Ethnonymes, le cas pratique du premier livre des Maccabées quant au grand-prêtre de Jérusalem “resté” anonyme : 149-142 avant Jésus

Pour le post précédent j’ai prix le temps de la réflexion et j’ai décidé de garder le titre tel quel parce que l’étude des ethnonymes du Royaume de Judée à l’époque hellénistique reste intimement liée aux théonymes du Pentateuque : le développement sur les théonymes y est volontairement sommaire mais ce n’est jamais qu’un article dans un blog scientifique qui ne peut servir de thèse ni de mémoire, le titre est plus large que l’article mais il inaugure le début d’une longue série d’articles à ce sujet. Pour dire les choses simplement ce blog a pour vocation de poser des bases, des débuts de champs de définitions, de champ d’application, de poser des jalons sur le Corpus et sur l’invisible qui est dans ce Corpus, à savoir la spatialité et la temporalité, qui sont déjà très complexes à l’époque hellénistique, et le récit du Canon hébreu n’arrange pas les choses, au contraire. Pour mémoire l’épisode d’Esdras du texte massorétique : il fallait un mur pour pouvoir faire Shabbat.

En d’autres termes, l’ethnohistoire semble être le module externe et satellite à la Recherche en Histoire ancienne qui permettra d’arriver à bon port en regardant tout notre Corpus sous un autre aspect. Les premières complications seront du domaine de l’ethnographie du fait religieux, du droit hébreu à l’époque hellénistique, et de la combinaison de ces deux études. Il y a de quoi écrire plusieurs thèses et nous ne ne serons jamais trop nombreux.

Nous n’avons pas de dates dans les documents de Qumrân, mais nous avons un calendrier différent de celui de Jérusalem, à Masada nous n’avons pas non plus de dates écrites et idem pour les autres communautés de la mer morte que nous n’arrivons pas à ce jour à distinguer nettement les unes des autres.

Le premier livre des Maccabées englobe la période 149-142 mais ne dit rien du souverain pontifical en exercice pour ces années et n’exprime, en français et en hébreu moderne tout du moins, aucun sous entendu quant à ce sujet précis, ce alors que seul le deuxième livre des Maccabées est réputé être un résumé d’une version originelle antérieure qui ne nous est pas parvenue.

L’analyse que j’ai fait de 1M (abréviation pour “Premier Livre des Maccabées”) dans mon mémoire sur la circoncision n’intègre pas la syntaxe ni le rythme, parce que j’ai considéré qu’il n’y avait aucune raison de considérer le rythme comme traduit, ni en français, ni en hébreu moderne.

Et pour vérifier si il y aurait un passage sur le Grand-Prêtre en poste de 149 à 142 qui aurait disparu de 1M, seule l’analyse du rythme en grec ancien permettrait de mettre en évidence un éventuel rythme devenu saccadé par l’ablation de quelques versets.

On peut procéder par le rythme de chaque verset et on peut aussi envisager le rythme du récit des faits tout au long de 1M. Les deux ensemble permettraient de se faire une idée assez fiable quant à cette éventuelle ablation.

C’est cette même étude du rythme qui permettrait de savoir si les écrits de Flavius Josèphe auraient été écrits en plusieurs phases distinctes et si dans ces différents sous-ensemble il y aurait le symptôme d’une ablation ou bien d’un abrègement, ce qui nous permettrait d’y voir plus clair.

Pour le moment je n’ai pas encore appris le grec ancien, mais je suggère ces sujets sur le rythme en grec ancien comme thèses de doctorat dont le sujet peut avoir l’air très simple , mais les conséquences pour la Recherche seront potentiellement fondamentales, et c’est une approche que je considère nécessaire pour tout le corpus relatif à l’ouest du Jourdain en histoire ancienne : l’étude du rythme est nécessaire, et j’oserais même dire qu’elle me semble fondamentale.

J’ai comme projet un wiki sur ce même corpus de l’ouest du Jourdain que j’ai nommé 23204, allusion au nombre de versets dans le Canon hébreu, et tout le monde est bienvenu pour ce travail de séquençage qui dans une deuxième étape sera l’objet d’un déploiement du langage informatique xml afin de voir ce que nous ne voyons pas à ce jour.

Si le projet vous intéresse, laissez-moi un commentaire avec votre adresse de courriel et j’organiserai une première réunion à partir du 21 janvier 2021 si les cafés sont ouverts, sinon je demanderai une salle de cours ou une salle de bibliothèque à la bulac.

Sans transition, le virus a muté en Angleterre, donc ne baissez pas la garde : masque, lunettes, gel hydroalcoolique, et savon doux pour les mains sans oublier la crème pour les mains.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Stéphane Berguig (20 décembre 2020). Ethnonymes, le cas pratique du premier livre des Maccabées quant au grand-prêtre de Jérusalem “resté” anonyme : 149-142 avant Jésus. Hebreos. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/phac


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.