L’ethnohistoire au service de l’histoire, un autre exemple

C’est surtout à Paris X – Nanterre de ce que je sais que les travaux en ethnohistoire sont publiés, et je ne connais pas les autres universités où cette nouvelles discipline y est enseignée. J’y ai eu partiellement accès dans le cadre de mes études mésoaméricaines qui m’ont permis et me permettent d’apprendre à penser autrement un fait, un récit, une tradition et un corpus. Les cours de Bouddhisme de l’inalco y ont aussi contribué et j’ai compris au fil du temps que pour comprendre l’ensemble des aspects d’un sujet d’études il faut passer par plusieurs approches différentes. C’est pourquoi en français on insiste à juste titre sur les notions de sciences humaines et de sciences sociales, avec toutes les ramifications qu’elles incluent.

Mais revenons-en au sujet du jour, l’ethnohistoire au service de l’histoire.

Dans mon mémoire sur la circoncision à l’époque hellénistique j’avais mis en évidence un lien entre un fait religieux contemporain et un chapitre de l’histoire des Maccabées et des Hasmonéens.

Les termes du mémoire sont comme suit :

1Mac. 1,54-55 dit en grec ancien :

“καὶ τῇ πεντεκαιδεκάτῃ ἡμέρᾳ Χασελευ τῷ πέμπτῳ καὶ τεσσαρακοστῷ καὶ ἑκατοστῷ ἔτει ᾠκοδόμησεν βδέλυγμα ἐρημώσεως ἐπὶ τὸ θυσιαστήριον. καὶ ἐν πόλεσιν Ιουδα κύκλῳ ᾠκοδόμησαν βωμούς· καὶ ἐπὶ τῶν θυρῶν τῶν οἰκιῶν καὶ ἐν ταῖς πλατείαις ἐθυμίων.”

Ce que les traducteurs de Theotex traduisent ainsi :

“Le quinzième jour du mois de casleu, en la cent quarante-cinquième année, le roi Antiochus dressa l’abominable idole de la désolation sur l’autel de Dieu ; et on bâtit des autels dans toutes les villes de Juda, aux alentours ; et on brûlait de l’encens et on sacrifiait devant les portes des maisons et dans les rues ;”

Ce qui nous intéresse ici c’est la combustion d’encens et de sacrifices animaux devant les portes des maisons.

Pour faire très simple, cela fait de la suie sur les poutres de la porte d’entrée de la maisonnée et par conséquent noircit la mézouzah, le petit boitier avec dedans un passage du Pentateuque, toujours sur le poteau droit de la maison quand on y entre.

Tandis que dans mon mémoire j’explique comme suit :

” 1Mac 1,55 : Cʼest la suite en idolâtrie dont la description commence en54 qui porte ici sur un aspect bien plus singulier. Lʼencens est à notre avis à comprendre comme similaire au sacrifice végétal au Temple de Jérusalem, lequel avait probablement aussi lieu au temple du mont Garizim et à Elephantine à lʼépoque où il était en service. La différence cʼest que cette fois ci il est décrit comme fait en dehors du Temple de Jérusalem dʼune part, mais plus précisément « aux portes des maisons et sur les places »,donc à proximité des Mézouzoth et en dehors des temples, autels et chapelles qui auraient dû à la lecture du texte être préalablement construits dans cette logique où le culte imposé devait y être exécuté par les simples Juifs qui devaient être nécessairement ceux des villes : il nʼest pas question en 1M1 de culte de Zeus Olympien à domicile, il y est question de la non pratique du culte juif, et les places des villes ne sont pas prévues par le récit de lʼédit comme lieu de culte de Zeus Olympien vu que cʼest précisément en son nom que des constructions sont sollicitées. Cʼest donc un récit de fait religieux qui ne correspond pas pour ce qui est du lieu de culte à ce que dit lʼédit quelques lignes auparavant. Par contre lʼencens est attesté dans la religion grecque et dans la religion assyrienne. Mais notre impression est que si cette offrande olfactive avait eu lieu, lʼencens et les végétaux brûlés auraient été ceux du culte fait au Temple de Jérusalem, pour ce qui est de sa composition qualitative et quantitative, et non pas la version grecque, parce que le récit laisse peu de place à un temps suffisant pour sʼadapter au fait religieux grec là où ledit récit parle dʼinspecteurs sans parler de formateurs, lʼexercice du culte grec y est donc perçu comme dʼune facilité naturelle et innée pour tous, alors que cʼest du culte privé du roi séleucide dont il est question, ce qui rend la forme du récit un peu plus trouble. “”

Et j’ai déposé une note de bas de page qui évoque un fait religieux contemporain du Judaïsme qui consiste à allumer les lumières de Hannoukah sur une chaise face au poteau droit de chaque porte de chaque chambre de la maisonnée ou de l’appartement.

De cette simple description on comprend que la mézouzah est éclairée par le candélabre de Hanoukah, et l’antagonisme avec ce qui est raconté dans les deux versets sus-cités est troublant : à la suie noircissante des sacrifices végétaux et animaux, le culte, le fait religieux, dans certaines branches du Judaïsme rabbanite, consiste à répondre à l’obscurité de la suie par la lumière des bougies qui vient éclairer la mézouzah jadis noircie.

Dans mon mémoire je disais que cela ne concernerait que les familles de tradition ashkénaze orthodoxe, mais je n’en ai pas la preuve formelle n’ayant pas d’ethnographies sous la main, reste que cette tradition est uniquement ashkénaze, et c’est ainsi que j’affirme une filiation entre les Judéens des ville de Judée au deuxième siècle avant Jésus et les Ashkénazes qui perpétuent cette tradition.

Ca a l’air de peu de choses, c’est un résultat obtenu par la démarche et les méthodes de l’ethnohistoire, mais c’est la somme de tous ces micro-résultats qui vont permettre à la Recherche en Histoire d’avancer : d’une part l’ethnohistoire, et d’autre part l’école des Humanités numériques qui est devenue plus que jamais pertinente pour la Recherche, les résultats dépassent toujours nos attentes dans ce nouveau domaine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphane Berguig (21 décembre 2020). L’ethnohistoire au service de l’histoire, un autre exemple. Hebreos. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/phad


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.