Retour d’exil et changement d’identité, une hypothèse sur le retour du premier exil et de ses statistiques

La Recherche a montré l’année dernière, cf. la publication de 2018 de Pr Israel Finkelstein (Hasmonean Realities behind Ezra, Nehemiah, and Chronicles, Society of Biblical Litterature, août 2018), que l’archéologie de Judée ne correspond pas aux statistiques des livres d’Esdras et de Néhémie, et mon hypothèse à ce sujet se conscrit dans une mise en évidence de mouvements “migratoires” de faible ampleur entre la Judée et la Samarie durant l’Antiquité, ce que j’explique en partie dans mon mémoire non encore présenté, tandis que l’aspect qui retient ici mon attention est double, d’une part un début d’explication à la différence entre l’archéologie et le texte biblique, d’autre part la mise en évidence d’un récit qui atteste d’une migration judéenne vers la Samarie et donc d’un changement de nom et d’identité, d’où l’intérêt pour ce blog. En substance, comme disait Gainsbourg, la stratigraphie de Jérusalem n’est pas compatible avec les données démographiques de mouvement de population donnés en Esdras hébraïque et en Néhémie, et mon hypothèse à ce sujet repose uniquement sur les Paralipomènes de Jérémie au chapitre VIII au sein des Ecrits intertestamentaires publiés dans la Pléiade en 1987. En l’espèce, il y est question de Judéens de retour d’exil qui refuse de se séparer de leurs épouses non juives une fois arrivés en Judée, ce qui les motive donc à s’installer ailleurs, ce qui aurait été la raison d’être de la nouvelle ville de Samarie, mais l’archéologie ne donne pas du tout de preuves d’une seconde ville de Samarie, alors que la Recherche a mis en évidence un accroissement de la population de la ville de Samarie à l’époque perse, cf. les travaux de Pr Zertal et Pr Lemaire dans la revue Transeuphratène, volume 3 de 1990. C’est pourquoi je pense qu’il s’agit d’une renaissance de la ville de Samarie de par une expansion démographique d’origine migratoire, ce qui est pour moi au moment où j’écris le premier exemple de Judéens qui renoncent à leur identité judéenne et se retrouvent donc désormais Samaritains, et je cite donc une page qui ne figure pas dans la version définitive de mon mémoire, laquelle cite l’excellente traduction de 1987 comme suit:

Les Paralipomènes de Jérémie, la « nouvelle ville » de Samarie « Le jour arriva où Dieu emporta le peuple de Babylone. Le Seigneur dit alors à Jérémie : « Levez-vous, toi et le peuple et rendez-vous au Jourdain. Tu diras au peuple : « Que celui qui choisit le Seigneur abandonne les œuvres de Babylone. Qu’il en soit ainsi pour les hommes qui ont épousé des femmes de cette ville et pour les femmes qui ont épousé des hommes de cette ville. » Que ceux qui t’écoutent traversent, et prend les à Jérusalem. Mais n’y introduis pas ceux qui ne t’écoutent pas. » Jérémie leur rapporta ces paroles. Et ils se levèrent et vinrent au Jourdain pour le traverser. Quand Jérémie leur dit les paroles que le Seigneur lui avait dites, la moitié de ceux qui avaient épousé des femmes étrangères ne voulut pas écouter Jérémie et lui dit : « Nous ne voulons pas abandonner nos épouses à tout jamais ; nous les prendrons avec nous dans notre ville. » Ils traversèrent donc le Jourdain et arrivèrent à Jérusalem. Alors Jérémie et Baruch et Abimélech s’arrêtèrent et leur dirent : « Aucun homme uni à des Babyloniennes n’entrera dans cette ville. » Ils se dirent les uns aux autres : « Levons-nous et retournons à Babylone, notre place. » Et ils s’en allèrent. Comme ils arrivaient à Babylone, les Babyloniens vinrent à leur rencontre et leur dirent : « Vous n’entrerez pas dans notre ville, parce que vous nous avez haïs, et que vous nous avez quitté furtivement. A cause de cela, vous n’entrerez pas chez nous. Car nous nous sommes mutuellement engagés par un serment prononcé au nom de notre dieu de ne vous recevoir ni vous ni vos enfants, puisque vous nous avez quitté furtivement. » Quand ils entendirent ces paroles, ils s’en retournèrent et ils arrivèrent en un lieu désert, loin de Jérusalem, et ils bâtirent une ville pour eux qu’ils appelèrent du nom de Samarie. Jérémie leur envoya ce message : « Convertissez-vous, car voici que vient l’ange de justice ; il vous conduira à votre lieu élevé. » In Paralipomènes de Jérémie, VIII

A ce jour, de mon point de vue, je n’ai aucune raison de croire que cette théorie ne tient pas, elle me semble expliquer très logiquement la différence entre les résultats de l’archéologie et le récit biblique en hébreu, ce sur la base des publications de Pr Lemaire et Zertal dans Transeuphratène volume n°3 de 1990.

La suite du corpus et de ses complications dans le prochain article, et ci-dessous les cartes des articles de Pr Zertal et Pr Lemaire suivis d’un extrait de leurs excellents articles sans lesquels rien n’aurait été possible.

Professeur André Lemaire :

« L’archéologie éclaire quelque peu le rôle de Samarie en tant que capitale de cette province car ses fortifications de l’époque du Fer semblent y avoir été utilisées jusqu’à la fin de l’époque perse. Le rôle de Samarie, en tant que ville fortifiée, semble confirmé par les indications bibliques suivant laquelle la ville était une qiryah (Esdras 410) et disposait d’une force armée/garnison, ainsi que les papyri du Wadi Dâliyeh, en fait écrits « à Samarie la forteresse/ville forte (byrt’)/cité (qryt’) qui est dans la province de Samarie (bsmryn mdynt’) ». Ces documents samaritains, qui concernent surtout des transferts d’esclaves, de propriétés ou des contrats de mariage, révèlent une population assez mêlée dont l’onomastique yahviste côtoie une onomastique accadienne (d’anciens déportés ?), ainsi que d’autres théophores avec « Qôs » (édomite), « Kemosh » (moabite), « Ba’al » (cananéo-phénicien), « Nabu » (babylonien et « Sahar » (araméen). Cette diversité n’est pas contredite par quelques ostraca de Samarie, et semble confirmée par le nom probablement perse, mtr’, peint sur un vase de Qadum en Samarie. Outre l’onomastique de Samarie connue par les papyri du Wadi Dâliyeh, la présence phénicienne est attestée à Sichem par la tradition littéraire de Flavius Josèphe ainsi que, peut-être, par des vases en bronze trouvés dans une tombe.

               Les monnaies de la grotte du Wadi Dâliyeh, ainsi que celles de Samarie et de Sichem paraissent d’origines diverses : perses, grecques, sidoniennes, tyriennes et philisto-arabes. Cependant l’existence d’un atelier monétaire samaritain, frappant des monnaies divisionnaires, semble maintenant admise après la publication des monnaies de « Jéroboam » et en attendant celle du trésor dit « de Naplouse ». »

Professeur Adam Zertal :

« The Assyrian conquest in 722/1 B.C. seems to have emptied large parts of the country. The 27 290 persons deported from Samaria by Sargon II represented about half the entire estimated 8th century population (nearly 50 000). The main regions which suffered were the eastern valleys, for reasons still unknown. The newcomers, deported from Arabia, the Euphrate’s valley and Elam to Samaria, were settled by the Assyrians in those regions, as shown by the dispersion of the wedge-decorated bowl (Fig. 5).

               The Persian period saw a massive movement toward the mountainous areas, especially around two centre: the Dothan valley and Samaria, the city (Fig. 10). Nearly half of all the sites were concentrated within a 10 km. ring around the capital, a phenomenon showing the traditional importance giver to Samaria by the Persian administration, as well as its predecessors.

               The second concentration of settlements was found around the Dothan valley. Here too, not only were many sites recorded, but nearly 80% of them were newly founded. The best explanation for this is apparently found in the historical narrative of the book of Judith, one of the well-known of the Apocrypha. In this book, somewhat controversial for its date and historicity, a description is given of a Jewish community concentrated around the valley of Dothan, with other communities dispersed in Samaria. Many characteristics in the book point to a background in the Persian period, although the date of editing may have been in the Hellenistic period. The full-scale survey enabled us to understand the geographical background of the book, never before studied in the territory itself. If the evidence in Judith 4.3 is indeed historical, we have here a previously unknown part of the saga of the return from Babylon. Grintz believes that a special community of Israelites settled in Samaria, a section of the newcomers with Ezra and Nehemiah ; this version can now be supported by the archaeological evidence (i.e. the high percentage of site foundations around the Dothan valley). Another explanation may be that the Israelite population had remained in the territory since the fall of Samaria. The Dothan area was heavily settled already in the Iron II period, and no evidence points to massive deportations from there. As for the location of Bethulia and Bethomastim, the two ‘mysterious’ cities of the book (Judith 4,6), the author hopes to clarify their location in a different study.” “


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.