Au titre des moyens: les écrits intertestamentaires

Comme je le disais précédemment, il est question dans ce blog de l’identité de soi et des autres en histoire ancienne à l’époque hellénistique dans la sphère judéenne et samaritaine au premier degré et dans la sphère méditéranéenne dans un deuxième temps.

En fait je pensais avoir fait le tour des ressources pour ce qui est des sources historiques qui devaient être la base de mon travail à ce sujet mais en fait non, je suis tombé de haut quand j’ai lu l’introduction aux écrits intertestamentaires publiée dans la Pléïade, jusqu’à ce qu’elle aborde les paralipomènes de Jérémie: le passage en question n’a pas à ce jour d’écho dans le corpus que j’ai lu, si bien que je ne sais pas s’il est recevable, mais toujours est-il qu’il soulève bien des questions à partir du moment où on se dit “et si c’était vrai?”.

il s’agit des Paralipomènes de Jérémie en VIII, 8:

(page CXXXVIII des écrits intertestamentaires)

 

“La lettre apportée par l’aigle est lue par Jérémie au peuple: que les exilés qui ont un conjoint étranger l’abandonnent avant de regagner Jérusalem. Certains refusent et fondent Samarie.”

 

L’algorithme des questions et des hypothèses qui découlent de ce passage est bien compliqué, et il me faudra poser des questions aux pontes du domaine afin de pouvoir asserter de manière argumentée, n’étant pas encore hellénophone. Les réponses en question seront publiées ici dans le courant de la prochaine année universitaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.