Au titre des outils : le ductus

La logique ainsi que l’état des fouilles archéologiques à ce jour et le volume d’objets trouvés ainsi que des textes et autres inscriptions trouvés sur des supports solides ou périssables constituent une source majeure quant à la quête de l’identité d’un groupe, tant par le nom qui les dénomment de la part d’autrui que par le nom qu’ils s’attribuent eux-même.

            Cela étant, les deux types de supports écrits, dans le cas de l’encre, incluent tous les deux une information fondamentale quant à la lecture de l’écrit, laquelle n’est autre que le ductus. En effet, le nombre de traits et leur ordre sont fondamentaux pour perdre toute hésitation dans le déchiffrement, ce alors que ledit ductus n’est à ce jour que trop peu étudié pour ne pas dire pas du tout, du moins dans tout ce que j’ai lu à ce jour.

            De même, pour les inscriptions gravées dans la pierre, il faut émettre l’hypothèse d’un ductus spécifique à chaque graveur, ce qui viendrait de la même façon compléter les informations disponibles au niveau visuel, et le burin laissant des marques en profondeur, on peut envisager d’attribuer plusieurs inscriptions au même graveur, de par la preuve que constitue le ductus, mais cela reste à confirmer.

            En tous cas, il me semble fondamental tant en épigraphie qu’en paléographie, d’envisager le ductus comme outil et comme moyen de preuve.

Stains, le 21.7.18.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.