ἅμα ἡμέρᾳ ὤφθη Ιουδας ἐν τῷ πεδίῳ ἐν τρισχιλίοις ἀνδράσιν· πλὴν καλύμματα καὶ μαχαίρας οὐκ εἶχον ὡς ἠβούλοντο ».

Où nous apprenons que les soldats maccabées nʼont ni armes ni boucliers, ce qui est très logiquement du à une insuffisance de ressources en fer de la Judée sous semi-hégémonie séleucide, alors que cela exprime aussi lʼabsence dʼimportation de minerai ferreux vers la Judée, mais nous ne savons pas depuis quand ni pourquoi, tandis que cela se corrèle avec une « volonté de repli sur soi » comme le dit si bien 1M1,11 et nous pouvons supposer que cette non-disponibilité de minerai ferreux soit antérieure à la période séleucide de la Judée alors que pour être plus précis, cette indisponibilité de minerai devrait avoir logiquement commencé avec ce repli sur soi dont parle 1M1,11 et le problème est de savoir quand cela a-t-il commencé, alors que notre présomption est que ce début dʼabsence de minerai ferreux en Judée se corrèle avec lʼabsence de sources au troisième siècle, ce qui vient se corréler avec la documentation fiscale de Zénon de Caunos qui ne cite pas la Judée lagide comme contribuable fiscal notoire, et ce sur plusieurs années. Ceci dit pour lʼaspect local et régional au premier degré, celui des ressources naturelles, du commerce et de la fiscalité. Pour le second degré, celui des relations entre les souverains et les souverainetés, les guerres de Syrie semblent avoir contourné la Judée dans ces mouvements de troupes et ces champs de bataille, ce qui constitue un repli sur soi de facto et de manière passive, alors quʼavec ou sans accès souverain à la mer méditerranée, la Judée devait avoir bien du mal à accéder au port de Joppé dans les périodes de combats de ces guerres qui sʼétendent sur plus dʼun siècle. Tandis que nous ne trouvons pas le moindre document en faveur de sanctions commerciales ou politico-commerciales contre la Judée au troisième siècle alors que pour ce qui est du Levant et du Proche-Orient, hormis la mine de « Machmèsh » complètement exploitée au troisième siècle, nous nʼavons que deux autres mines de fer, lʼune à environ soixante-dix kilomètres au sud-sud-ouest de Kadèsh, dans lʼactuel Liban, et la seconde à environ quatre-vingts kilomètres au sud-est de Togarma dans lʼactuel Turquie alors que nous avons six mines de cuivre dont une à Chypre, mais nous contestons la présence de sel à la mer morte pour la simple raison que le sel de la mer morte nʼest pas comestible de par sa composition bien plus complexe que celle du chlorure de sodium, ce alors que sa consommation, contrairement au sel de mer, nʼest pas seulement incomestible mais aussi particulièrement dangereuse pour lʼhomme, à commencer par des calculs rénaux très prévisibles, et il semble impensable que le sel de la mer morte soit utilisable pour la cachérisation de la viande, parce que cela rendrait tout simplement la viande toxique pour lʼhomme à commencer là-aussi par des calculs rénaux sans parler de la toxicité pour le cœur de par la concentration en potassium, mais il nʼest pas impossible que durant lʼAntiquité les sels de la mer morte aient été vendus en tant que médicament pour voie externe, les thermes et bains étant déjà développés à lʼépoque, et si ils étaient vendus pour lʼalimentation cela ne pouvait que raccourcir lʼespérance de vie, ce qui nʼétait peut-être pas su à lʼépoque. En résumé nous nʼavons que deux mines de fer potentiellement actives au troisième siècle, avec six mines de cuivre probablement aussi en exploitation, dont une juste au sud de la mer morte donc aux frontières de la Judée du troisième siècle, ce qui donne une Judée agricole avec un possible commerce de sel thérapeutique et une possible disponibilité de cuivre avec des ressources en fer au nord de la Judée entre lʼactuel sud-est de la Turquie et lʼactuel Liban.

Aharoni parle dʼimport de fer depuis lʼAsie mineure et les montagnes du Caucase sans préciser jusquʼà quand ce fût le cas. Mais pour en revenir à notre raisonnement, les mines de fer sont au troisième siècle au nord de la Judée, et si celle dans lʼactuelle Turquie est bien sous souveraineté séleucide, nous ne pouvons pas asserter pour celle qui est dans lʼactuel Liban pour ce qui est de la souveraineté , Pr Aharoni ne détaille pas les cultures en fonction de l’altitude, mais nous précisons que la pluie ne va que rarement sur les montagnes de Judée, il faut donc penser à des champs et des arbres en plaine, et des arbres fruitiers en altitude là où le relief impose ses contraintes d’où un faible rendement. territoriale à laquelle elle appartient, notre documentation faisant état dʼune Phénicie séleucide au nord et lagide au sud, ce que nous considérons être une frontière plutôt dynamique au troisième siècle. Le tableau qui résulte est une corrélation entre un repli sur soi de la Judée cité en 1M1,11 avec des soldats sans armes ni boucliers qui se fournissent sur les dépouilles ennemies, un minerai ferreux disponible sur deux sites au nord de la Judée, une fiscalité lagide dont la Judée est absente malgré une économie agricole qui vendait peut-être du sel thérapeutique, et une documentation régionale du troisième siècle dans laquelle la Judée nʼest pas présente, avec une absence de documentation judéenne en interne pour le troisième siècle y compris dans les travaux rédigés après ce troisième siècle. Les faits se corrèlent entre eux et viennent accréditer le récit en filigrane de 1M1,11 mais lʼantithèse consiste en ce que la Judée sous domination perse puis sous-semi hégémonie lagide et séleucide ne pouvait pas échapper à lʼexercice de cette autorité, ne serait-ce que fiscale. Et lʼabsence de documentation fiscale au troisième siècle ne permet pas de statuer sur une fiscalité effective en Judée ni sur une exemption qui aurait été perpétuée, auquel cas nous nʼavons pas trace non plus dʼune exemption dans la documentation du troisième siècle.

Ce sont donc deux thèses, ou plutôt deux théories qui se développent au fil de notre raisonnement, et si les deux sont recevables comme présomptions, nous penchons en faveur de la véracité de 1M1,11 uniquement pour le fond, sur la base des corrélations sus-citées en pensant quʼil faudra encore plusieurs décennies avant quʼune documentation écrite sur le troisième siècle soit trouvée, sachant que toute la Judée et la Samarie ont été fouillées en quête dʼarchives introuvables à ce jour.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.