Ethnohistoire appliquée au canon hébreu et araméen : le début d’un postulat

Dans ces joies du coronavirus, ceci dit avec un cynisme qui résume bien à quel point je suis accablé par cette situation quand bien même je suis très casanier, j’ai une autre série d’articles à commencer aujourd’hui, mais cet article juste avant Noël sera bref, ce dans une volonté de déposer ici un très simple postulat.

Il s’avère, pour la Recherche comme pour la sphère juive religieuse que nous avons des passages du texte biblique en hébreu qui ne sont pas parfaitement clairs au niveau du sens, et nous avons d’autres passages dans lesquels il nous manque le nom, ou le prénom tout du moins, d’un des intervenants, ce dans quelques passages bibliques.

Le plus flagrant c’est ce que le Midrash Rabot raconte sur la Théophanie, mais je laisse ce très beau sujet de recherches pour les jeunes étudiants qui si ils choisissent ce sujet auront beaucoup de pain sur la planche, ce sont deux textes qui se téléscopent au-delà de l’intertextualité et la synthèse des deux éclairent d’un jour nouveau la perspective de la Théophanie du point de vue du Judaïsme.

Mais nous avons d’autres problèmes beaucoup plus célèbres, le premier c’est le combat entre Jacob et l’ange, le Pentateuque ne dit pas le nom de l’ange et cela pourrait nous éclairer sur les tenants et les aboutissants du cycle de Jacob dans le Pentateuque.

La suite, bien plus croustillante, peut-être en ai-je déjà parler dans mes précédents articles, est l’énigme de Séphora. Vous connaissez les magasins Séphora, vous prendrez donc le temps de découvrir qu’en français c’est le nom de l’épouse de Moïse, /Tsiporah/ en hébreu. Vient ce moment dans le récit où Moïse doit circoncire son fils, mais ça traîne, un mystérieux personnage vient et exige la circoncision du bébé, Séphora répond à cette mystérieuse personne et lui dit à la fin de la chirurgie “Voilà pour toi Prince des sangs.”.

Ce passage est pour les biblistes le plus mystérieux de tous depuis 22 siècles au moins.

Mais j’ai répondu à cette énigme grâce à mes travaux d’étudiant du début des années 2000.

Sans rentrer dans les détails, il s’avère que pour Jacob comme pour Séphorah, c’est la littérature mystique du Judaïsme qui répond à ces énigmes sans se formaliser dans une logique question/réponse, c’est juste qu’il y a des passages sur le mystérieux individu auquel parle Séphora et il y a des passages qui traitent de l’ange avec lequel Jacob s’est battu.

Pour le fond comme pour la forme on ne peut que très difficilement envisager la littérature mystique juive en Histoire comme source.

Reste que pour l’ethnohistoire c’est une source évidente, la littérature mystique du Judaïsme est pour l’ethnohistoire une source recevable qui permet de comprendre le passé et le présent par le biais de ce que les Hébreux puis les Judéens puis les Juifs ont dit sur eux-même.

En d’autres termes, il est question de la recevabilité du Zohar comme source en ethnohistoire. De mon point de vue, la réponse est affirmative mais il y a une assertion quant au Zohar comme moyen, cette fois-ci en études juives et en littérature biblique qui n’est pas de moi et qui m’est antérieure.

Il s’agit de feu Madame la Professeure Eliane Amado-Lévy-Valensi, qui était titulaire de la chaire de l’université Bar-Ilan en Israël. Elle a écrit un très bon bouquin dont le titre est “La poétique du Zohar”.

Elle y traite très majoritairement de poétique, mais c’est surtout qu’elle explique le Pentateuque par le Zohar. Tout son livre se passe du début à la fin comme une démonstration qui met en binôme le Pentateuque et le Zohar, et c’est toujours le Zohar qui vient expliquer le Pentateuque là où ce même Pentateuque ne nous dit pas tout.

La suite des posts dans ce blog montrera l’agencement des explications entre Canon hébreu et araméen (Daniel, Esdras, Néhémie), avec le Zohar et le Midrash. Le Midrash comme source fera l’objet d’interviews que je déposerai en vidéos dans ce blog.

C’est donc un postulat comme suit : l’ethnohistoire doit considérer la littérature mystique du Judaïsme comme source non pas historique mais comme source ethnohistorique, laquelle ethnohistoire nous servira de module externe à la Recherche en Histoire qu’elle pourra éclairer de manière pertinente en expliquant ce que la recherche biblique n’a pas résolu à ce jour.

Si vous voulez en savoir plus sur l’énigme de Séphora il vous faudra lire mon mémoire qui est sur academia, sinon il faudra attendre les prochains articles de cette deuxième série sur ce blog, ce qui devrait être publié au plus tard à la fin du premier semestre 2021, avec ou sans vaccin.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphane Berguig (22 décembre 2020). Ethnohistoire appliquée au canon hébreu et araméen : le début d’un postulat. Hebreos. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/phae


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.